Magazine Régions du monde

Réchauffement démocratique ?

Publié le 04 décembre 2012 par Vivreenislande @vivreenislande
Réchauffement démocratique ? Voici l'article (intégral et non remanié) publié à propos de l'Islande dans le Petit Guide de la Transparence électorale, lui-même réalisé par Progress In Work pour le compte de Rue89, France Inter, Courrier International et Le Point avec le concours du CNC. Cet état des lieux de la démocratie dans le monde vient compléter les 6 épisodes du web-documentaire "L'AUTRE ELECTION", qui décrit les curieux us et coutumes électoraux de l'une des nations les plus corrompues de la planète : la Papouasie-Nouvelle Guinée. Lʼîle exemplaire. Réchauffement démocratique ? Islande. A lui seul, le nom éveille les désirs extatiques des adeptes de voyages au bout du monde, au moins autant quʼil contrarie les songes des pilotes de ligne en raison des soubresauts imprévisibles de ses volcans. Il arrive aussi que lʼîle fasse parler dʼelle pour ses pratiques démocratiques. Ainsi, lʼeffondrement de son système financier en 2008 a largement contribué au renouvellement de la classe politique du petit Etat de 320.000 âmes. Il a ensuite conduit une commission (la SIC) à examiner avec grand intérêt les pratiques pour le moins douteuses de ses élites financières, politiques et médiatiques, et permis à un Procureur Spécial dʼenquêter et de poursuivre quelques dizaines de fraudeurs présumés (1). Il a enfin contribué à une révision constitutionnelle menée tambour battant par une Assemblée Constituante de 25 «citoyens ordinaires». Islande. Terre basaltique et nation démocratique qui suscite un enthousiasme inconditionnel et quasi universel. Car cʼest bien le pays de Björk et de Sigur Ros qui, en 930, a fondé lʼAlthing, premier Parlement dʼEurope. LʼIslande encore qui collectionne les louanges planétaires : «second pays le plus démocratique au monde» pour The Economist (2); dans le peloton de tête des nations les moins corrompues au monde pour lʼorganisation Transparency International (3); dans les 10 premiers du classement de Reporters Sans Frontières sur le critère de la liberté de la presse (4)... LʼIslande enfin, qui en 2010 est à lʼorigine dʼune «initiative islandaise pour les médias modernes» (5), visant entre autre à protéger la liberté dʼexpression et la protection des sources. La fumerolle qui cache le geyser ?

Réchauffement démocratique ?

Source : forseti.is

Islande. Islande volcanique ! Islande apocalyptique ! Islande erratique ! Mais Islande héroïque, puisque unanimement reconnue pour ses velléités libertaires. Doit-on douter de cette présentation élogieuse digne dʼun poème scaldique ? Se pourrait-il que certains nʼaient vu dans ce tableau idyllique que la surface immergée dʼun iceberg ? Lʼélection présidentielle de lʼété dernier offre une base de réflexion intéressante, même sʼil convient dʼemblée de préciser quʼelle ne permet pas à elle seule de réfuter lʼactuelle grille de lecture. Le scrutin opposait 6 candidats, parmi lesquels Olafur Ragnar Grimsson candidat heureux à sa ré-ré-ré-ré-ré-élection. En Islande, le Président nʼa pas vocation à sʼimpliquer dans la vie politique. Nʼétait lʼArticle 26 de lʼactuelle Constitution, qui lui accorde le droit de ne pas ratifier un projet de loi du Parlement, il ne serait même quʼun «roi sans couronne». Le détenteur dʼune mission honorifique et symbolique de représentation qui confine au superfétatoire. A trois reprises pourtant (6), le taquin Olafur a usé de ce droit et déclenché à chaque fois des réactions dont lʼintensité peut être comparée aux séismes volcaniques qui touchent parfois lʼîle. Dʼaucuns ont vu dans cette victoire le fruit de son indéniable expérience de la fonction, de son charisme, voire de son sens avéré de la stratégie politique. Tout porte à croire quʼils ont raison. Car hormis lʼabsence de qualités comparables chez les autres candidats, rien nʼincline véritablement à penser que dʼautres facteurs ont pu favoriser cette ré-élection. Et ce en dépit dʼun contexte historique emprunt de pratiques claniques et partisanes qui tranche avec la perception quʼen ont les observateurs extérieurs. Financement électoral : des règles claires, et pourtant...

Réchauffement démocratique ?

Thorvaldur Gylfason

Plafonnement des dons, déclaration dʼorigine des fonds perçus, tenue dʼune comptabilité rigoureuse... En Islande, les règles de financement des partis et des campagnes des candidats sont précisément définies par la législation depuis 2006 (7). Il aura toutefois fallu la persévérante insistance du Groupe dʼEtats contre la corruption (8) pour que le comité en charge de ces questions à Reykjavik daigne sʼintéresser au sujet. Une tardive prise en compte que Thorvaldur Gylfason (9), économiste réputé et membre de lʼAssemblée ayant planché sur la nouvelle Constitution, impute à la réticence de certaines personnalités politiques. Ces joyeux lurons nʼont pas vu dʼun oeil guilleret la remise en cause de leurs discrètes pratiques. Et Thorvaldur de citer lʼexemple de ce généreux pactole de 55 millions de couronnes (10) octroyé au Parti de lʼIndépendance (11) par Landsbanki et FL Group (Baugur) juste avant que la loi ne soit promulguée. A lʼépoque, Kjartan Gunnarsson cumulait des fonctions qui confère à lʼexpression «être juge et partie» un sens Nordique inédit qui prêterait à se gausser sʼil nʼétait si passablement pitoyable : vice-président du Comité mandaté pour rédiger le texte de loi, chargé du financement du Parti de lʼIndépendance et vice-président du Conseil dʼAdministration de Landsbanki. Aujourdʼhui encore, Thorvaldur Gylfason lʼaffirme, il demeure parfois difficile dʼéradiquer ces vieilles habitudes dignes des processus en cours chez la Papous et de faire exécuter cette réglementation. «Cʼest la raison pour laquelle il existe une clause spécifique dans le projet de nouvelle Constitution» ajoute-t-il (12). S. Valentinus Vagnsson, anti-européen convaincu et admirateur inconditionnel dʼOlafur Ragnar Grimsson, nʼhésite pas à qualifier le système de «mafieux». Ce très actif septuagénaire a durant quelques semaines laissé planer lʼhypothèse dʼune participation à lʼélection Présidentielle afin «de réveiller le peuple Islandais et lui faire comprendre à quel point tout est devenu absurde et corrompu» sur lʼîle. Reste quʼà lʼissue de cette élection, les candidats en lice ont respecté les règles imposées et publié leurs comptes de campagnes. 25 millions dʼIKr (13) dépensés par les 6 candidats. Alors quʼen France, dépenser plus pour gagner plus dʼélecteurs paraît être un principe mathématique avéré (14), en Islande, pépite ne rime pas nécessairement avec réussite. Il suffit pour sʼen convaincre dʼobserver les chiffres de la dernière élection : Olafur Ragnar Grimsson obtient plus de 52% des voix avec un budget de 6,5 millions de couronnes Islandaises (41.000 euros), quand Thora Arnorsdottir nʼobtient que 33% des suffrages avec 15,8 millions (84.000 euros), le plus élevé de la campagne. La comparaison des ordres de grandeur entre lʼIslande et la France renforce un peu plus lʼhypothèse selon laquelle les moyens financiers nʼont guère influencé le résultat de lʼélection sur lʼîle. Ainsi, la prodigue Thora nʼa investi quʼ1,90 euro par bulletin de vote obtenu, quand le plus économe de nos candidats à la dernière Présidentielle (Jacques Cheminade) misait 5,40 euros. Une analyse que partage Thorvaldur Gylfason, pour qui «lʼargent a joué un rôle mineur dans le résultat» au cours de cette élection. Si influence électorale il y a eu, il faudra la chercher ailleurs. Médias : to be influential or not to be, that is the question !

Réchauffement démocratique ?

David Oddsson - Source : Althingi.is

En lʼespace dʼune douzaine dʼannées, lʼIslande est passée, presse mise à part, dʼun paysage médiatique globalement monopolisé par lʼEtat, lui-même sous la houlette du Parti de lʼIndépendance et de ses alliés, à un système verrouillé par de grosses entreprises et des banques à la tête desquelles évoluent quelques grandes et influentes familles. Lʼépais rapport remis par la SIC en 2010 a clairement établi lʼexistence de liens étroits et fort profitables entre sphères médiatique, politique et financière. Outre quelques menus larcins (escroqueries, détournements de fonds, délits dʼinitiés...), ces petits arrangements entre amis pouvaient aller jusquʼà des menaces et des intimidations de journalistes trop curieux. Dans les années et les mois qui ont précédé la crise de 2008, la situation financière de lʼîle telle que dépeinte par certains médias autochtones tenait plus dʼun budget prévisionnel Grec rédigé par Goldman Sachs que dʼun compte de résultats certifié par un Commissaire aux comptes Suisse. Dans la mesure où il nʼa jamais existé de véritable réglementation fixant les conditions dʼun rapport sain entre médias privés et candidats à une élection, la probabilité dʼémousser cette relation incestueuse reste aujourdʼhui encore assez proche des températures de lʼOcéan Arctique. Comme lʼexplique Birgir Gudmundsson (15), il existe «de nombreux domaines (...), tels que lʼindépendance éditoriale, les règles en matière de concentration capitalistique, les subventions des médias... Qui ne sont couverts par aucune législation particulière». Lʼexemple de David Oddsson (16), acteur motivé de la financiarisation de lʼîle, patron de la Banque Centrale dʼIslande au moment de la crise et devenu en 2009 Rédacteur en Chef du quotidien Morgunbladid, est emblématique du cas Islandais. Cʼest «un peu comme si on avait nommé Richard Nixon à la tête du Washington Post pendant le Watergate» concluait le Monde Diplomatique dans un article de mai 2011(17). Dans ce contexte et compte-tenu du fait que selon Thorvaldur Gylfason «lʼanalyse critique des actions du Gouvernement par des observateurs indépendants (est) un phénomène récent», lʼesprit frondeur de certains journalistes des médias publics à lʼendroit de la classe politique, sʼapparenterait davantage à un papotage de salon animé par Michel Drucker sur Vivement dimanche quʼaux débats contradictoires conduits par Yves Calvi lors de Mots Croisés. Il est même arrivé que des Ministres mis en cause par certains journalistes téméraires se soient plaints ouvertement des critiques dont ils furent lʼobjet (18). Ragnhildur Helgadóttir, Professeur de Droit à lʼUniversité de Reykjavik et Haut fonctionnaire au Ministère des Affaires Etrangères confirme quʼaujourdʼhui encore «le journalisme dʼanalyse et dʼinvestigation en Islande pâtit dʼun sérieux manque dʼindépendance». Michel Sallé relativise néanmoins ce constat impitoyable dʼun monde médiatique corrompu et dépourvu de tout sens critique. Pour ce docteur en science politique auteur dʼune thèse sur lʼIslande contemporaine, «on a toujours pu lire dans la presse de nombreuses tribunes libres ainsi que de violentes critiques sur lʼaction des dirigeants politiques, ceux au pouvoir comme ceux dans lʼopposition (...) Observateurs indépendants affirme Gylfason ? Je nʻen vois pas plus aujourdʼhui quʼil y a 40 ans, même lorsquʼils se parent de titres universitaires !». Que les médias se soient ou non fourvoyés dans de complaisantes présentations de leurs élites importe peu; pour Michel Sallé, «de toute façon les lecteurs savent et réagissent en conséquence». Depuis que lʼimpayable David Oddsson dirige Morgunbladid, dont le lectorat a pendant longtemps largement dépassé le spectre restreint des sympathisants du Parti de lʼIndépendance, les résiliations dʼabonnements sont comme les cendres dʼEyjafjallajökull sur le pare-brise dʼun 747 : elles sʼaccumulent. Et les perspectives financières du titre offrent la concomitante visibilité dʼun 21 décembre en Islande. Plutôt sombres donc. Au cours de la dernière élection présidentielle, les médias publics ont plutôt respecté leurs obligations de neutralité et dʼéquité des temps de parole. Thorvaldur Gylfason estime quʼen revanche «il y a eu une certaine discrimination de la part des médias privés à lʼencontre des candidats qui obtenaient de faibles scores dans les sondages». Une tendance relevée à plusieurs reprises par la candidate malheureuse Andrea Olafsdottir dépitée de nʼavoir pu participer aux débats dominicaux de Channel 2, «réservés» aux deux principaux prétendants. Sondage : lʼart de faire dire aux chiffres ce que lʼon veut.

Réchauffement démocratique ?

Andrea Olafsdottir

Sur son blog, Andrea a aussi contesté la façon dont les médias ont biaisé les chiffres des sondages dʼopinion. En ne tenant par exemple aucunement compte des quelques 30% dʼélecteurs indécis ou qui déclaraient ne pas souhaiter voter, le quotidien Frettabladid a augmenté sensiblement et artificiellement les scores des deux leaders et justifié par la même occasion la «préférence médiatique» qui leur a été accordée. Un procédé qui tendait à donner aux lecteurs lʼidée que la partie allait (devait ?) se jouer uniquement entre Olafur et Thora. Les résultats ont bel et bien montré que cette dernière avait dépassé de près de 25 points Ari Trausti Gudmundsson, arrivé troisième. Et quʼà eux seuls, les quatre derniers candidats nʼavaient obtenu quʼun peu plus de 14% des suffrages. Michel Sallé justifie le procédé par le fait «quʼOlafur et Thora étaient les deux candidats sortant du lot, donc les seuls susceptibles d'intéresser le lectorat (...) Cette campagne présidentielle était la première à être médiatisée ; il y a certainement eu des préférences partisanes, mais il y a aussi eu des erreurs reconnues ensuite».
«Jʼai transformé la fonction présidentielle mais les gens doivent comprendre que nous sommes entrés dans une nouvelle époque et que lʼexercice de la magistrature suprême doit être différente de ce quʼelle était dans les années 1950»
Cette phrase (19) prononcée durant la campagne par Olafur Ragnar Grimsson pour justifier son refus de ratifier les deux projets de loi «Icesave» résume assez bien la posture de rassembleur courageux et expérimenté endossée par le Président. Un Président qui sʼest ostensiblement rapproché des partis Conservateurs après avoir partagé les combats de la Gauche Islandaise. Assez paradoxalement, ce sont donc bien des enjeux éminemment politiques (rôle du Président dans la Constitution, modification de cette dernière, adhésion à lʼUE...) qui ont influé sur les résultats dʼune élection qui, en règle générale, est apolitique. Des enjeux sur lesquels les Islandais paraissent cependant bien plus partagés que les chiffres ne le laissent supposer. Car si on tient compte des 30% dʼabstention, Olafur nʼa en réalité recueilli quʼà peine plus de 35% des suffrages. Un résultat quelque peu en décalage avec le plébiscite dont il sʼest lui-même félicité. Sʼagirait-il dʼun embryon de réponse à la question posée ? «Révolution des casseroles», Icesave, Assemblée Constituante... Si elle a pu naguère être abusée par ses élites, une partie non négligeable de la petite nation a récemment prouvé quʼelle pouvait changer le cours de son destin en sʼappropriant le concept de lʼinfluence et en modifiant ses modalités dʼapplication. Cʼest à se demander qui désormais influence qui ? À se demander si lʼinfluence nʼest pas en passe de changer de camps ? Et si les plus grands démocrates en définitive, ne sont pas les Islandais eux-mêmes ? Sources
  1. Olafur Thor Hauksson, modeste Chef de la police d’Akranes s’est proposé pour le poste en janvier 2009; aidé un temps par Eva Joly, il a procédé a plusieurs dizaines d’interpellations et fait condamner une demi-douzaine de personnes à des peines de prison ferme et/ou à de fortes amendes, à l’exception notable toutefois de David Odsson (voir 16) et de Geir Haarde (Premier Ministre au moment du krash de 2008).
  2. 2010 et 2011 / la France, qualifiée de «démocratie imparfaite» n’arrive qu’en 29e position derrière l’Afrique du Sud.
  3. l’Islande est 13e sur 183 pays en 2011 / la France arrive à la 25e place
  4. depuis 2002 et parmi quelques 180 pays / la France est classée 38e à 3 places de la Papouasie Nouvelle Guinée (35e)
  5. http://immi.is/Home
  6. En 2004 contre un projet de loi sur la concentration des médias qui fut finalement retiré; en 2010 et en 2011 contre les modalités de remboursement des dettes de la défunte Icesave (filiale de Landsbanki).
  7. Le détail des obligations imposées aux partis et aux candidats peut-être consulté ici : http://www.rikisendurskodun.is/fileadmin/media/skyrslur/Rules_on_the_financial_accounts_of_political_parties.pdf
  8. GRECO qui dépend du Conseil de l’Europe (http://www.coe.int/t/dghl/monitoring/greco/default_FR.asp?)
  9. https://notendur.hi.is/gylfason/inenglish.htm
  10. 293 000 euros / http://www.economicdisasterarea.com/index.php/features/the-independence-party-fl-grouplandsbanki-scandal/
  11. Parti de Droite au pouvoir en Islande durant près d’un demi-siècle et renversé en 2009 suite à la crise financière.
  12. Article 51 / http://stjornlagarad.is/other_files/stjornlagarad/Frumvarp-enska.pdf
  13. moins de 160.000 euros
  14. à l’exception toutefois de Jean-Luc Mélenchon qui bien qu’ayant dépensé plus a obtenu sensiblement moins que Marine Le Pen / http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/07/31/presidentielle-ce-que-la-campagne-a-coute-aux-candidats_1740455_823448.html
  15. http://www.ejc.net/media_landscape/article/iceland/#l2
  16. L’un des plus célèbres dirigeants politiques d’Islande. Il a été l’un des principaux dirigeants du Parti de l’Indépendance et occupé notamment le poste de Premier Ministre de 1991 à 2004.
  17. http://www.monde-diplomatique.fr/2011/05/SIGURGEIRSDOTTIR/20447
  18. http://www.sgi-network.org/pdf/SGI09_Iceland_Gylfason.pdf (page 31)
  19. http://www.robert-schuman.eu/print_oee.php?num=790
Je tiens à remercier Michel Sallé pour ses précieux commentaires.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vivreenislande 7541 partages Voir son blog