Magazine Humeur

Pourquoi la vérité sur les prisons françaises ?

Publié le 30 décembre 2012 par Rsada @SolidShell

france,société,justice,prison,vérité,baumettes,marseille,colmar,politique,hollande,republique

Grande oubliée de ces 10 dernières années, la politique carcérale française aura connu au cours du deuxième semestre 2012 une surprenante visibilité dans les médias.

Jamais notre presse n'aura autant levé le voile sur la réalité vécue par les personnes détenues dans notre pays. Cette réalité indigne qui place la terre des Droits de l'Homme en fâcheuse posture face aux normes européennes et mondiales, appelait à une prise de conscience nationale quand à la notion même de Justice rendue au nom du Peuple français.

Alors que la prison et le sort réservé aux personnes détenues n'ont à aucun moment été abordés lors de la dernière campagne présidentielle, doit-on estimer aujourd'hui que cette nouvelle visibilité soit le fruit d'une volonté affichée de changer l'ordre établi ou seulement de soulager quelque peu le poids de notre conscience collective ?

Depuis plus de 50 ans, que l'économie soit au beau fixe ou en pleine tourmente, les conditions de détention dans notre pays n'ont jamais été une priorité pour nos compatriotes et les différentes majorités politiques qui se sont succèdées. Nous avons abandonné l'idée que rendre la Justice ne se suffit pas à elle-même. Elle oblige aussi à se poser la question de la manière où nous privons des gens de Liberté, dans quel but premier et du jour où les personnes incarcérées retrouvent la liberté.

Ce constat, amer et désastreux pour notre société, est aussi une responsabilité politique. En renonçant à éclairer les français sur la réalité vécue en prison, en instrumentalisant les faits-divers, en niant la dégradation physique et mentale des détenus, nos responsables politiques ont contribué à nous léguer des prisons poubelles où se côtoient les rebuts de notre société. Cela n'est pas conforme avec le principe d'une Justice juste et équitable, qui veut que l'on soit puni pour avoir transgresser la Loi commune à tous.

C'est aussi pour cela que j'ai récemment adressé au Président de la République François Hollande, une lettre ouverte dans laquelle je lui demande d'ouvrir les prisons aux observateurs indépendants et aux journalistes, de manière à ce que les français soient les seuls comptables de ce qui se passe dans leurs prisons et qu'ils jugent si cela est réellement conforme avec les grands idéaux que nous défendons au nom de la République et de la France.

A celles et ceux qui m'ont souvent reproché d'avoir plus de considération pour les bandits et les criminels qui pourrissent en prison que pour leurs victimes, je confirme que je demeure un utopiste qui continue de croire dans la République, dans les idéaux qu'elle porte et dans la Justice qui est toujours rendue au nom du Peuple !

Dans le même temps, je suis soulagé qu'avec des exemples comme la prison de Baumettes de Marseille ou celle de Colmar tant médiatisées, les nombreuses fois où j'ai décrit cette vérité sur ces pages depuis plusieurs années n'était pas une illusion. Je n'ai jamais menti, ni inventé cette vérité. Chacun est placé devant ses propres responsabilités. La mienne est de ne pas trahir et de ne pas souiller la République à laquelle je crois.

En 2012, selon la triste comptabilité tenue par Ban Public, c'est encore 73 détenus qui ont mis fin à leurs jours dans des conditions avérées ou mystérieuses. C'est le chiffre le plus bas enregistré depuis quelques années. C'est toujours trop !

A la manière de Friedrich Nietzsche : « La vie a besoin d'illusions, c'est-à-dire de non-vérités tenues pour des vérités. »


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Rsada 587 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte