Magazine France

Un peu d’Utopia dans ce monde de brutes… #ecosocialisme

Publié le 02 décembre 2012 par Gédécé @lesechogaucho

UtopiaUTOPIA s’emploie à faire converger citoyens, associatifs, intellectuels et politiques, pour imaginer un projet de société fort, humaniste et fraternel, dépassant le système capitaliste. ( leur site)

Lendemain de fête… Après les assises d’hier, particulièrement réussies, lever à 6 heures du mat dans la chambre d’hôtel exiguë d’une zone improbable de Montreuil. Sortir dans le vent froid et pousser la voiture pendant un kilomètre en espérant une descente…Après avoir gratté le pare-brise gelé. Arrivé en bas de Montreuil, trouver quelqu’un pour brancher les câbles de démarrage sur la batterie agonisante… Prier le dieu auquel on ne croit pas pour qu’elle donne signe de vie. Ouf. Enfin sur la route. Pendant que l’auteur de ces vilenies parle fort dans son téléphone à oreillette, je tente de reprendre mes esprits, et tape ces mots malhabiles…

IMGP1041
je viens de lire sur mon smartphone un article assez complet intitulé « l’offensive de Mélenchon sur l’écologie, que m’a fait partager @elandreas sur twitter. Particulièrement intéressant. J’y ai découvert notamment, par delà les critiques faciles de nos amis verts que Corinne, l’organisatrice de la journée d’hier (que nous sommes nombreux à souhaiter voir prendre encore davantage son envol, pour donner sa plaine mesure, comme la journée d’hier en fût une étape) était au mouvement Utopia. Révélation. L’occasion de vous en parler, car peu connaissent ce groupuscule à 1 % dans lequel je me reconnais pourtant si fort. Ils étaient là, dans le village militant des assises, comme nous le prouve cette photo prise hier avant l’installation du village militant des assises, et cela m’a fait chaud au cœur. Voila qui me semble une clé de compréhension de l’évolution de ces anciens de PRS qui constituent un noyau dur au parti de gauche, autour de Mélenchon, bien plus intéressante que celle de ces clowns et autres trolls qui croient détenir la vérité, seule, unique et universelle, mais seulement la leur, qui consiste à chanter sur les toits que le virage vert de Mélenchon est un coup de pub, une simple manœuvre pour capter l’électorat d’EELV actuellement fort troublé, et pour cause. Il y a déjà des alter-mondialistes autour de Mélenchon, et plus largement dans le Front de Gauche. Donc, cette critique est d’une belle connerie. Chez nous, elle fait sourire, même si c’est parfois assez agaçant, ce genre de procès d’intention…. Car entre l’influence d’Utopia et celle des verts constituée notamment par la présence de Martine Billard, qui n’était pas n’importe qui à EELV, sans parler de tous ceux qui, dans l’ombre, agissent, parlent, échangent, peut-être pourrait-on laisser à la pensée de Mélenchon, plus subtile que d’aucuns ne s’évertuent à le dépeindre, le droit d’évoluer. C’est, de l’intérieur, paraît-il le cas, m’a dit mon petit doigt, hier… Eric Coquerel, lors de l’une des tables rondes de ces assises, avouait humblement (j’ai apprécié) le fait qu’il était il y encore peu de temps quelque peu absent des préoccupations écologiques, et qu’il était en train de les découvrir, de s’en pénétrer, et de creuser leur intérêt intellectuel. Car c’en est un. Venu de loin… Cette position de candide et l’humilité qu’elle comporte me plaisent davantage que les vérités auto-proclamées et indiscutables de certains talibans écologistes. Cela d’autant plus que ma propre sensibilité écologique ne s’est pas réveillée un beau matin par l’opération du Saint Esprit de la Nature Hautement Bienfaisant. C’est le fruit d’une longue et durable quête de sens, de réflexion personnelle et de connaissances sur des thèmes qui me sont propres et personnels, du nucléaire à la décroissance, en passant par les énergies nouvelles. Autrement écrit, une question de culture. Doit-on en dénier l’accès à ceux qui ne sont pas tombés dans la potion en étant petits ? C’est justement là le cœur de la motivation et de l’esprit d’Utopia : utiliser l’outil de l’éducation populaire pour faire prendre conscience au plus grand nombre de la nécessité non seulement de préserver notre environnement et d’enrayer des modes d’industrialisation néfastes pour notre propre survie, mais également de proposer un autre modèle de société alternatif. Sa particularité est d’être un mouvement trans-partis, ce qui doit en décontenancer plus d’un puisqu’on ne saurait enfermer ses militants dans une gangue partisane bien balisée. Leur ambition est de convaincre, et d’aller là où il le faut.

Manifestement, Corinne a réussi (à elle seule ? Probablement pas…) le pari d’Utopia. Ensemble, nous avançons vers l’écosocialisme. Quitte à faire rire, autant que ce soit pour penser et agir par nous mêmes… Plutôt que de confier notre destin et la survie de nos descendants à des gens dont l’alternance dans ce domaine est purement factice et dont le seul don semble d’avaler aussi aisément des couleuvres et de manger des chapeaux. Je serais d’ailleurs curieux d’entendre Delphine Batho, théoriquement Ministre de l’écologie, sur ce thème de l’écosocialisme. Et comment elle gère ses ambiguïtés personnelles entre son positionnement gouvernemental et ses convictions idéologiques… Je ne la connais pas, faisons le pari qu’elle en a. Tout comme Monsieur Canfin. Sans parler de Madame Duflot, devenue inaudible, elle auparavant pourtant si volubile… Syndrôme #NDDL ?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte