Magazine Séries

(DAN) Forbrydelsen, saison 3 : l'ultime enquête de Sarah Lund

Publié le 08 janvier 2013 par Myteleisrich @myteleisrich

forbrydelsendrh_zps494abee8.jpg

Un chapitre s'est refermé cet automne 2012. Forbrydelsen (The Killing, en version internationale) s'est en effet achevée fin novembre au Danemark, sur une troisième et dernière saison composée de dix épisodes. C'est une fiction qui gardera toujours une place particulière dans mon panthéon personnel des séries. Ma rencontre avec elle remonte à il y a deux ans, en janvier 2011, quand BBC4 s'était lancée dans sa diffusion. Etant donné ma fréquentation assidue du petit écran anglais, il était assez logique que je succombe à la "vague nordique" lorsqu'elle est arrivée outre-Manche. La première fois que je vous en ai parlé, c'était pour la désigner comme mon obsession du moment.

Il faut dire que Forbrydelsen a été mon déclic danois. Un coup de coeur qui m'a encouragé à explorer de nouvelles terres téléphagiques inconnues, notamment en Europe. Indirectement, elle a eu d'autres conséquences, comme celles de renouveler ma curiosité pour les polars scandinaves et de m'entraîner vers bien d'autres découvertes nordiques, littéraires notamment. Elle fut aussi l'occasion d'une rencontre avec une héroïne de fiction marquante, Sarah Lund, et un sens du fashion qui restera symbolisé par son éternel pull. Cette troisième saison, à côté d'une intrigue policière classique, avec ses cliffhangers toujours très efficaces, aura avant tout été une ultime enquête dédiée à ce personnage.

[La review qui suit contient des spoilers sur l'évolution générale de la saison. A lire à vos risques et périls.]

forbrydelsendra_zps2659833f.jpg

Les débuts de la saison 3 de Forbrydelsen permettent de retrouver Sarah Lund avec de nouveaux projets : elle espère une promotion dans un département de police moins contraignant, tout en essayant tant bien que mal de renouer des liens avec son fils, Mark, devenu un jeune adulte et qui tend à l'éviter. Lorsqu'un corps non identifié est retrouvé dans le port, elle se voit confier l'affaire, en apparence destinée à être vite classée, sans imaginer l'ampleur que cette dernière s'apprête à prendre. D'autres marins sont en effet retrouvés morts sur le navire qu'ils étaient sensés garder. Ils étaient employés par Zeeland, une importante entreprise danoise notamment spécialisée dans le commerce maritime.

Or Zeeland fait l'objet d'une attention toute particulière dans un contexte politique électrique, puisque des élections législatives sont prévues très prochainement. La société doit notamment rendre possible le plan de redressement économique, visant à faire face à la crise, que le Premier Ministre sortant soumet aux votes des électeurs. Son PDG, Robert Zeuthen, entend bien apporter son soutien à cette politique, en dépit de certaines dissensions en interne. C'est alors que sa fille, Emilie, est kidnappée. Quels liens existent entre le meurtre des trois marins étrangers et l'enlèvement de l'enfant d'un millionnaire ? Sarah Lund enquête, collaborant pour cela avec la Special Branch chargée de la sécurité du Premier Ministre, où elle retrouve une ancienne connaissance, Mathias Borch.

forbrydelsendrx_zps31848f69.jpg

Dans la continuité directe des précédentes saisons, la grande force de Forbrydelsen demeure sa capacité à se réapproprier avec assurance et un réel savoir-faire les recettes classiques de son genre. Poursuivant l'exploration des diverses facettes du polar, cette troisième saison s'intéresse au cas du kidnapping d'un enfant. L'affaire est traitée comme un thriller policier, Sarah Lund se lançant sur les traces du ravisseur tout en essayant de comprendre ce dernier, mais elle recouvre aussi des thématiques plus larges qui rappellent un des attraits majeurs de la série : sa richesse. Car cet enlèvement est l'occasion d'une exploration plus intime et personnelle de l'expérience traumatisante vécue par les parents de la disparue, tout en développant un dimension plus politique dès lors que la campagne électorale en cours se saisit du kidnapping pour l'instrumentaliser, notamment pour critiquer la gestion par les autorités - et donc par le gouvernement - de la situation.

La construction de l'intrigue obéit à des règles éprouvées qui démontrent une nouvelle fois leur efficacité. Le téléspectateur étant désormais familiarisé avec l'univers de Forbrydelsen, il faut reconnaître que le feuilletonnant bien huilé tend parfois à rebondir sur des retournements attendus, voire prévisibles. Pourtant la recette fonctionne toujours, bien aidée par une durée ni trop longue, ni trop courte (10 épisodes), et surtout par l'art du cliffhanger dans lequel la série excelle. Elle n'a pas son pareil en effet pour conclure chaque épisode sur un ensemble d'intrigues laissées en suspens. La tension qui sous-tend l'ensemble connaît alors des piques en mesure de s'assurer de la fidélité imperturbable d'un téléspectateur qui n'a qu'une seule envie : se précipiter sur la suite.

forbrydelsendrb_zps3ced1203.jpg

Dans le même temps, Forbrydelsen est une série qui renvoie un miroir à la société au sein de laquelle elle se déroule. Sa force a toujours été de profiter des faits divers relatés pour permettre des éclairages plus larges. En arrière-plan, dans cette saison 3, on parle donc crise économique, délocalisation, et, peu à peu, tout un pan politique se greffe directement ou non à l'enquête en cours. Poursuivant la progression dans les échelons du pouvoir initiée au cours de la première saison, la série se propose de nous faire suivre cette fois le Premier Ministre du Danemark. Elle nous plonge dans une lutte électorale dans laquelle tous les coups sont permis. Cependant, si ses ambitions de polar aux ramifications plus vastes demeurent intactes, la saison ne convainc pas entièrement sur ce plan.

En effet, les protagonistes de ces jeux politiques manquent d'ampleur. Développés de manière trop superficielle, ils prennent place dans des scènes qui résonnent un peu artificiellement (un ressenti peut-être accru par les parallèles inconscients du téléspectateur avec Borgen). Pourtant ces réserves doivent être mises entre parenthèses en raison de la force et de la réussite de la conclusion. La résolution de l'intrigue ne déçoit pas, car on y retrouve le pessimisme ambiant qui a toujours été une part intégrante et la marque de fabrique de la série. Si l'ultime revirement du Premier Ministre peut sembler un peu rapide et précipité, l'impact des dernières scènes rappelant combien un être ordinaire pèse peu face aux intérêts du pouvoir est lui parfaitement réussi.

forbrydelsendrr_zpsf1a6c54d.jpg

Au fil d'une saison qui culmine avec ce troublant dernier épisode, l'élément important est l'évolution suivie par le personnage de Sarah Lund. Si on la retrouve fidèle à elle-même dans ses obstinations policières au cours de l'enquête, elle traverse cependant une période de doutes et de remise en cause. Ces développements psychologiques constituent l'apport le plus intéressant de ces dix épisodes. Blessée de voir son fils Mark couper les ponts alors même qu'il s'apprête à fonder une famille, elle s'interroge sur les décisions du passé qu'elle a prises, et sur ce qu'elle peut faire pour reprendre sa vie en main. Le retour de Borch intervient dans ces conditions, alors qu'elle souhaiterait reconstruire quelque chose sans répéter les mêmes erreurs.

Mais Sarah Lund échoue dans son projet de ne pas se laisser aspirer à nouveau par les horreurs de son quotidien, une volonté qui allait contre son tempérament et contre tout ce qui fait d'elle ce qu'elle est. Elle arrivait à saturation, mais son inlassable obsession et persévérance pour la vérité et la justice l'auront finalement précipitée sur une autre pente. Alors que tout aurait pu être réuni pour permettre une sorte de happy end teintée d'amertume par rapport à l'enquête, mais réconfortant pour sa vie personnelle, il n'en sera rien. Les dernières minutes laissent en réalité tout en suspens. Elles frustrent sur le moment intensément, et pourtant, l'acte de Sarah Lund apparaît dans la continuité logique de sa crise existentielle. Car, suivant la tonalité particulière de Forbrydelsen, trouver la paix était impossible.

forbrydelsendr2i_zps960a62d4.jpg

Sur la forme, Forbrydelsen bénéficie d'une réalisation toujours parfaitement maîtrisée. Ses images conservent cette photographie aux teintes grisâtres qui sied si bien à l'ambiance de polar sombre de la série. D'ailleurs, quand elle nous immerge dans les coulisses du quotidien du Premier Ministre, le contraste est alors particulièrement frappant avec Borgen, dont les partis pris esthétiques sont diamétralement opposés. De plus, les thèmes musicaux, caractéristiques, sont bien employés, notamment ce morceau qui conclut les épisodes contribuant à l'efficacité redoutable des cliffhangers de la série.

Enfin, Forbrydelsen rassemble un casting, parfaitement dans le ton, au sein duquel Sofie Grabol resplendit. L'actrice maîtrise à merveille les ambivalances et les paradoxes de son personnage, trouvant cet équilibre unique entre une force persévérante inarrêtable et cette touche de vulnérabilité face à certaines situations. Ses rapports avec son supérieur hiérarchique, Morten Suurballe, sont inchangés, conservant cette froide distance où s'ajoute une certaine compréhension. C'est Nikolaj Lie Kaas qui va cette fois incarner son partenaire pour l'enquête, l'entraînant dans des recoins personnels de son passé. Les parents de l'enfant kidnapé sont respectivement interprétés par Anders W. Berthelsen et Helle Fagralid. On retrouve également à l'affiche Sigurd Holmen le Dous, Stig Hoffmayer, Olaf Johannessen, Jonatan Spang, Trine Pallesen, Tammi Ost ou encore Peter Mygind.

forbrydelsendrf_zps9eff8147.jpg

forbrydelsendr2b_zps3b29bb7b.jpg

forbrydelsendr2c_zps6dd75601.jpg

Bilan : Dans cette saison 3, Forbrydelsen conserve les recettes traditionnelles du polar, thriller tendu, parfois prévisible, mais rythmé par des cliffhangers parfaitement maîtrisés. Cependant son véritable apport tient au développement réservé à Sarah Lund. Ces dix épisodes sont l'histoire d'une tentative d'évasion impossible, d'une remise en cause - pour reprendre sa vie en main sans reproduire les mêmes erreurs - qui échoue, d'une saturation dont les signes étaient présents et qui explose finalement de la plus irrémédiable des manières. Jusqu'au bout, Forbrydelsen aura été fidèle à elle-même, marquée par ce parfum d'amertume désillusionnée qui caractérise cette sombre série.

Sarah Lund a donc définitivement raccroché ses pulls. L'avion s'est perdu dans la nuit. Reste à lui rendre une dernière fois hommage : merci pour toutes ces heures de tension vécues fébrilement devant le petit écran et pour m'avoir réconcilié avec un versant du polar que j'avais délaissé. Ces trois saisons furent une belle expérience sériephile. Une découverte qui reste hautement recommandée (si ce n'est pas déjà fait) !


NOTE : 8,5/10


Une bande-annonce de la saison :


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Myteleisrich 787 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines