Magazine Santé

HYPERACTIVITÉ (TDAH): Un trouble pour la vie? – Pediatrics

Publié le 06 mars 2013 par Santelog @santelog

HYPERACTIVITÉ (TDAH): Un trouble pour la vie? – PediatricsHYPERACTIVITÉ (TDAH): Un trouble pour la vie? – PediatricsCette étude de l’Hôpital pour enfants de Boston suggère que le trouble de déficit de l’attention / hyperactivité (TDAH) généralement diagnostiqué à l’enfance aura des répercussions à l’âge adulte, avec un risque accru de troubles psychiatriques et d’idées suicidaires. Ces conclusions, publiées dans l’édition du 4 mars de la revue Pediatrics appellent à une surveillance étroite et à un traitement continu.

Le TDAH est le plus commun des troubles neuro-développementaux de l’enfance, touchant environ 7% des enfants et 3 fois plus de garçons que de filles. Pourtant, l’image générale est plutôt celle d’un trouble sur-traité, ce que ces résultats permettent d’infirmer.

Ces chercheurs de l’Hôpital de Boston et de la Mayo Clinic ont mené cette étude de population auprès de 5.718 enfants, nés entre 1976 et 1982 et dont 367 ont été diagnostiqués avec TDAH. 232 de ces enfants ont pu être suivis sur le long terme. Les trois quarts d’entre eux avaient reçu un traitement du TDAH durant leur enfance.

·   Les chercheurs constatent que le TDAH ne s’estompe pas forcément et que les enfants atteints de TDAH sont plus susceptibles de présenter d’autres troubles psychiatriques à l’âge adulte. Malgré un échantillon limité, l’analyse suggère même un risque accru de suicide et d’incarcération à l’âge adulte.

·   29% des enfants atteints de TDAH avaient encore un TDAH à l’âge adulte,

·   57% des enfants atteints de TDAH avaient au moins un autre trouble psychiatrique à l’âge adulte, vs 35% des enfants témoins. Le plus commun de ces troubles était la toxicomanie ou la dépendance, un trouble de la personnalité, des épisodes hypomaniaques, l’anxiété généralisée et la dépression majeure.

·   Parmi les participants encore atteints de TDAH à l’âge adulte, 81% avaient au moins un autre trouble psychiatrique, vs 47% de ceux n’ayant plus de TDAH et vs 35% des témoins,

·   1,9% des enfants atteints de TDAH étaient décédés au moment du début de l’étude, 3 par suicide- à comparer à 5 suicides constatés chez 4.946 enfants témoins. 2,7% étaient déjà incarcérés au début de l’étude.

·   Seuls 37,5% des enfants suivis jusqu’à l’âge adulte ne présentent pas ces résultats inquiétants, commente le Dr William Barbaresi, de l’Hôpital pour enfants de Boston, auteur principal de l’étude. Un chiffre qui fait réfléchir et montre la nécessité d’améliorer considérablement le traitement à long terme des enfants atteints de TDAH.

Ces résultats pourraient même sous-estimer la réalité car l’étude, précisent les chercheurs, étaient menée auprès de population de classe moyenne, avec une bonne éducation et un bon accès aux soins de santé. Ils alertent les parents d’enfants atteints de TDAH de la nécessite de s’assurer d’un traitement adapté et suivi au moins jusqu’à l’adolescence, et d’une surveillance sur les troubles associés au TDAH, dont la toxicomanie, la dépression et l’anxiété.

Source: Pediatrics March 4, 2013, doi:10.1542/peds.2012-2354 Mortality, ADHD, and Psychosocial Adversity in Adults With Childhood ADHD: A Prospective Study (Visuel© alphaspirit – Fotolia.com)

HYPERACTIVITÉ (TDAH): Un trouble pour la vie? – Pediatrics
Lire aussi:Impulsif, désorganisé ? Vous avez peut-être un TDAH -


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine