Magazine Humeur

Vanité

Par Ephe
_ Le problème c'est que... je suis écoeurée. Il haussa les épaules un peu indifférent. _ T'es une fille, à quoi tu t'attends exactement ?  Je me détourne pour regarder dehors. La neige tombe doucement en ce 21 décembre. Les lumières de Noël sont allumées, milliers de couleurs joyeuses dans ce décor féérique, mais mon coeur est froid. _ J'ai toujours voulu être jolie. Il ricanna. Je posai ma main sur le carreau de la fenêtre et sa froideur me saisi. Je soupire. _ Mais je n'ai que ça et j'ai cru que c'était suffisant. Que c'était mieux que la beauté. J'avais tord !! _ Come on Leslie ! C'est quoi ton problème ? Arrête de pleurnicher. Tu as un jolie petit cul. Des filles tuerais pour avoir le corps que tu as, pis toi tu chignes sur ton visage.  Je soupire doucement.  _ Tu ne me trouves pas belle n'est-ce pas ?  _ Si je dois dire oui pour que je ne me sois pas déplacé pour rien ce soir, alors oui tu es mignonne dans ton genre, mais Leslie, c'est certain que c'pas ton visage que j'ai vu en premier... Je serre les dents et frappe la vitres de mes deux poings. L'un des carraux se cisaille et entaille ma peau. Du sang sombre serpente le long de mon bras. Je déglutis péniblement. _ Je ne veux plus jouer. J'espèrais me convaincre que j'étais importante pour toi, que tu te souciais de moi mais tu ne veux que ça... _ Leslie ma chérie, que veux-tu que je te dise ? Tu es bien roulée, tu devrais t'en contenter et arrêter de te chercher des démons. Les gars sont attirés par toi, il te siffle, te drague et te regarde. T'es vraiment sex ! _ Mais ils ne restent pas répliquais-je amèrement. Ils ne veulent pas me connaître. Il n'essaye même pas. Je les interesses que parce que je suis sexy... Je me détourne pour lui cacher mes larmes. Je suis pathétique.  _ Leslie... _ Va t'en ! _ Putain tu fais chier !  Il frappe le mur à quelques centimètre de mon visage mais je frémis à peine. Il sort en claquant la porte. Le vide qu'il laisse n'est pas aussi gros que celui dans mon coeur. Il y a déjà trop longtemps que je sais que je ne serai jamais plus qu'un corps  pour les hommes. Ils ne verront pas ma peur, mes yeux qui pétillent et tous ce que j'ai à offrir. Il ne verrront que ça. Le jolie petit cul. Ça commencé à 16 ans, sans mon consentement et aujourd'hui, ça se termine à mes 29 ans. Je prends le petit morceau de verre qui reflète les lumières multicolorent à l'extérieur. Je ne serai plus jamais qu'un corps !
- Fin -

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ephe Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines