Magazine Médias

Elections américaines : où sont passés les autres candidats ?

Publié le 06 novembre 2012 par Kloklo

USA - L'élection présidentielle américaine ne se résume pas à un duel Barack Obama / Mitt Romney. Même si leur chance d'accéder à la Maison-Blanche relève de la fantaisie, les petits candidats veulent peser dans le débat et mettre à mal la toute puissance des partis républicain et démocrate.

De gauche à droite : Jill Stein, Virgil Goode, Rocky Anderson, Gary Johnson, le 23 octobre à Chicago. 

De gauche à droite : Jill Stein, Virgil Goode, Rocky Anderson, Gary Johnson, le 23 octobre à Chicago.  Photo : AFP


Jill Stein et Gary Johnson peuvent s'estimer heureux. Ils ont eu droit à un deuxième débat pour faire entendre leurs idées mardi. Le premier s'est tenu le 23 octobre dernier à Chicago. Diffusé sur C-SPAN -la chaîne parlementaire- et modéré par l'ancien présentateur vedette de CNN Larry King, il leur a permis d'exister médiatiquement le temps d'une soirée. Se présenter à l'élection présidentielle américaine sans l'étiquette démocrate ou républicaine revient le plus souvent à se battre contre des moulins à vent et pourtant, ils sont quatre cette année à pouvoir théoriquement accéder à la Maison-Blanche. Aux côtés de Jill Stein, candidate du « Green Party », et Gary Johnson, candidat libertarien, Virgil Goode et Rocky Anderson représentent respectivement le parti de la Constitution et le parti de la Justice.
Ross Perot comme modèle Leur plus grand défi est d'abord de se faire connaître. Les médias américains ne parlent quasiment jamais d'eux et peu d'électeurs savent qu'une autre offre existe en dehors de Barack Obama et Mitt Romney. « Je suis actuellement à 5% dans les sondages au niveau national, soutient Gary Johnson. Est-ce que l’on entend mon nom cinq fois lorsque l’on entend le nom d’Obama quarante-cinq fois ? Non ! On n’entend jamais mon nom ! Or s’il était mentionné cinq fois à chaque fois que le nom d’Obama ou de Romney était mentionné quarante-cinq fois, je serais le prochain président des États-Unis. » L'ancien gouverneur du Nouveau Mexique, qui soutient notamment la légalisation du cannabis et un retrait immédiat des troupes présentes en Afghanistan, a certainement en mémoire le parcours de Ross Perot. Ce candidat indépendant avait réussi à obtenir 19% des votes en 1992, une performance en partie dûe à sa participation aux trois débats avec George Bush et Bill Clinton. Mais depuis 20 ans, plus aucun autre candidat que ceux des deux principaux partis n'ont pu participer aux débats présidentiels. Le bipartisme américain repose sur de solides fondations et rien ne semble pouvoir l'ébranler.
Victimes des lois et du vote utile « Il est très difficile pour les candidats indépendants aux États-Unis de réussir à attirer les électeurs, notamment en raison des lois qui protègent les deux principaux partis et rendent la tâche difficile pour les autres, explique John Mark Hansen, professeur de sciences politiques à l'Université de Chicago. Si vous êtes un candidat d’un autre parti, vous devez vous qualifier dans chacun des 50 États un par un, et ceux-ci ont des règles d’accès qui sont plus ou moins strictes. Et même lorsque leur nom est sur le bulletin, ces candidats sont souvent victimes du vote utile. » Les défenseurs du multipartisme font aussi valoir qu'une grande partie des citoyens américains ne trouve pas son compte avec un choix réduit à deux options. En 2008, la participation à l'élection présidentielle a été la plus forte depuis 1968, mais ne s'est élevée qu'à 57 % chez les personnes en âge de voter. Au total, près de 100 millions d'Américains ne se sont pas exprimés. « Presque un électeur potentiel sur deux ne se considère pas comme appartenant à ces deux grands partis, juge Jill Stein, qui veut voir adopter un « Green New Deal » pour relancer l'économie du pays en créant des emplois verts. Donc ils ont beau nous appeler 'petits candidats', on représente en fait beaucoup de monde car 90 millions de personnes ne veulent pas voter pour ces deux grands partis. » Christina Tobin, la fondatrice de la fondation Free & Equal à l'origine des débats organisés à Chicago et Washington, veut croire au changement. « Avec ces débats, nous informons les gens que d’autres discours et d’autres choix existent sur la scène politique, dit-elle. En permettant à de nombreux candidats indépendants de se lancer au niveau local lors des élections de 2014, on pourra avoir des candidats qui représentent vraiment le peuple en 2016. Pour moi, l’élection de cette année est truquée. Je préfère penser à 2016 et voir la lumière au bout du tunnel. » Un optimisme que ne partagent toutefois pas la plupart des politologues. Romain Brunet, à Chicago

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kloklo 93 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine