Magazine Humeur

Il paraîtrrait...

Publié le 11 novembre 2012 par Ericguillotte

- qu’en 2011, deux chercheuses en psychologie, Gayle Brewer, Université du Lancashire, et Colin Hendrie, Université de Leeds, ont demandé à 71 femmes hétérosexuelles, âgées de 18 à 48 ans, de répondre à quelques questions intimes. La date est lointaine, mais pas tant à l’échelle de l’univers, le nombre de personnes interrogées assez faible, mais intéressons-nous toutefois aux réponses données, et avant ça, aux questions posées. Quelles sortes de sons prononcez-vous pendant l'amour ? Des feulements-grognements ? Des bruits de respiration, de halètement ? Des jappements aigus, des cris perçants ? Des mots ? A quel moment émettez-vous ces sons ? Avez-vous un orgasme ? Si oui, à quel moment ? Le résultat de cette recherche sur la vocalisation copulatoire féminine présente un véritable intérêt nonobstant le faible échantillon de femmes interviewées. L’étude révèle, voyez tout de même comment je maintiens le suspense, notez les phrases d’introduction qui auraient pu être plus courtes, les expressions ou détails qui auraient pu être évités, que les femmes ne font pas forcément du bruit lorsqu'elles jouissent. 66% d'entre elles ont affirmé qu'elles râlaient pour accélérer la montée orgasmique de leur partenaire. 87% ont assuré qu'elles se mettaient à vocaliser pour améliorer sa confiance en lui. Traduction, les femmes poussent des râles plutôt pour influencer l'homme que pour exprimer l'intensité de leur plaisir. Tout se discute et tout est question de point de vue, je le fredonne jour après jour. On pourrait lancer la contre-enquête, on pourrait émettre des avis personnels, on pourrait rapporter des témoignages, on pourrait évoquer quelques souvenirs, on pourrait quémander des dépositions circonstanciées. On pourrait, car tout se peut. Rappelons aussi que j’ai le droit de m’abstenir et que les commentaires sont libres. Si les bonnes entendeuses veulent entendre ! Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme.Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression (…). Admettons que les femmes aussi !

- que vingt skippers, 19 hommes une seule femme, ont quitté, hier, les côtes vendéennes pour un tour du monde en solitaire et sans escale, le Vendée Globe, course, de légende dit-on, de quelque 24.000 milles, soit 44.450 km, plus de 80 jours de mer, seul(e) donc, voilà. Les navigateurs vont abattre et lofer selon que l’amure vienne de bâbord ou de tribord, vont tenir bon la barre et tenir bon le vent, hisse et ho, et donc border ou choquer en fonction de celui-ci, jouer de l’écoute, ou de l’aussière, mais plus tard, de la drisse surtout, et de l’élingue en cas de besoin, maintenir le cap en espérant qu’ils n’aient pas à prendre la cape, mais qu’ils empannent, au pire, et que leur bateau ne soit pas encalminé, et qu’ils aient plutôt le vent arrière que le vent debout. De surcroit, on va parler d’eux pendant des jours et des jours, certains sont déjà revenus au port après avarie, d’autres filent pus ou moins droit, sans que je m’en préoccupe, je les informe, car il y a des choses dont je me fous, et la voile fait partie de celles-là. Pour autant, il est vrai que j’aurais eu le droit de m’abstenir de le déclarer. Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression (…). Admettons que moi aussi !

- que l'écologiste Stéphane Gatignon, maire de Sevran, Seine-Saint-Denis, s'est installé dans une tente face à l'Assemblée Nationale, pour attirer l'attention sur le sort des communes pauvres. Il attirera sûrement des médias, l’attention des députés aussi, ils ne pourront pas faire autrement, mais quant à obtenir le vote d’une loi, je ne peux prédire quoi que ce soit, désolé, si vous pouvez le lui signaler. L’homme est en grève de la faim depuis vendredi et s’est dit, samedi matin, après sa première nuit sous la tente, déterminé à décrocher une réponse concrète. Je ne veux pas dénigrer, mais à ce stade de l’action, l’exploit n’est pas encore héroïque. De plus, je ne sais absolument pas si son combat est cohérent ou fondé. Il réclame une réforme des finances et de la fiscalité locales, notamment une revalorisation de la dotation de solidarité urbaine, qui doit être votée mardi à l’Assemblée. Communes pauvres, solidarité, même sans rien y connaître, on ne peut pas être a priori contre. Mais j’ai encore un bémol. Un vote qui doit avoir lieu mardi, une grève de la faim depuis vendredi, je me demande si le délai pour présenter une maigreur démontrant détermination sans faille n’est pas un peu court. Toutefois, Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression (…). Admettons que lui aussi !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ericguillotte 741 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines