Magazine Info Locale

La voiture électrique produite dans le marais poitevin, la Mia Electric, débarque en Angleterre

Publié le 07 janvier 2013 par Accueilvendee
Mia Electricet

Mia Electric à Paris

La Mia Electric sera commercialisé en Angleterre en 2013.  La petite voiture électrique produite à Cerizay, dans les Deux-Sèvres, aux portes du marais poitevin, a reçu un accueil assez favorable de la part du populaire site d’informations londonien Cityam.com, dont je traduis ici l’article du journaliste Ryan Borroff qui l’a essayée.

Avec son aspect extérieur carré, la Mia Electric est une bonne voiture de ville

La dernière fois que j’ai écrit à propos d’une EV ici était pour la Twizy de Renault, qui, bien que très amusant, seulement deux sièges. Cette  Mia Electric – voiture à zéro émission avec une autonomie  de 110 km – du nouveau fabricant français du même nom, dispose de trois sièges ou, dans la version L, peut accueillir quatre passagers  et est conçue surtout pour le transport urbain.

Les voitures rivales de Mia sont la Citroën C-Zero et Renault Zoe, mais elle est plus petite. A seulement 287 cm de long, elle est nettement plus courte que la Volkswagen Up, et seulement un peu plus longue d’une Smart Fortwo. Le pilote est situé au centre avec deux passagers arrière dans une formation pointe de flèche. Les passagers peuvent se dégourdir les jambes à côté du conducteur, qui se sent étrangement intime dans un premier temps. Comme la Twizy, l’intérieur dispose d’un design très spartiate – seulement quelques contrôles de base indiquent la charge restante, et la vitesse. Certains plastiques intérieures ne semblent pas chères mais elle est assez confortable. Et il y a une charmante simplicité, ce que fera appel à des gens qui ne peuvent supporter la charge statique visuelle habituelle d’un intérieur automobile.

La Mia peut être carrée, mais ce n’est pas une mauvaise façon de faire. Ouvrez les portes en actionnant le bouton de porte « fleur » – le logo Mia, en fait – et ensuite montez à partir de chaque côté, rendu possible par le siège que du conducteur en position centrale. Nous roulions en Mia trois places. Elle est conduite en un tournemain, il suffit de mettre en marche et sélectionner la marche avant ou la marche arrière et vous voilà parti. On se sent très frisquet – elle ne pèse que 765 kg – et est amusante et étonnamment bonne. Nous avons même roulé avec la voiture sur l’autoroute, un environnement pour lequel elle n’est pas vraiment conçue, où elle s’est portée étonnamment bien, mais comme le siège du conducteur est au centre, il faut un certain temps pour s’ habituer à la conduite. Elle pas aussi rapide que certains autres véhicules électriques, même si elle  tourne assez bien.

Le temps de recharge est aussi peu que trois heures, mais une charge de dix minutes rapide est possible, ce qui devrait limiter l’angoisse psychologique, en supposant que vous trouverez une borne de recharge à proximité.

Elle est est un peu chère par rapport aux rivales à combustibles fossiles. La VW Up côute 8500 Euros (si vous achetez la Mia chez un mandataire voiture comme Aramis Auto en France, c’est tout juste 11 000 € clés en main), mais elle n’a pas ce divertissement « press and go » d’un véhicule électrique, ou le sentiment que vous conduisait la toute dernière nouveauté technologique. Il n’a pas non plus les panneaux de plastique résistant aux bosses de la Mia, qui pourraient sans doute être un bonus dans la ville. Etre capable d’entrer et de sortir de la voiture des deux côtés est très pratique, surtout si vous pouvez vousgarer dans des espaces restreints ou dans des rues étroites Londres.

La Mia saura sans aucun doute attirer l’attention dans les rues animées de Londres. Ce n’est pas pour tout le monde et vous aurez besoin d’avoir un mode de vie très spécifique – ou une deuxième voiture. Mais il y a une grande satisfaction à ne jamais avoir à aller n’importe où près d’une station essence. Et les coûts de fonctionnement seront faibles : Mia affirme qu’il en coûte seulement 1 Euro pour 100 km pour fonctionner, ce qui équivaut à 0,8 l/100 km, ce qui est une proposition attrayante. Pour ne rien dire du côté  pollution.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Accueilvendee 260 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine