Magazine Culture

Où sont les femmes ?

Publié le 12 mars 2013 par Bagada
   Voilà qu'aujourd'hui commence le conclave.
   Je ne reviendrai pas sur le fait qu'une poignée d'hommes (dont je tairai la moyenne d'âge) se réunissent pour décider très sérieusement du sort de l’Église tout en ignorant superbement la moitié de cette Église, considérant que les femmes ne sont bonnes qu'à fleurir les dites églises, diriger les chants, s'occuper d'évangéliser les enfants, servir de bonnes aux vieux (ou jeunes) curés... j'en passe et des meilleures.   Bref, ils se réunissent pour élire un pape, un homme évidemment et nombreux sont ceux qui vont passer les jours à venir à guetter la couleur de la fumée qui doit s'envoler au dessus de la Chapelle Sixtine.   Si les cardinaux ne s'intéressent aux femmes que pour leur "piquer" leur robe, je ne vais pas m’intéresser à eux. Je vais, par contre, me pencher sur le conclave et son origine.   En novembre 1268 le pape Clément IV meurt. Il y a, à cette date, 20 cardinaux vivants qui se réunissent au Palais des papes de Viterbe pour élire un nouveau pape. Des querelles de pouvoir entre cardinaux français et italiens vont faire traîner cette élection qui va durer si longtemps que, durant cette "sede vacante", 3 cardinaux vont mourir, un quatrième va démissionner... réduisant le nombre d'électeurs à 16.
Où sont les femmes ? Palais des papes de Viterbe (Italie)
   En mai 1270, les habitants de Viterbe excédés par ces querelles et par l'incapacité des cardinaux à s'entendre, décidèrent de les enfermer ("con clave" : avec une clef) pour les inciter à prendre une décision. Mais peine perdue, toujours pas de pape ! On prit alors des mesures plus radicales. On décida de murer les accès et d'affamer les prélats en ne leur donnant que du pain et de l'eau. Enfin on retira le toit du bâtiment pour accentuer l'inconfort des cardinaux... Mais toujours impossible de se mettre d'accord. Pour en finir, le 1er septembre 1271, ils décident de confier l'élection à un comité restreint composé de six d'entre eux. Le jour même, Tebaldo Visconti est élu et devient le pape Grégoire X. L'élection aura duré deux ans et huit mois. Pour éviter que l'histoire ne se répète, Grégoire X imposera par une bulle pontificale la conclave comme méthode d'élection d'un pape.
Où sont les femmes ?Vitrine de la maison Gammarelli
   Personne ne connaît encore le nom du futur pape. On ne sait pas si ce sera un grand maigre ou un petit gros mais tout est déjà prêt. La maison Gammarelli, tailleur du Saint Siège a préparé trois tenues complètes de tailles différentes pour parer à toute éventualité. "Pour ce conclave, nous avons préparé trois habits ecclésiastiques blancs en laine, accompagnés d'une mosette (pèlerine) de velours rouge bordée de fourrure blanche parce que nous sommes en hiver, d'une étole, de chaussures rouges et d'une calotte", explique à l'AFP Lorenzo Gammarelli, l'un des gérants de l'antique maison...
     Tout compte fait, mieux vaut laisser cette histoire aux hommes. Quelle femme aurait l'idée de s'habiller de cette façon ???

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bagada 99 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte