Magazine Design et Architecture

Bouillonville- Freidhof

Publié le 05 février 2013 par Mamlea
C'est un cimetière des premières heures, les combats ayant eu lieu non loin (saillant de Saint Mihel, pour mémoire) dès 1914. La présence au village d'un hôpital militaire allemand installé dans une maison où Bismark aurait séjourné en 1870, a contribué à l'accroissement du cimetière. On opérait dans l'église sur le clocher de laquelle flottait un drapeau à la croix rouge.Il est discrètement niché dans un vallon sec, à l'entrée sud du village. Constitué en terrasses, les tombes les plus récentes s'y trouvent les plus haut. Dans le bas, la partie 1914/15  est séparée des terrasses plus récentes par une route bordée de grands tilleuls de noble silhouette car heureusement non taillés.
Dans le secteur le plus ancien où la mousse forme une moquette épaisse et moelleuse, se trouve encore le monument d'origine dominé par l'aigle impérial. Quelques tombes sont curieusement placées en cercle autour d'un arbre. D'autres en calcaire blond sont en bordure d'un pré où une famille d'ânes saccage la végétation au milieu d'un innommable bordel constitué de tôles, de vieilles carcasses de voitures, de tas de bois recouverts de bâches crasseuses...
Croix et stèles sont de fines plaques de pierre grise. Réaménagées après la guerre, les terrasses y ont été équipées de murets et d'escaliers en grès rose et une grande croix plus récente en calcaire ocre domine le cimetière. Il y a là 1368 soldats.
Bouillonville- Freidhof
Bouillonville- Freidhof
Bouillonville- FreidhofComme à Thiaucourt, la porte d'entrée a disparu...
Bouillonville- Freidhof
Bouillonville- Freidhof
Bouillonville- Freidhof
Bouillonville- Freidhof
Bouillonville- Freidhof
Bouillonville- Freidhof
Bouillonville- FreidhofNormalement, à la belle saison, il y a le registre du cimetière derrière cette porte .
De nombreuses cartes anciennes allemandes montrent différentes vues du cimetière primitif. On y voit même le viaduc du "Thiaucourt", bel ouvrage d'une portée de 132 m, détruit dès 1914 et qui ne sera jamais reconstruit.
Bouillonville- Freidhof
Bouillonville- Freidhof
Un lien intéressant sur le cimetière de Bouillonville : cliquer ICI. Ceux qui comme moi ne maitrisent pas la langue d'outre Rhin auront recours à la (mauvaise) traduction Google.
Bouillonville- FreidhofL'emplacement de l'accès au viaduc du Thiaucourt tel qu'il apparait actuellement au-dessus du cimetière. Je n'ai pas pris de photo de la tranchée ferroviaire derrière moi, trop encombrée par un fatras inextricable.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mamlea 1312 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte