Magazine

Accident domestique

Publié le 04 avril 2008 par Mtislav
Ce billet est destiné à tous ceux qui croulent sous les livres. Faites comme Miklos, si vous ne savez plus où les ranger, il vous reste le net. En ce qui concerne notre ami, il y en 442 pages à raison de 10 ouvrages par page. J'ai parcouru ladite bibliothèque avec intérêt. Je vous assure que si vous êtes pris une nuit d'insomnie, je vous conseille de vous retrouver chez moi que chez lui. Sans vouloir s'adonner à un anti-intellectuallisme facile, jetons un oeil à une page au hasard. Non, pas la page 431, ça commence mal :  
- 4000 mots les plus usités en russe : on s'en fiche, on le parle tous couramment ;- Mysticism and Logic : on le connaît par coeur ;- La philosophie, le tome 3 de Objet à Wittgenstein, d'accord, d'accord, j'arrête.
Prenons plutôt la page 222. Je vous jure que j'ai choisi au hasard. Bonne pioche : Martin Eden de Jack London. Le problème, c'est que vous devez le trouver parmi les 4415 autres. Vous imaginez. Vous me direz, vous pouvez tomber sur Pierre Louÿs, La Femme et le Pantin. Celui-là, je le connais par coeur. Il se termine par ces mots :
"Ma Conchita, je te pardonne. Je ne puis vivre où tu n'es pas. Reviens. C est moi, maintenant, qui t'en supplie à genoux. 
Je baise tes pieds nus."
Avant de parvenir à cette chute torride, vous avez avalé quelques une bonne quantité de poussière sans tomber pour autant sur "Ask the dust" de John Fante, "Le Grand Nulle Part" de James Ellroy ou "Carte-Postale de la vire" de Greg Child. Vous vous serez heurté à "La Cinquième Montagne" de Paolo Coelho ou vous seriez mort à "Venise", un guide qu'aurait pu lire Thomas Mann puisqu'il a été édité en 1992, autant dire qu'à cette époque le palais des Doges ne devait pas encore exister. Il faut apprendre à jeter les vieilleries. Paolo Coelho dans une bibliothèque, c'est une faute de goût impardonnable.  Il faut nous interroger sur la portée du geste : publier la liste des bouquins qu'on a volé au cours de son existence, pardon, acheté, me dit pas qu'on te les a offert... finalement, c'est une sacrée circonstance atténuante quand on y réfléchit. Notre bibliothèque n'est jamais qu'une partie de celle de nos professeurs, de nos amant(e)s, le fruit de cadeaux hasardeux et je passe sur d'autres circonstances, héritages, dépôts, emprunts...  Publier cette liste requiert une secrétaire. C'est indispensable. Six mois d'arrêt de travail constitue une alternative. Avec la jambe dans le plâtre. Quoique vaut mieux avoir de bonnes jambes pour monter sur l'échelle et aller attraper "L'Esthétique de la disparition" de Paul Virilio sans tomber dans "La Fosse Commune" d'Henri Troyat. Et puis après, il y a les raseurs : est-ce que tu pourrais me prêter ton volume sur ceci ou cela... Ce serait pas toi qui m'aurait emprunté "Les Comtes pour buveurs attardés" de Tremblay, c'est pas à toi... Je ne mets pas le lien, des fois que tu doives vraiment lui rendre.

Vous, mon lecteur, qui êtes perspicace, vous mesurez à quel point une telle démarche vous engage. J'aurais l'impression d'être tout nu si je devais donner la liste des livres qui traînent chez moi. Oui-Oui et la voiture jaune, Caroline au Canada, Martine à la mer, Le Club des Cinq et le secret du vieux puits, Michel Vaillant le secret de la peur
J'ai vu que dans la liste de notre ami figurait le dictionnaire des synonymes. Je l'ai aussi. Finalement, on a encore un autre point commun. 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mtislav 79 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte