Magazine Info Locale

Le gouvernement prépare le projet de loi dite loi M-Real

Publié le 11 février 2013 par Gezale

Le gouvernement prépare le projet de loi dite loi M-Real

De droite à Gauche : Guillaume Bachelay, Alain Le Vern, Jean-Louis Destans chez M-Real. (photo JCH)

François Hollande a annoncé, aujourd’hui, lors d’une visite en région parisienne que le gouvernement préparait un projet de loi pour préserver les sites industriels rentables. Ainsi qu’il l’avait promis pendant la campagne électorale lors de sa visite à l’usine M-Real d’Alizay, François Hollande propose que les industriels désirant cesser des activités bénéficiaires et pérennes soient contraints de chercher des repreneurs fiables si nécessaire avec le concours de l’Etat. Même si les grands médias nationaux s’obstinent à qualifier cette loi de loi «Florange», ville où se situe une usine d’Arcelor-Mittal, c’est bel et bien à Alizay que l’idée est née. Elle a été soulevée par les syndicalistes et reprise par Guillaume Bachelay, alors secrétaire national du PS, qui en a rédigé les grands axes avec le concours d’un certain nombre de députés socialistes dont François Loncle, député de Louviers. Proposée au vote des parlementaires du Palais Bourbon par le groupe PS, la loi fut retoquée par l’opposition farouche de l’UMP, de l’UDI de Borloo et surtout du MEDEF, le syndicat patronal. Battus mais pas abattus, les députés PS avaient promis que si la Gauche arrivait au pouvoir, elle ferait voter un texte contraignant afin de préserver l’outil industriel et surtout les emplois directs et indirects. Jean-Louis Destans, président du conseil général, n’a pas attendu le vote de la loi M-Real pour appliquer, à sa façon, cette reprise d’usine rentable et moderne eu égard aux investissements réalisés par les Finlandais, anciens propriétaires. Leur raisonnement était simple : désireux de se recentrer sur des productions papetières ailleurs qu’en France, les Finlandais souhaitaient, tout simplement, mettre un terme à l’activité dans la vallée de Seine. Des Thaïlandais — Double A — intéressés par l’outil et les emplois qualifiés ont présenté des offres systématiquement rejetées par les industriels du nord. En rachetant l’usine, le Département n’a d’ailleurs servi que d’intermédiaire indispensable à la résolution définitive du problème. C’est ce qu’Arnaud Montebourg est venu fêté à Alizay récemment, en participant à la signature des actes de vente en présence des ex-futurs-salariés de l’usine. Le projet de loi sera présenté au Conseil d’Etat avant d’être soumis à l’examen du Parlement.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gezale 7337 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte