Magazine Culture

Californication épisode 1x03 "The Whore of Babylon"

Publié le 05 avril 2008 par Red

Note attribuée à l'épisode : 11.9/20
I
dentification de l'épisode : saison 1, # 3
Ecrit par : Tom Kapinos
Titre vf : "Peu importe le flacon..."
Diffusion US [Showtime] : 27/08/07

Je ne sais pas quoi penser de la série, puisque je suis obligé de juger deux éléments différents, d'un côté l'appréciation personnelle de l'épisode et son développement scénaristique de l'autre (en général, ça va souvent dans le même sens avec les autres séries) et Californication est le genre de série qu'on regarde juste pour le fun sans se préoccuper de l'évolution (absente) des personnages ni du développement des intrigues. Ca se voit bien à travers cet épisode qui est globalement plutôt sympa à suivre et pas déplaisant mais de nouveau, ça manque cruellement de développement, de marques et de priorités. Ca avance sans avancer en fait, puisqu'on ne sait pas du tout ce que veulent faire les scénaristes du personnage de Hank, on stagne alors que c'est l'archétype même du type qui mérite une évolution de fou.

J'ai bien envie de croire que les premiers épisodes permettent de planter les personnages (ou plutôt le personnage principal) donc j'ai l'espoir qu'on verra plus de développement par la suite. Donc cet épisode marque un grand tournant dans la série, puisque Hank passe par un bar. Ca doit être la première fois ! ;) Mais attention, la scène a tout son sens et se démarque des autres scènes au bar puisqu'il rencontre une femme qu'il connaît, un blind date, soit une femme qu'il avait larguée auparavant. Sauf que la femme sort avec un mec marié et le seul truc qui les lie est un chien qu'elle appelle Cat Stevens et elle demande à Hank de le chercher chez lui (après avoir couché avec Hank, évidemment). L'intrigue est assez sympa et agréable à suivre. Faut vraiment pas chercher plus loin puisqu'on trouve rien, c'est juste des intrigues drôles pour "faire passer le temps" et occuper l'épisode sans avoir aucune répercussion sur l'évolution de la série.

Sauf que Hank apprend plus tard dans l'épisode que le chat qu'il a volé chez married man n'est pas Cat Stevens donc il le donne à sa fille qui en avait demandé un dans l'épisode précédent. Avec un tableau ideux qu'il a également volé chez le type marrié. Karen prend ça pour de la bonté puisqu'elle pense qu'il a acheté tout ça. On arrive à la dernière scène qui est plutôt réussie, cette fois-ci avec l'apparition d'une voix-off qui ne me déplaît pas. En gros, un épisode de Californication c'est à peu près 24 minutes de sexe, de vol de chiens, de peintures, de drogue, d'alcool et tout ça et la dernière minute est une sorte de parodie des séries actuelles avec la voix-off ou les scènes plus drama qui servent apparemment à rien puisque tout ce qui est présenté dans LA dernière minute n'a pas de répercussions dans les épisodes qui suivent puisqu'on revient toujours à la même idée de base, celle qui est que Hank est un pervers et qu'il ne peut s'empêcher de combler les lacunes de sa vie en couchant avec des femmes et en aggravant sa descente aux enfers. Enfin, bon la dernière minute permet quand même de rendre le personnage de David Duchovny attachant et moins rigide, c'est déjà ça. On sent donc une tentative de développement de personnage à la Brothers & Sisters, c'est pas dispensable mais la série peut mieux faire et surtout l'utiliser à bon escient.

Pendant ce temps, les scénaristes nous montrent toute l'étendue de leur talent d'introduction de personnages avec celui de Dani qui, en 3 répliques sur deux épisodes a réussi à passer pour un gros boulet. Son intrigue avec Charlie est absolument débile, c'est du pur déjà-vu, c'est mal écrit et sans intérêt. La secrétaire fait exprès de paraître conne pour que Charlie lui donne des fessées après avoir vu des photos dénudées d'elle, c'est idiot.

À côté de tout ça, il y a toujours Mia qui essaie de faire sa rebelle à deux balles quand elle passe chez Hank avec des sourires coquins et manipulateurisés à mort. Wow quelle phrase ! J'aime assez bien cette intrigue qui semble se prolonger vers la suite de la saison avec Karen qui n'en sait rien mais qui est à deux doigts de le découvrir. Surtout avec Bill le boss du magazine et le père de l'adolescente, la situation semble assez intéressante.

Et puis les scénaristes essaient toujours de donner un intérêt à la relation Hank/Karen mais j'aime pas, ça paraît faux et trop poussif.

En bref : La série reste divertissante et pas trop longue, ce sont ses (seuls?) points forts. À côté de ça, elle stagne beaucoup trop et privilégie de nouveau la légèreté alors qu'elle gagnerait en qualité et en intelligence si elle introduit des scènes plus dramatiques et moins trash pour faire du trash.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Red 41 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte