Magazine France

Retraites : la réforme Sarko/Fillon en banqueroute !

Publié le 12 mars 2013 par Jeunegarde

sarko_fillon Un courage politique ! Voilà comment en 2010 la droite nous présentait sa réforme des retraites qui devait sauver notre système jusqu’en 2020 alors qu’il se dirigeait droit vers la faillite ! Aujourd’hui c’est cette réforme qui est en faillite. En 2020, l’équilibre des comptes promis devrait laisser place à 20 à 25 milliards de déficit. On les avait pourtant prévenu avec plusieurs millions de personnes manifestant chaque semaine contre ce projet… Pas de chance pour François Fillon qui se verrait bien à l’Élysée en 2017 mais qui après avoir loupé sa 1ère réforme en 2003 à également loupé la seconde en 2010. Épargnons aux français un nouvel échec, mais on peut compter sur Nicolas Sarkozy pour y veiller !

Échec des négociations sur les régimes complémentaires

Si le régime général des retraites est dans l’impasse, il n’est pas le seul. Les besoins des régimes complémentaires sont évalués à 6 à 10 milliards d’euros d’ici 2017. Et les négociations entre patronat et syndicats ont une nouvelle fois échoué jeudi soir avant une prochaine réunion demain. Elles devront être conclues au 1er avril, date à laquelle, faute d’accord, les pensions seront automatiquement relevées à hauteur de l’inflation. Or, seule décision quasi acquise de cette journée du 7 mars : la désindexation de la revalorisation des pensions par rapport à l’inflation. Et ce dès cette année.

Un recul pour les retraités concédés par les syndicats qui en retour n’ont toujours rien obtenu du patronat concernant les taux de cotisations : le «taux contractuel», qui ouvre des droits à la retraite (plus on cotise, plus la retraite est élevée) et le «taux d’appel», qui n’ouvre pas de nouveaux droits (même si on cotise plus, la pension ne sera pas plus élevée). Les organisations syndicales de salariés étaient prêtes à une hausse combinée des deux taux, ce qui laissait, plus tôt dans la journée, entrevoir un accord. «Le patronat a refusé», a déploré Eric Aubin (CGT).

Le patronat, pour sa part, a proposé une hausse du «taux d’appel d’un point en 2014» qui pourrait ensuite se transformer en hausse du «taux contractuel» sous plusieurs conditions, comme la reconstitution des réserves financières des régimes, a expliqué Jean-François Pillard (Medef). Autre condition : «Un recul significatif de l’âge moyen de départ à la retraite».

Une réforme des régimes spéciaux ?

Officiellement réformés en 2008 et 2010 sous Nicolas Sarkozy, les régimes spéciaux de retraite du secteur public vont encore avoir besoin de la générosité nationale.

Pour 2013, le projet de budget prévoit 6,5 milliards d’euros de crédits pour équilibrer ces régimes qui concernent essentiellement les retraités de la SNCF, de la Ratp, les ex-mineurs et les agents de l’ex-Seita. La subvention augmentera de 175 millions par rapport à 2012. L’État apportera donc 67% des ressources de ces régimes.

Pour les années à venir, la note devrait d’ailleurs augmenter. Le projet de loi de programmation des finances publiques prévoit, en effet, 6,7 milliards de subventions en 2014 et 6,8 milliards en 2015.

Si l’on ajoute à ces 6,5 milliards d’euros 1,2 milliard de Contribution tarifaire d’acheminement (CTA), taxe créée en 2004 pour financer les régimes de retraite des agents d’EDF et de GDF et payé par tous les abonnés au gaz et à l’électricité, ce sont en fait 7,7 milliards d’euros de subventions publiques qui seront apportés l’an prochain à ces régimes. Soit l’équivalent d’un gros point de TVA sur une année !


Tags: complémentaire, Fillon, général, régimes, retraites, Sarkozy, spéciaux

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jeunegarde 2824 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte