Magazine Humeur

« Je n’arrive pas à me séparer de mes UGG ! »

Publié le 10 décembre 2012 par Lagrandedepression

« Je n’arrive pas à me séparer de mes UGG ! »

Chère Claudia,

Ça fait longtemps que je demande aux différents gouvernements de classer les UGG dans les dépendances nocives pour la santé, au même titre, que l’alcool et le tabac. La UGG est une maladie qui atteint de trop nombreuses filles et ronge notre société sans que les autorités sanitaires ne s’inquiète de ce fléau vestimentaire. Même si les ventes ont chuté de 30 %, la botte d’inuit résiste à sa ringardisation.

Alors d’où vient cette addiction à la UGG ?

Souvenons – nous, 2003, tout le monde danse sur « Satisfaction » de Benni Bennassi au moment où Stella McCartney et Kate Moss commencent à porter ces drôles de chaussures. Il suffit de 3 photos sur des magazines de mode pour provoquer une hystérie mondiale comme un long cri d’une Beatlemaniac  : toute la planète « Fille » s’est mise à enfiler sa paire de UGG. De Pamela Anderson à Vincent McDoom en passant par toutes les starlettes de télé réalité. Des pointures comme on dit.

« Je n’arrive pas à me séparer de mes UGG ! »

A la question « pourquoi tu portes ces horreurs ?», les Uggeuses vous répondront « Qu’est ce que je suis bien dans mes UGG ! ». C’est parce que la botte est fourrée et garde ainsi le pied au chaud, provoquant une légère sudation. A la fin d’une journée en UGG, ça sent le fromage fondu façon raclette savoyarde. Généralement, la porteuse de Ugg ne les enlève jamais pour cette raison. Quand quelqu’un lui demande si elle veut retirer ses UGG, elle répond : « ah non, qu’est-ce que je suis bien dans mes UGG ! » et ainsi de suite… A se demander, si elles ne dorment pas avec.

Une autre phrase qui revient souvent à propos de la UGG : « C’est peut-être moche mais ça s’enfile rapidement. » Un peu comme une mauvaise meuf de fin de soirée, diront les plus misogynes. Oui, le côté pratique de la UGG s’est imposé au sein de cette génération de filles fainéantes qui passe plus de temps à trainer les pieds dans un Mc Do que de suer dans les salles de sports.

« Je n’arrive pas à me séparer de mes UGG ! »

Mesdemoiselles, comme Claudia, vous possédez une paire de UGG qui dort dans le placard à chaussures et qui, à la manière d’un Woody de Toys Story, attend désespérément que vous les sortiez de nouveau. Chaque année, vous vous jurez de ne plus les porter car ce n’est plus à la mode, mais rien n’y fait : vous retombez dans le panneau dès que l’hiver arrive et vous ne les quittez plus jusqu’en août.

Alors je dis stop ! Tous les médecins vous le diront : ces chaussures ne sont pas bonnes pour le bien-être du pied, car ils ne sont pas soutenus. En plus, un juge a même statué que la UGG n’est pas adaptée à la conduite

En plus d’être mauvais pour la santé, les UGG font parties des chaussures les plus détestés par les hommes. Car il faut être objectif, c’est moche, ça vous fait les pieds de Casimir de l’île aux enfants.

« Je n’arrive pas à me séparer de mes UGG ! »

Alors, Claudia, ne venez pas vous plaindre qu’à 30 ans et des brouettes vous êtes encore célibataire à rentrer toute seule chez vous avec une banane dans un sachet plastique. Par pitié, je sais que ça vous rend triste mais brûlez vos UGG dans une cheminée, donnez les à un pauvre dans le métro ou éviscérez les pour en faire un panier à chien, j’en sais rien. Mais arrêtez de les porter, et vous rebondirez socialement.

Ne me remerciez pas pour ces précieux conseils.

Yves


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lagrandedepression 5980 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine