Magazine Science & vie

Le Monde selon la Physique ( PHYS.WORLD w 49 ) : les premiers temps de l 'Univers...

Publié le 07 décembre 2012 par 000111aaa

Ma deuxième proposition de traduction d’aujourd’hui concerne  l’ASTRONOMIE DES  TEMPS PREMIERS DE L’UNIVERS   …..elle se base sur le modèle standard du BIG BANG   et n intéresse en principe que ceux qui s’y rallient !

Le titre anglais est « Ancient gas sheds light on universe's first billion years » et la photo correspondante de  l’article  montre comment : « How ULAS J1120+0641 may have appeared »

« Le gaz primitif  met en lumière l'univers pendant ses premiers milliards d'année  d’existence »

Pour la première fois, les astronomes ont déterminé la composition chimique du gaz à partir du premier milliard d'années de la vie de l'univers. Le gaz est principalement constitué d'atomes d'hydrogène neutres, ce qui signifie qu'il peut marquer l'ère avant que  le  rayonnement stellaire ait commencé à ioniser l’espace  de l'univers. En outre, le gaz ne montre aucun signe d'éléments lourds qui se sont formés  ensuite dans les étoiles ,  de sorte qu'il ne  peut contenir que les éléments lumineux produits par le Big Bang.

Nous commençons à regarder en arrière à l'époque où il est probable que les premières étoiles se soient mises à tourner  », dit Robert Simcoe, astronome à l'Institut de technologie du Massachusetts et qui a construit l'instrument qui a acquis ce spectre du gaz lointain." Cette est la toute premiere mesure [chimique] qu’on aurait pu faire   n importe où lors de ces premiers temps

Le Big Bang, qui a eu lieu il  y a  13,7 milliards d'années, a  douché le cosmos avec de l'hydrogène et de l'hélium. Mis à part une trace de lithium primordial, les éléments plus lourds - que les astronomes appellent des métaux -  sont nés plus tard, après étoiles aient été  formées et aient explosé, jetant n alors l'oxygène, le fer et d'autres métaux dans l'espace. En outre, les premières étoiles ont  rayonné une  lumière ultraviolette extrême qui ionisèrent  les gaz, arrachant des électrons aux  noyaux d'hydrogène. L'univers est toujours encore  ionisé aujourd'hui.

Le quasar le plus lointain connu

Pour analyser le gaz primitif, Simcoe et ses collègues ont examiné le quasar le plus éloigné connu. Nommé ULAS J1120 0641, ce quasar se trouve dans la constellation du Lion et est si lointain que sa lumière s’est  propagé 12,9 milliards années lumière avant d'atteindre la Terre. Nous voyons donc le quasar tel qu'il était à quelques 770 millions années après le Big Bang.

Alors que la lumière  du quasar  court vers la Terre, l'espace entre le quasar et nous se  dilate, la longueur d'onde s'étire  jusqu'à ce qu'elle  soit 708% de plus qu'elle ne l'était au début de son voyage., Les astronomes disent alors  le quasar présente  un « redshift » de 7,08. En raison de ce  haut redshift, ce qui était autrefois un rayonnement ultraviolet lointain nous apparaît maintenant  dans l'infrarouge. Et pour obtenir le spectre infrarouge, l'équipe de Simcoe  a utilisé le télescope Magellan au Chili.

Le gaz lui-même est beaucoup trop « faible » pour être vu. Mais  les quasars marquent  les centres brillants de certaines galaxies, c'est pourquoi l'équipe de Simcoe a  recherché pour quelles  longueurs d'onde le gaz absorbant  intervient dans  la lumière du quasar. Le gaz est probablement à quelques millions d'années-lumière du quasar, dit-il, et n'a donc aucun lien avec elle.

Deux scénarios  sont alléchants

Simcoe présente deux scénarios différents pour expliquer les résultats de son équipe. "  l’un ou l’autre est intéressant», dit-il. Le plus probable c’est : on voit  le  gaz diffus qui régnait dans l'espace 770 millions années après la naissance de l'univers. Si oui, alors parce que le gaz est neutre, cela signifie que les astronomes ont atteint l'époque avant que la  ré- ionisation ait  pu se matérialiser pleinement. En outre, l'absence de métaux détectables indique le gaz n'a pas plus de 1/1000 de la  métallicité ( le rapport métal-hydrogène,)  , de  celle du soleil.

Alternativement, le gaz pourrait exister dans une protogalaxie qui arriverait  à nous tromper   sur le quasar. Dans ce cas, la métallicité du gaz  deviendrait inférieure à 1/10. 000  de la solaire - ce qui est  comparable à l'étoile la plus primitive connue dans le halo de la Voie Lactée.

»Cette observation nous amène directement à l'endroit où l'évolution de la métallicité cosmique a commencé», explique Michele Fumagalli, un astronome de l'Observatoires Carnegie à Pasadena, en Californie, qui ne faisait pas partie de l'équipe de recherche. "C'est très excitant, et je pense que nous sommes maintenant vraiment entrés dans une nouvelle frontière pour ces types d'études." L'an dernier, Fumagalli et ses collègues ont découvert un gaz sans métal qui existait deux milliards d'années après le Big Bang – c’était  une surprise, puisque tous les autres gaz à l'époque contenait  des métaux. En revanche, le nouveau travail va beaucoup plus loin en arrière dans le temps.

Une galaxie énorme ?

Cependant, Abraham Loeb, président du département d'astronomie à l'Université Harvard, propose une troisième explication de cette  nouvelle observation: le gaz est en train de tomber sur la galaxie qui héberge le quasar. «Habituellement, ces quasars très lumineux se trouvent dans des galaxies massives, et ces galaxies massives ont augmenté de façon spectaculaire au cours des premiers temps par la  chute de ce gaz", a dit Loeb, notant que l a vitesse du  gaz observé diffère de la vitesse du quasar par seulement 711 km / s. Si son idée est juste, alors c’est que nous regardons la construction d'une des plus grandes galaxies qui soient dans l'univers.

Quel que soit le cas, Simcoe dit: «Nous devons creuser  un peu plus  ces choses. Quand vous regardez pour la  premiers fois   quelque chose, vous espérez que cela sera  représentatif, mais jusqu'à ce que vous arriviez à creuser  un peu plus, vous ne pouvez pas dire à coup sûr."

Bien que les astronomes aient entrevu des galaxies à des distances supérieures à ce quasar, ces galaxies se sont montrés trop faibles pour être utilisés dans les études de gaz en avant-plan. A l’opposé, ces enquêtes exigent des quasars supplémentaires lointains, qui servent de balises à un arriére -plan brillant dont le rayonnement peut  sonder la nature du gaz existant depuis l'aube des temps.

Simcoe et ses collègues publient leurs travaux en ligne aujourd'hui dans la revue Nature.

À propos de l'auteur

Ken Croswell est un astronome et auteur basé aux Etats-Unis,

Il est  clair que si la composition de ce gaz primitif est déterminée de façon sure  et reproductible  par  cette  méthode des balises quasar  et si  l’on ne détecte pas autre chose que du gaz  léger , tous les modèles d’univers stationnaires  ou permanents   risquent d’être encore plus  reniés !!!! c est pourquoi j’approuve la prudence des conclusions ..MAIS JE DOIS AVOUER MON HESITATION POUR AVALER LE MODELE ACADEMIQUE DU BIG BANG TOUT CRU !

Voici les autres titres ou vous trouverez surement votre bonheur ( mais en anglais !)

 GRAIL mission peers beneath the Moon's fractured surface

Map of lunar gravity sheds light on early solar system

Le Monde selon la  Physique ( PHYS.WORLD  w 49 ) : les premiers temps de l 'Univers...
 

Ancient gas sheds light on universe's first billion years
5 Dec, 2012
Quasar light probes era when first stars switched on

Le Monde selon la  Physique ( PHYS.WORLD  w 49 ) : les premiers temps de l 'Univers...
 

Semiconductor funnel could boost solar cells
4 Dec, 2012
Band-gap engineering increases photon absorption

Le Monde selon la  Physique ( PHYS.WORLD  w 49 ) : les premiers temps de l 'Univers...
 

Virtual phonons get real
3 Dec, 2012
Dynamical Casimir effect spotted in ultracold gas

Le Monde selon la  Physique ( PHYS.WORLD  w 49 ) : les premiers temps de l 'Univers...
 

Light bends itself round corners
30 Nov, 2012
Beams travel along parabolic and elliptical paths

Le Monde selon la  Physique ( PHYS.WORLD  w 49 ) : les premiers temps de l 'Univers...
 

Complex 3D nanostructures built using DNA bricks
30 Nov, 2012
'LEGO' assembly technique takes DNA nanotech to a higher level

A SUIVRE


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


000111aaa 168 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine