Magazine Info Locale

Grève suivie dans les écoles

Publié le 12 février 2013 par Jplegrand

A Creil aussi , la réforme des rythmes scolaires provoque des débats et la grève a été suivie

Des écoles fermées, des taux de grévistes de l'ordre de 90% dans certains établissements, la grève a été suivie aujourd'hui dans les écoles de Creil.

Les enseignants mais aussi les parents d'élèves veulent dire leur mot et ont le sentiment de n'être pas écoutés. Pourquoi de telles réactions ? Je tente ici d'apporter des explications

A propos de la réforme des rythmes scolaires     Il semble tout à fait primordial que l'organisation à  la fois de la vie scolaire et des activités péri-scolaires  puissent faire l'objet d'une concertation de tous ceux qui sont concernés : enseignants et administration de l'Education nationale, parents, élus, responsables d'association, personnels amenés à encadrer les enfants pendant la restauration et personnel des animations péri-scolaires, Rased, médecins  scolaires, etc...
Cela paraît  d'autant plus important que les maires sont invités par le Ministère  à  exprimer très rapidement  leur avis auprès de  la Directrice  Académique des Services de l'Education Nationale : soit le report de la réforme à  l'année scolaire 2014-2015, soit l'application de la réforme dès la  prochaine rentrée avec la possibilité pour le maire de demander avant le 30 avril 2013 une  dérogation au cas où le choix de la collectivité se porterait  pour le  samedi au lieu du mercredi. Cette dérogation ne peut être accordée au  samedi que si " le projet éducatif territorial et que l'organisation proposée présente des garanties pédagogiques suffisantes".   En ce qui concerne l'agglomération creilloise, le fait que la ville de Montataire  ait  décidé de reporter l'application de la réforme à la rentrée 2014  conduit à ce qu'il n'y ait pas pour la Communauté d'agglomération la  possibilité de demander une dérogation pour l'EPCI et entraine nécessairement l'élaboration du Projet éducatif territorial à l'échelle de chaque commune.
A ma connaissance, il n'existe pas de projet éducatif territorial  pour la commune de Creil. Le ministère ayant décidé d'un calendrier très rapide pour la mise en place de la réforme a d'ailleurs fait savoir que la circulaire ministérielle  en préparation ne demande pas aux communes ou aux EPCI (les communautés) qui souhaitent demander une dérogation pour la demi-journée du  samedi  de présenter dans l'immédiat ce projet éducatif territorial mais  ses "lignes directrices". Or même ses lignes directrices n'ont pas, à ma  connaissance, été  élaborées et encore moins débattues par les acteurs concernés.
Ce calendrier, cette façon de vouloir régler très rapidement des décisions qui devraient relever d'une démarche  collaborative, ne sont  pas ressentis positivement par les personnels qui ont été nombreux à observer des journées de grève dans la dernière période, des écoles de notre ville  ayant d'ailleurs fermé et d'autres connaissant un très fort taux de  grévistes ce 12 février . Des conseils d'école ont estimé qu'il était nécessaire de prendre le temps de la concertation avant d'opérer des choix  qui ne pourraient être fondés que sur un nombre restreint d'avis si cette  concertation locale n'avait pas lieu ou si elle était limité à quelques  personnes ou catégories. Des avis ont été formulés pour que cette  concertation se fasse dans le temps afin que la construction des réponses  fassent l'objet d'une adhésion la plus large possible en faveur d'une  refondation de l'école qui soit l'affaire du plus grand nombre.
 Selon les avis exprimés par plusieurs membres de la communauté éducative,  il serait souhaitable que la réflexion et la concertation puisse se mener  avec tous les acteurs de l'école qui le souhaitent. Il est en effet nécessaire d'examiner comment  l'application locale de la réforme va modifier non seulement les rythmes de l'enfant mais va  également apporter des modifications voire des contraintes fortes pour  l'organisation des personnels,  de la vie des familles et des parents  salariés en particulier, celle des associations, de la restauration  scolaire, de l'ensemble des structures et services qui s'occupent de la  jeunesse et de l'enfance dans notre ville. Comment à terme cette application locale pourrait aussi glisser vers des dérives de municipalisation de l'école publique abandonnant progressivement ses financements et ses programmes nationaux,afin que l'Etat soumis aux exigences politiques et financières du Pacte de stabilité européen se désengage de plus en plus.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jplegrand 1025 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine