Magazine Sortir

Pour ou contre #1 – Les salles de shoot

Publié le 12 février 2013 par Bruno Roch @brunoroch_fr

Pour ou contre #1 – Les salles de shoot

Je n’ai trouvé que d’avis contre les salles de shoot. Je vous invite à commenter cet article si vous êtes pour, et surtout pourquoi !

Pourquoi pas, si elles étaient financées avec l’argent des dealers, tout comme la prévention contre les drogues qui pourrait rendre ces salles inutiles à terme. Mais bon autant croire au père Noël. Surtout que dans un état socialo-démocratique comme la France, les trafics de stupéfiants sont considérés par la soi-disant  »élite », car juste  »normale », comme une sorte de redistribution des revenus à vocation sociale visant à injecter de l’argent dans les quartiers populaires, afin de favoriser un certain nombre de supposées  »victimes de la discrimination », en leur accordant le privilège exclusif du commerce très lucratif de stupéfiants… Les salles de shoot sont juste là pour en optimiser la consommation dans un environnement agréable et la rendre moins risquée, et donc de fait, au final moins dissuasive…,L.W.

Contre. Après, tout cela s’inscrit dans le processus de démoralisation de notre société; donc une telle mesure n’est pas surprenante. Cependant autoriser des personnes à se shooter dans des salles idoines, revient à autoriser une chose pénalement condamnable. N’est-ce pas marcher sur la tête? J.-D. G.

Je suis contre…C’est qui qui paye? Vous ne m’avez pas répondu. Bon alors je vais vous le dire… En 2012 le conseil de Paris a voté une subvention de 38000 euros en faveur de la Gaïa juste pour un travail préparatoire. Il faudra par la suite trouver plusieurs milliers d’euros par an… devinette c »est qui qui paye ? C’est facile… bonne soirée. D.B.

A suivre…

Propos recueillis par Bruno Roch


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bruno Roch 225 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine