Magazine Environnement

Réchauffement climatique: la Terre en surchauffe

Publié le 18 décembre 2012 par Eldon

© Inconnu

La Température de la Terre monte, monte. Elle sera bientôt en surchauffe. Qu’est-ce-qui va pouvoir l’arrêter? PwC vient de publier une étude prévoyant un réchauffement mondial qui « pourrait atteindre au moins 6°C d’ici la fin du siècle aux taux de croissance actuels des émissions de carbone  « .

« L’étude de PwC mesure la progression des économies développées et émergentes dans le domaine de la réduction des émissions de carbone liées à la production économique. Si l’augmentation de l’intensité des émissions observée en 2010 s’est inversée, la réduction mondiale de seulement 0,7 % en 2011 ne représente qu’une fraction de ce qui est prévu par les engagements internationaux visant à limiter à 2°C le réchauffement climatique mondial.

 

« Le risque pour l’entreprise est d’être confrontée à des conditions météorologiques imprévisibles et extrêmes à l’origine de difficultés pour les marchés et les chaînes d’approvisionnement. Même en doublant nos taux mondiaux de décarbonisation chaque année jusqu’en 2050, le réchauffement climatique atteindrait encore 6°C. Les ambitions des États de limiter le réchauffement à 2°C paraissent donc tout à fait irréalistes », insiste Thierry Raes, associé-fondateur chez PwC. »" (Environnement Online)

Le réchauffement climatique n’est pas anodin. Ses conséquences sont importantes:

  • réchauffement des terres émergées et des latitudes élevées
  • fonte des glaciers , diminution voire disparition dans certaines zones de la glace dans l’Arctique et l’Antarctique
  • élévation du niveau de la mer provoquant desinondations des zones côtières, à cause de l’augmentation de la température de l’eau, la dilatation de l’eau chaude la rendant plus volumineuse que l’eau froide
  • perturbation voire destruction de certainsécosystèmes
  • extinction d’espèces
  • extension du désert
  • recrudescence de maladies infectieuses, qui s’étendront vers le Nord
  • vagues de chaleurs plus intenses
  • fortes pluies plus fréquentes et denses
  • cyclones, typhons et ouragans plus intenses, avec des vents et précipitations plus violents ainsi que des inondations, provoquant des dommages humains et matériels graves
  • baisse de la ressource en eau potable
  • migration de masse des peuples subissant le réchauffement climatique

Selon un rapport du Forum humanitaire mondial publié en 2009 et présenté par Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations Unies, le réchauffement climatique tue 300 000 personnes par an. (Verdura)

« Autre conséquence grave concrète, le nombre de réfugiés climatiques qui ne cesse d’augmenter. Le terme de « réfugiés climatiques » apparaît pour la première fois dans un rapport de 1985 du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). Il désigne les personnes condamnées à quitter leur pays d’origine suite à des catastrophes naturelles liées au dérèglement climatique (sécheresses, inondations, cyclones…).

Plus de 25 millions d’individus ont déjà fui des catastrophes naturelles pour se réfugier dans un autre pays. Ils viennent surtout d’Asie du Sud (Bangladesh, Sri Lanka, Inde…), d’Afrique ou des îles Pacifique, des régions du monde particulièrement affectées par le réchauffement climatique. A ce jour, il n’existe pas dans le droit international de statut juridique propre pour ces réfugiés.

250 millions est le nombre de réfugiés climatiques dans le monde d’ici 2050, d’après les prévisions de l’ONU« . (GEO)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Par Jean-Pierre Bardinet
posté le 27 décembre à 17:04

Supposons que T augmente. Voici des affirmations fausses dans votre propos catastrophiste (qui oublie les bienfaits de températures plus clémentes) « Extension du désert » : faux, car, lors de l’Holocène le Sahara était verdoyant et la biodiversité y était florissante (y compris les peuplades humaines. « Recrudescence de maladies infectieuses, qui s’étendront vers le Nord » : faux, car la malaria, par exemple, a déjà sévi sous nos latitudes et même en Sibérie. Elle a été éradiquée grâce à l’assèchement des zones marécageuses. « Cyclones, typhons et ouragans plus intenses, avec des vents et précipitations plus violents ainsi que des inondations… »: faux, car tout le monde sait que les tempêtes et les événements extrêmes sont plus intenses et plus fréquents en hiver, quand les températures polaires sont plus basses. Cela est dû à des AMP plus fréquents et plus intenses, qui créent des dépressions plus creuses, donc plus violentes. « Baisse de la ressource en eau potable » : il faudrait être cohérent ; s’il y a plus de pluie, je ne vois pas par quel miracle il y aurait moins d’eau potable… Enfin les 300 000 victimes d’un RC qui n’existe plus, je me demande de quel chapeau les sort Kofi Annan…. La suite des prédictions est du pur délire….

Par Jean-Pierre Bardinet
posté le 27 décembre à 16:53

Lors de l’Optimum Médiéval, plus chaud que de nos jours, aucune des catastrophes que vous annoncez n’a eu lieu. Un petit coup d’œil dans le rétroviseur est parfois très utile avant de sortir des carabistouilles… Idem pour l’Holocène, encore plus chaud que l’OM….

Par Jean-Pierre Bardinet
posté le 27 décembre à 16:50

On peut toujours prévoir le pire en lisant l'avenir dans le marc de café. mais on n'a pas le droit de mentir en disant que Tglobale monte, car elle est stable depuis 16 ans. Les droites de tendance Hadcrut et RSS sont quasiment plates depuis 1997:

http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:1997/offset:-0.15/trend/plot/rss/from:1997/trend

A propos de l’auteur


Eldon 6078 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte