Magazine Basketball

Tony le magnifique

Publié le 11 février 2013 par Insidebasket @insidebasket
La prise de pouvoir de Tony Parker à San Antonio est passée un peu inaperçue. Il faut bien l'avouer, certains voyaient toujours en Tim Duncan le grand patron des Spurs. Mais ils sont désormais obligés de se rendre à l'évidence. Le grand Timmy ne peut aider son équipe depuis bientôt un mois et les Texans n'ont pas baissé de pied. Une seule raison à cela : la montée en puissance sérieuse de Tony Parker.
Ses chiffres sont éloquents. En huit matchs sans leur totem (ou quasiment, puisqu'il a joué une petite mi-temps contre Washington), les Spurs ont amassé 7 victoires et Tony Parker tourne à des moyennes exceptionnelles de 26.3pts à 61% aux tirs (!), 3.5rbds, 9.5pds.
"Je ne crois pas quelqu'un dans cette ligue joue mieux que Tony Parker" lance sans détour Gregg Popovich sur ESPN. "Il est au-delà du niveau d'un All-Star. Il nous porte.
Il devrait être dans toutes les conversations, pour n'importe quelle récompense."

Hier, il a fait tourner en bourrique Deron Williams, Joe Johnson et Gerald Wallace qui se sont tous relayés sur l'insaisissable TP. Et la note fut salée avec 29pts et 11pds, sans perdre le moindre ballon, et sans vraiment forcer dans le 4ème quart-temps, alors que le match était déjà quasiment joué.
Pendant que Parker fait régner sa loi, Manu Ginobili et Tim Duncan peuvent se reposer en appréciant le spectacle.
"Il n'arrête pas de progresser, chaque année" ajoute Boris Diaw. "Il fait tout sur le terrain. Il est vraiment consistant. Je ne sais pas s'il arrêtera un jour de progresser."

Si le collectif de Gregg Popovich ne bouge pas d'un iota en l'absence de certains de ses meilleurs joueurs, c'est avant tout car la rampe de lancement est toujours. Et quand la défense adverse stoppe les intentions collectives, Tony Parker cherche la réponse individuellement. Et bien souvent, il la trouve, comme dans ce 3ème quart-temps où Parker cumulera 10pts et 4pds, alors que son prestigieux vis-à-vis, Deron Williams restera capot. Mais le meneur de l'équipe de France ne s'occupe pas vraiment de ces considérations personnelles.
"Je me fiche pas mal d'obtenir mon dû. Je suis à San Antonio, on m'oublie tout le temps. Je m'y suis habitué. Je préfère avoir Timmy et Manu avec moi, car c'est comme ça qu'on a pu gagner des titres. On ne gagne pas des titres avec un seul joueur. Et je préfère gagner des titres que de remporter des honneurs."

Sur de son jeu et de sa technique, Tony Parker n'a pas volé sa sélection All-Star cette saison encore. Membre de la All-NBA Second Team l'an dernier et 5ème dans le vote pour le trophée de MVP, Parker pourrait encore crever l'écran cette saison au moment des récompenses. Et ce sera mérité. Mais seul le titre suprême l'intéresse. Un titre collectif.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Insidebasket 67819 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines