Magazine Cinéma

[EVENT] Preview Gears of War : Judgment

Par Evilredfielduniverse

TITREgow

Par Gurdhil,

Rendez-vous est donné dans le 2e arrondissement pour la présentation de Gears Of War : Judgment. Les convives arrivent les uns après les autres dans un appartement collant assez bien à l’univers post-apocalyptique de la série (comprenez par-là que l’appart est en ruines et faiblement éclairé par des bougies).

gow1

Une fois les attendees tous arrivés, on nous amène dans une salle pour nous présenter le pitch du jeu. Si c’est opus se focalise sur Baird, c’est pour raison : les fans l’ont demandé ! On sait tous que l’arc centralisé sur les aventures de Dom et Marcus est fini, et maintenant il est venu le temps d’exploiter la licence via d’autres moyens. Les joueurs (à travers différents sondages) ont donc exprimé 2 souhaits : en savoir plus sur l’émergence et sur Baird.

A partir de là, il semblait cohérent de nous présenter un spin-off de la série qui se focalise sur les événements se passant quelques semaines après l’Emergence-Day, mettant en scène le chouchou des gamers. Il nous est expliqué que Judgement reviendra sur les aventures de l’escouade Kilo, où Baird officie.

En ce qui concerne l’escouade Kilo, elle est donc composée de Baird, de Cole (avec des cheveux !), d’une médic féminine (et oui, le retour des Gearsettes capables de soulever 50 kilos de matos sans avoir de muscle…) et d’un transfuge russe spécialiste du fusil à lunette.

Une séquence d’introduction nous est alors diffusée, montrant l’escouade Kilo menottée descendre d’un hélicoptère. Les comparses sont ensuite emmenés dans un tribunal en ruines sans aucune explication, et le procès de l’escouade commence. Le procédé est simple : les membres de Kilo vont raconter au tribunal leurs versions des faits qui leurs sont reprochés et le joueur va revivre ses séquences sous forme de flashback, procédé qui n’est pas sans rappeler la narration des Black-Ops…

gow2

Les features

Si Gears of War : Judgment tourne sur l’éternel Unreal Engine, le moteur montre qu’il en a encore sous le capot. Sans être sublime, le rendu est assez sympa à l’écran. En même temps, on évolue dans un monde fermé, me direz-vous.

La maniabilité a quelque peu changé, la croix ne sert plus à sélectionner ses armes par exemple. En effet, il y a désormais un bouton dédié à la grenade ainsi qu’un autre pour switcher en vos 2 armes. Exit les pistolets donc…

Le principal argument de cet opus est l’adaptabilité de la campagne. En clair, l’IA s’adapte à votre style de jeu. L’exemple qu’on nous a présenté est le suivant : vous jouez les campeurs avec votre fusil de sniper, vous alignez les locustes bien planqué derrière votre muret. Et bien, si pour une raison x ou y vous êtes amenés à refaire ce niveau (en le rechargeant, ou en mourant bêtement), l’IA vous enverra des locustes en totale contradiction avec ce style de jeu : des tickers, des rebuts, toutes ces bestioles trop rapides pour être descendues au fusil de précision, vous obligeant à adapter votre style de jeu à la situation. Enfin ça, c’est sur le papier. Rien ne dit que l’IA n’ait pas un panel « locustes CàC », « locustes à distance », etc. et qu’elle les envoie aléatoirement. A voir donc.

De plus, à certains endroits de la campagne, des objectifs secondaires seront prévus. En effet, sur certains murs durant la campagne, on peut rencontrer un symbole Gear, nous proposant l’activation d’une condition supplémentaire pour relever la difficulté du défi. Ce peut être par exemple d’affronter des locustes plus robustes ou effectuer la mission avec des armes prédéfinies. Cela est totalement optionnel mais sachez qu’il faudra activer ces missions pour remporter toutes les étoiles de la mission. Ce qui nous emmène à la prochaine feature.

Et oui, maintenant, les missions se verront attribué un score en fonction de vos performances. Un nombre d’étoile est donc décerné en fonction de vos prouesses. Ces étoiles serviront notamment à débloquer un chapitre bonus. En effet, si vous cumulez 40 étoiles dans vos missions, vous accéderez à un chapitre se déroulant à la période de Gears of War 3, centré sur Baird et Cole pendant l’assaut sur l’île. Que les joueurs n’ayant pas envie de faire la course au score se rassurent, la campagne est tout de même débloquée à la fin de Judgement.

gow3

Oui, mais…

Après avoir eu l’occasion de jouer pendant une petite heure aux premières missions du jeu, le verdict s’impose : c’est sympa, mais question immersion, ce n’est pas vraiment ça. En fait, les missions sont beaucoup trop courtes, on les enchaine à une vitesse folle. Au cours de la session, J’ai pu clore 4 missions tout en activant les objectifs secondaires. Le problème, c’est que les écrans de scoring apparaissent à la fin de chaque mission et cassent clairement le rythme de l’action…

De plus, on nous a expliqué que durant le jeu, nous incarnerions tous les membres de l’équipe Kilo. Je crains toutefois que si cela apporte un point de vue différent selon le protagoniste interprété, cela ne nuise encore un peu plus à l’immersion dans le scénario. Il est loin le temps où on suivait Marcus du début à la fin !

Le multi

Gears, c’est aussi du multi.

Première information, le DeathMatch fait son arrivée. Ça peut paraitre surprenant mais c’est bien la première fois qu’il fait son apparition dans un Gears. Le mode est appelé Foire d’Empoigne et constitue à massacrer tous les joueurs arrivant dans votre périmètre.

Nous avons aussi eu l’occasion de jouer à un mode rappelant le désormais classique Search & Destroy. Une équipe de Gears défend une position tandis que les autres joueurs incarnent divers locustes pour tenter de détruire la position ennemie.

Et alors là, grande nouveauté : le système des classes. Oui, oui, vous avez bien lu. Désormais, il est possible de choisir parmi 4 classes voter Gears, influant sur votre matériel, grenade et armement. On a donc :

  • Le Soldat incarné par Cole. Sa grenade permet de déployer une caisse de munition. Il est équipé d’un lanzor et d’un lance-grenade.
  • Le Médic. Sa grenade permet de « revivifier » les joueurs tombés à terre à distance plutôt qu’aller se faire trouer la peau à aller essayer de les ranimer en personne.
  • L’ingénieur, incarné par Baird. Il est muni d’un pompe, et d’un pistolet permettant de réparer les défenses de la base. Sa grenade permet de déployer une tourelle de défense.
  • Le Scout. Il est le seul à pouvoir grimper ( ?!) lui permettant d’accéder à des zones dégagées pour sniper. Sa grenade sert à repérer les ennemis sur un périmètre défini.

Au final, ce système de classe est assez dommageable, on y perd en visibilité quand on voit 3 Baird se balader autour de soi. En outre, certaines classes sont clairement avantagées, comme l’ingénieur par exemple qui peut faire poper des tourelles assez régulièrement au final.

Conclusion

Si cette première approche de Gears of War Judgment n’est pas en mauvaise en soit, on sent tout de même que certains points risquent de faire ticker (haha) les fans de la série.

J’ai personnellement eu le sentiment que l’opus se BlackOps-sifiait, nuisant à l’identité de la série. Le procédé de narration est lui aussi dommageable à mon sens car on ne sera plus réellement investit dans la campagne en changeant de personnages.

Le chapitre bonus est en revanche une idée séduisante, permettant d’en apprendre un peu plus sur le périple de Gow3.

Enfin, le point négatif ressortant le plus entre les différents convives à la fin de l’event était le système de classe qui dépersonnalise totalement le multi Gears qui avait su acquérir ses lettres de noblesses (haaa les duels au pompe..)

Merci à Microsoft pour cet event, toujours au top ^^


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Evilredfielduniverse 466 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte