Magazine France

Jeune de France, Hollande veut génocider ta race !

Publié le 05 février 2013 par Bravepatrie

Non content de toucher aux institutions sacrées de la République telles que le mariage ou le déménagement pour cause de harcèlement fiscal, François Hollande s’attaque désormais à ce bien de tous les français qu’il est le plus précieux : le langage.

« Race » et « mère » : dans les baignoires du dogmatisme politico-grammatical, le gouvernement s’apprête à égorger ces deux mots innocents.

Hollande veut génocider ta race !

Il n’est guère étonnant de constater que le premier mot condamné au bannissement (NDLR : de la constitution) par les khmers de la grammaire soit le mot « race ».

Interdire le mot ">

Interdire le mot ">

Interdire le mot "race" c’est laisser installer la confusion entre les personnes de langues différentes.

">JPEG - 31.3 ko
Stratégie du chaos

Interdire le mot "race" c’est laisser installer la confusion entre les personnes de langues différentes.

Existe-t-il en effet un mot plus porteur de sens pour le camp brave patriote que ce mot là ? Un de ces beaux mots qui fleure bon la civilisation de l’étage du dessus, un de ces mots/concept autour desquels s’articule la réflexion de la Droite depuis les enfumades de Bugeaud jusqu’aux meilleurs jus de bile d’Ivan Rioufol quand il fait caca mou. Ainsi, interdire le mot race, c’est retirer aux forces vives de la « Droite qui ose » sa capacité à penser l’altérité. En clair, c’est priver le patriote du droit d’appeler un chat, un chat et un bougnoule, un bougnoule !

Mais si l’élite intellectuelle française saura toujours utiliser des outils conceptuels avec brio et photosphop que dire à la jeunesse de France déjà profondément affectée par la taxe des 75% et le rehaussement intempestif du SMIC ?

Que dire à cette jeunesse qui voit avec désarroi le gouvernement lui ôter les mots de la bouche en la privant d’expressions aussi truculentes que « sa race la pute », « va niquer ta race » et autres interjections badines et primesautières ?

Bientôt « Niquer les mères » ne sera plus possible !

Tout aussi révélateur de cette volonté de contrôler la langue est le projet de supprimer également le mot « mère » sous le prétexte d’autoriser les invertis à procréer au grand jour.

Bientôt ces jeunes habitués à ">

Bientôt ces jeunes habitués à ">

Bientôt ces jeunes habitués à "niquer nos mères" devront trouver un substitut sémantique pour exprimer leur appétence au contact avec les personnes de sexe féminin.

">JPEG - 54.8 ko
Say la langue franssaise kon assa-6-ne

Bientôt ces jeunes habitués à "niquer nos mères" devront trouver un substitut sémantique pour exprimer leur appétence au contact avec les personnes de sexe féminin.

On ne qu’être agacé une fois de plus par l’audace gouvernementale et s’interroger sur les conséquences désastreuses d’une telle décision. Qu’aurait dit Guy Moquet si on lui avait interdit d’utiliser le mot « mère » dans son testament comme on veut le faire dans le code civil ? Une fois que la langue française sera orpheline de mère, qu’est ce qui empêchera le législateur d’aller encore plus loin dans l’ignominie en faisant disparaître le terme « maman » ?

Pour D.Kala notre spécialiste des adolescents -et notamment des adolescentes post-pubères à gros seins- c’est d’autant plus grave que « même s’ils font les durs, les petits cons jeunes usent très fréquemment d’éléments langagiers faisant référence à leur maman ». A titre d’exemple, l’expression « va niquer ta mère » est une manière de souligner l’importance du rôle maternel dans le développement de l’adolescent. Selon M. Kala, « privé de sa capacité à verbaliser son vécu intérieur (« nique ta mère, ton père, ta sœur, etc… »), le jeune tombe en proie à des poussées d’acnés et aux quolibets de ses camarades qui lui volent sa drogue et le traitent alors de fayot ».

« Ta mère la pute » va être interdite d’usage

Voler des mots c’est aussi porter atteinte à la richesse syntaxique et jaculatoire que les jeunes apportent à notre belle langue française. Comment rester insensible à toute la mâle verdeur d’un « ta mère en short » ode subtile et amicale à la féminité retrouvée ? Comment ne pas s’émerveiller devant la richesse lexicale que transcende un badin « ta mère la pute » ? Comment ne pas comprendre qu’il s’agit pour le jeune de rappeler à sa manière -chafouine et un peu taquine- combien les mamans en jupe ne vieillissent jamais vraiment et conservent toujours cette magie du fruit défendu -et inaccessible- aux yeux des adolescents ?

Pour sauver la langue française, Nadine Morano travaillerait sur un replay de ">

Pour sauver la langue française, Nadine Morano travaillerait sur un replay de ">

Pour sauver la langue française, Nadine Morano travaillerait sur un replay de "Défense et illustration de la langue française", feat. Honoré 2 BalleZach, Jo-akim du B-Lay, Christian Estrosi

">JPEG - 111.9 ko
e-Riposte

Pour sauver la langue française, Nadine Morano travaillerait sur un replay de "Défense et illustration de la langue française", feat. Honoré 2 BalleZach, Jo-akim du B-Lay, Christian Estrosi

Ce travestissement des mots à l’heure où les rues sont laissées en pâture à des meutes d’invertis doit attirer notre attention ! Il n’est pas le fruit du hasard mais procède d’une stratégie délibérée. Comme dans « 1984 », ce roman d’Orwell qui décrit un monde où le sens des mots est dénaturé par un pouvoir ressemblant fort à celui de François Hollande, il est à craindre que bientôt d’autres mots ne soient à leur tour galvaudés par la socialie rampante.

C’est à ces mots, que nous pensons car si rien n’est fait, bientôt des mots tels que « compétitivité », « performance » ou « profit » n’évoquerons plus qu’un haussement d’épaule désabusé dans l’esprit d’une jeunesse orpheline et abâtardie.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bravepatrie 83 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte