Magazine France

Hollande « googlisé », il aspire les béni-oui-oui dans son sillage…

Publié le 05 février 2013 par Gédécé @lesechogaucho

imagesC’est moi qui n’y connais rien, n’ai encore rien compris, ou bien ? Je me dis tout naïvement que le fait que Google abonde un fonds de soutien à  » l’innovation éditoriale », aussi importante puisse paraître la somme (60 millions d’euros) aux yeux du quidam, ne résout rien, n’en déplaise aux cocoricos élyséens. Et qu’il me semble probable, cette société aux visées hégémoniques ne nous ayant pas jusqu’à présent habitué à la philanthropie, que le fait qu’elle verse cette somme une seule et unique fois (one shot !) lui permette de s’exonérer durablement de ses responsabilités… Un moyen de ne pas avoir à payer de droit d’entrée plus conséquent sous la forme d’une taxe bien plus onéreuse pour elle, sur les contenus qu’elle utilise, comme l’en menaçait le gouvernement  ?

Et puis je suis tombé sur cet article de Numérama, qui nous éclaire davantage… Cela commence ainsi :

L’accord Google-presse ou l’arnaque intellectuelle du Gouvernement

Il menaçait de faire adopter une loi rétrograde qui aurait néanmoins profité à tous les médias. Finalement, après avoir pesé de tout son poids pour éviter d’en arriver à cette situation égalitaire, le chef de l’Etat François Hollande s’est réjoui vendredi dernier de la signature de l’accord privé entre Google et une partie de la presse, qui retire transparence et équité à la menace qu’il avait brandi.

Vendredi dernier, Google a signé à l’Elysée un accord avec l’Association de la presse d’information politique et générale (IPG), qui prévoit d’un côté des partenariats commerciaux entre le moteur de recherche et les sites de presse, et de l’autre la création d’un fonds de soutien à l’innovation éditoriale, doté de 60 millions d’euros. Immédiatement, le président François Hollande a claironné qu’il s’agissait d’un « accord historique », d’un « évènement mondial », d’une « première au monde ». La ministre de l’économie numérique Fleur Pellerin s’est félicitée d’un « bel exemple d’intégration constructive dans l’écosystème local ». Mais en réalité, il s’agit d’une véritable arnaque intellectuelle, montée avec la complicité active du Gouvernement et du chef de l’Etat.

On se souviendra en effet que l’affaire s’est jouée en trois temps. [...suite ici]

Voilà des informations qui semblent  confirmer mes à-priori quant à la roublardise de Google qui s’en tire à bon compte sur ce coup là.. J’en veux pour seule preuve non discutable,  qui ne viendrait donc  pas d’un camp polémique adverse, cette observation (qui entre étrangement en concordance avec mon avis – non autorisé),  d’Aurélie Filippetti : « Ceux qui créent de la valeur ajoutée, ce sont bien les journalistes, et donc les éditeurs de presse, qui est utilisée ensuite par Google et les moteurs de recherche pour actualiser sans cesse leurs pages. C’est normal qu’on rétribue au titre d’un droit voisin ou d’un droit d’auteur«  », ajoutait la ministre. On ne peut qu’appuyer une telle justesse de point de vue. Sauf que. Quelques semaines plus tard, voilà que le gouvernement se déballonne et présente comme un accord historique une véritable pantalonnade… De qui se moque-t-on ? Je pose la question à ceusse qui ne cessent de prétendre que nous ne ferions, au Front de Gauche, que de taper sur Hollande. Gratuitement, vraiment, croyez-vous ?  Doit-on donc éteindre tout sens critique  parce que ce gouvernement serait paraît-il de gauche,  et toute volonté d’améliorer le monde comme il va, c’est à dire toujours plus profitable pour les forces dominantes en présence, qui ne trouvent guère en face d’eux de quoi leur barrer la route, et les diriger dans un sens un plus convenable et utile à la collectivité humaine…

Là aussi, urgent, agir. J’attends. Et je ne vois toujours rien venir, en termes de courage politique. D’ailleurs, faudra me faire penser à reparler de celui dont les Hollandais ont fait preuve à propos d’une promesse à laquelle nous tenions beaucoup : celle du droit de vote des étrangers aux élections locales, tiens… J’ai failli oublier. Toujours est-il que je commence à ressentir la pénible habitude de constater que ce gouvernement là se fait entuber sur chaque dossier important. Et cela commence à bien faire… Car je n’oublie rien… Moi. Un autre exemple ? Mittal… ça ne vous dit rien ? !  Encore un autre ? L’accord emploi dont on ne cesse de nous dire qu’il est formidable ?! Bon, je vais arrêter là, cela suffit pour cette fois. Mais arrêtez donc de nous donner des leçons en tentant de nous faire croire que seul Hollande est grand, et que Ayrault est son prophète… Pas de bol pour vous : je suis athée.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte