Magazine Société

La société idéale selon The Economist

Publié le 08 janvier 2013 par Christophefaurie
Quelque chose m’a toujours frappé dans The Economist : la publicité que l’on y trouve. Elle décrit la façon dont ses lecteurs conçoivent le monde.
L'étonnant n’est pas tellement que l’on y vende des propriétés qui ont une dizaine de salles de bains (dans une métropole). C’est plutôt l’image de la famille qu’elle donne. La femme est au foyer. Elle est très belle, mais bête. On propose de l’assurer : que fera-t-elle si le chef de famille vient à disparaître ? Quant au fils, il héritera de son père, qui « construit une dynastie » (et lui lègue sa montre).
Tout ceci dans une culture bobo bling-bling. Publicité pour montres, sacs Vuitton et palaces sans âme, généralement faite par des artistes de gauche, représentés dans la nature sauvage. Car le riche a quelque chose que nous n’avons pas. Il se voit bohème. Il se donne les moyens de réaliser ses rêves, par exemple de passer une nuit dans (ce qui reste de) la canopée amazonienne.
La société idéale selon The Economist C’est fascinant. Les valeurs des lecteurs de The Economist sont exactement celles que le journal veut détruire chez les autres : la femme au foyer, l’héritier, l’oisiveté, la nature vierge… Le plus curieux est peut être la publicité de la canopée : le riche rêve de la vie de ceux qu'il sacrifie à sa fortune. 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Christophefaurie 1652 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine