Magazine Régions du monde

Shirley Rufin, Entretien avec Dominique Brebion

Publié le 21 décembre 2012 par Aicasc @aica_sc

Shirley Rufin, entretien avec Dominique Brebion

Shirley RufinArchéologies mentales

Shirley Rufin
Archéologies mentales

Pouvez -vous définir votre démarche et votre pratique artistique?

 Je questionne à la fois la perception de la nudité et la finalité plastique du medium photographique. J’aborde la question du tabou de la nudité  dans la société post – coloniale de la Martinique qui connaît cependant les exhibitions excessives du carnaval.

Le point de départ de mes recherches, c’est le scandale  causé au XIX ème siècle par  la femme dénudée du Déjeuner sur l’herbe d’Edouard Manet  dont j’ai proposé pour mon diplôme de fin d’études  un remix en trois dimensions dans une perspective féministe en inversant les rôles car dans ma version, c’est l’homme qui est nu.

Ma démarche s’inscrit dans les pratiques contemporaines du remix, de l’enquête sociologique  et de l’expérimentation photographique.

Sirley RufinPause photo numérique 2005

Sirley Rufin
Pause
photo numérique
2005

Vous parlez d’expérimentation photographique. Vous est – il possible de développer cet aspect de votre recherche plastique ?

C’est par la métamorphose du corps, sa mise à l’épreuve pour le rendre anonyme et non identifiable que  je tente de désamorcer ce tabou de la nudité. L’outil photographique me  donne les moyens de cette substitution en plusieurs étapes. A partir d’un cliché argentique classique soumis à un traitement à l’acide et à une mise sous presse au contact d’une plaque de cuivre s’opère la transfiguration du corps. Une capture numérique agrandie et tirée sur plexiglas révèle l’œuvre, une dépouille isolée sur fond noir, une chimère vaniteuse.

Vaniteuse comme infatuée, prétentieuse  de sa beauté sans doute mais aussi proche de cette catégorie de nature morte dénommée Vanités, de ces allégories de la précarité de la vie.

Entre – t -il une part de hasard dans la production de vos images ?

Beaucoup moins aujourd’hui car j’ai réussi à maîtriser le processus. A partir d’une découverte fortuite dans le cadre d’une expérimentation j’ai appris à  diriger le processus de transformation  induits par l’acide,  le cuivre et le temps.

Qu’entendez – vous par archéologies mentales ?

Par archéologies mentales (ou images mentales) il faut comprendre les représentations cérébrales mémorisées ou imaginées qui sont construites en dehors  d’une stimulation visuelle directe. Précisément, si cette imagerie mentale n’est pas le résultat direct de la perception elle se fonde en revanche sur toute notre activité visuelle passée et se combine avec notre propre faculté d’imagination pour produire de nouvelles images mentales. Ainsi, à cette notion il faut associer tout aussi bien les représentations des objets, que celle des idées, des concepts. Par ailleurs, j’associe ces « archéologies mentales » à la notion de reconstitution car, elles sont  des  recréations artificielles de toutes pièces de quelque chose pour reproduire un aspect voire un état singulier. De plus ces images ont une double nature car elles naissent du conscient et de l’inconscient.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aicasc 9285 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte