Magazine

Les mécanismes du Serious Gaming – Interview Hervé Kabla

Publié le 12 mars 2013 par Frederic Canevet @conseilsmkg

hellopolys

Nous avons eu le plaisir d’interviewer Hervé Kabla, le Directeur Général de Be-angels.fr  spécialiste de la communication digitale et des  médias sociaux.

Nous l’avons rencontré lors de la soirée de lancement du jeu de Hellopolys  d’Orange qui sera disponible le 18 mars prochain.

1 – Est ce que tu peux nous rappeler les fondements du jeu ? En effet on On parle souvent de serious gaming, de casual gaming et même maintenant les gens dans le métro qui jouent avec leurs i-Phone, leurs tablettes tactiles… 

Les jeu fait parti de la société humaine, depuis la nuit des temps.

C’est une fonction conviviale de rigoler, ou même parfois s’énerver, bref de s’amuser.

Il y a une dimension sociale évidente. Et finalement on retrouve cette dimension sociale dans l’ensemble des jeux et auquel on a accès quand on joue en ligne des parties avec des petits jeux ou quand on joue à des jeux plus sérieux, comme a une partie de poker en ligne ou a une partie d’avatar sur Zynga.

Le jeux est un moment important que l’on partage avec les autres, et ou l’on prend du plaisir soi même.

Donc il faut avant tout que l’on prenne du plaisir.

Si on ne prend aucun plaisir à jouer à un jeu ou on n’active pas les circuits du plaisir de notre cerveau, alors le jeu sera un échec.

Même dans les Sérious Games il faut une petite dose de plaisir et d’amusement…

Voici quelques exemples de sérious  Gaming :

Serious Games and digital interactive technologies for Healthcare from imaginary srl

2 – Est-ce qu’on ne se retrouve pas un peu comme avec Pavlov avec une sonnerie pour motiver les gens à agir  ?

C’est plus ou moins le même mécanisme qu’on va retrouver chez un “drogué” car on essaie de mettre en place des mécanismes addictifs naturels…

C’est un plaisir qui est bien plus facile à activer que d’autres circuits d’ailleurs.

Par exemple, du moment que je joue et que je suis sur une partie facile, gagner en 5 minutes aura moins d’intérêt  que de gagner en 2 heures…

La difficulté, l’adresse, l’astuce… doit faire partie du jeu et de son succès. Un jeu trop facile n’a pas d’intérêt, sauf si on a des récompenses, ou des motivations à aller plus loin.

C’est ce qui explique pourquoi il y a un moins de joueurs d’échecs que de joueurs de pokers….

En effet  au poker, hormis le stress et l’enjeu, c’est  plus facile de jouer (et de gagner) une partie de poker que de jouer et gagner une partie d’échecs…

En plus aux échecs  il n’y a moins d’enjeu (miser du “vrai” argent…),de plaisir (bluff…).

Cette dimension de gain rapide  est importante pour pouvoir se comparer aux autres et se dire, voila, je suis meilleur que toi.

Et  pour celui qui perd se dire que tu as gagné cette fois mais je vais essayer de gagner la prochaine fois et ce mécanisme de base qu’on va retrouver chez les joueurs, de vouloir gagner nous donne du plaisir – une montée d’adrénaline.

3 – Est-ce que la compétition est plus un sentiment masculin, et les pour les femmes c’est plus  la coopération / comparaison ?

Alors la pas du tout, il suffit de regarder les stats des joueurs en ligne, notamment sur facebook, le public est majoritairement féminin.

Pendant toute la journée il y a des gens sur facebook (et  même pendant les heures de bureau), et qui jouent, dont des femmes.

Donc, il y a la compétition, on se compare à d’autres :  je suis premier, je suis le meilleur… mais aussi,

En revanche  quand on est dernier, il n’y a plus cette motivation, il faut donc  encourager, donner des bonus etc

L’enjeu c’est de ne pas perdre des joueurs, et en même temps que le jeu soit suffisamment complexe pour que le joueur ne se lasse pas et ni trop compliqué pour que certains joueurs ne sé découragent pas…

Il faut donc trouver un juste milieu.

Il n’y a pas de recette magique, il faut tester chaque scénario  et bien sûr il y a le facteur chance.

Par exemple, il y a des jeux auxquels on ne croit pas au départ mais qui fonctionnent et d’autres dans lesquels on investit beaucoup d’argent mais qui sont des flops…

Ce n’est pas forcément les moyens, mais le contenu du jeu qui fait la différence (cf notre article sur l’animation de la page Facebook de Cora avec des mini égnimes très simples).

Je reprends le parallèle avec le jeu des cartes qui est un jeu simple, où il faut uniquement connaître quelques règles de bases mais c’est surtout l’univers explorable  qui permet  de multiples jeux avec des millions de scénarios possibles.

Avec un jeu de cartes on peut jouer à la belotte, au poker… et on peut gagner avec des techniques, au hasard, en équipe…

Il ne faut pas “bloquer” les utilisateurs, il faut donner des clés pour accéder à la prochaine étape, on peut rester bloqué sur un niveau pendant plusieurs jours mais cela ne doit pas être un “mur” infranchissable.

Il y a un petit dosage à trouver pour que ce soit dur… mais pas trop quand même.

Creating Game-like Engagement for Learning from Julie Dirksen

4- Est-ce que ce système de badge/récompense est vraiment efficace?

Oui parce que l’on va titiller le joueur qui voudra collectionner toutes les récompenses offertes  et qui pourra dire ‘j’ai plus de médailles que les autres joueurs’

C’est comme pour les soldats de l’armée Russe qui aiment défiler avec leurs médailles et qui démontrent leurs exploits…

On institue le même principe pour les jeux en ligne pour motiver et  valoriser les joueurs avec ces badges.

Ces médailles mettent en avant l’aspect de ‘J’ai réussi des choses que d’autres n’ont pas atteint’.

Par exemple avec FourSquare on peut gagner des points ou on essaie d’être le maire.


Top 15 foursquare badges from Markus Sekulla

Il existe aussi des jeux qui se basent sur un autre principe.

Par exemple  Landlord utilise deux mécanique de jeux avec un monopoly où on achète des terrains et  Foursquare

On s’appuie sur l’utilisation de 4-Square, et là on a 2 jeux combinés qui nous donne au final un jeu d’une grande simplicité et facile à réaliser !



Je ne pense pas que le développeur qui a fait ce jeu ait passé trois ans pour mettre ce projet sur pied, il a créé une Mashup en profitant des API et des Web Services entre les différentes applications.

Ce type de jeux mélange les données et les univers.

Le but est d’investir en achetant des terrains  puis de voir comment ça fonctionne au travers des check in des autres.

C’est un jeu qui vient se greffer à un autre jeu et qui est une véritable addiction !

En ce moment c’est un  jeu qui me tient en haleine toute la journée…

5- La grosse tendance actuelle est le jeu en temps réel (World of Warcraft…) Est ce qu’on n’est pas en train de prendre le temps des gens et les rendre de plus en plus addictif comme une drogue ?

Là nous entrons dans un grand débat, est ce que internet prend le temps des gens ?

Est-ce que la télé ne prend pas le temps des gens ?

Et si les gens avaient du temps qu’est ce qu’ils feraient ?

C’est certain, ils trouveraient quelque chose à faire, soit prendre un livre ou d’aller se balader…

Il faut varier parce que toute activité humaine demande de la variation c’est de ne pas rester sur un schéma défini.

Ce qui est intéressant dans un jeu c’est sa dimension (s’il est bien construit).

Il va faire appel à des compétences diverses, des interactions qui vont aussi faire appel a d’autres interactions dans la vraie vie et je pense que les entreprises devraient commencer à s’intéresser à ce mécanisme qui fait passer des messages éducatifs…

Actuellement il y a de plus en plus d’entreprises qui utilisent des “Serious Gaming”pour former, pour expliquer…

Par exemple, les services médicaux, l’éducation…

Serious game mai_2012_journee_d_etude_lorient from Lorient

Serious Games. Formation, simulation, communication. from FFFOD

Serious Games dans l’enseignement from Reinders Sébastien

6 – Pourquoi utiliser facebook plutôt qu’une application normale ? 

Facebook offre déjà tout le mécanisme de connectivité et donc pas besoin de le développer, car je pense que facebook possède une grande qualité et un mécanisme qui permet d’enrichir les jeux en ligne et tout les gens qui souhaitent développer des applications devraient s’intéresser a Facebook.

On a pas besoin de tout redévelopper, la grande mutation du développement c’est d’assembler les composants.

Il y a 30 ans quand on développait, c’était le vide complet et on développait tout, les couches base, l’accès aux fichiers, la communication…

Maintenant quand on développe on prend des briques, les nouveaux développeurs  savent  assembler les briques d’objets…

Personnellement je considère Facebook comme une brique, tout comme Twitter, qui sont devenus au delà des réseaux sociaux des briques pour d’autres logiciels (ex:  Facebook connect).

Il ne faut pas voir le côté négatif de Facebook, car Facebook peut apporter du positif et Facebook, ne serait-ce que sur l’hébergement qui est offert ou sur l’identification via facebook connect ( un must aujourd’hui).

7 – Comment motiver les gens  à participer à un jeu et  les re-booster ?

Un principe : on ne rejoue jamais  la même partie.

Il faut  une dimension de hasard, avec des éléments aléatoires.

Par exemple dans Hellopolys, on gère son réseau avec des aléas climatique, externes…

Bref on change la dynamique du jeu, de manière imprévue  pour surprendre le joueur.

De même cela permet aux moins forts de reprendre le jeu, et aux plus forts de se surpasser…

C’est un point important dans la vie de tout les jours : il faut donner de l’espoir.

Parce que la vie vaut la peine d’être vécue…. Or un jeu est le reflet de la vie.

De même un bon jeu, se  joue avec les gens qu’on apprécie, on ne joue pas avec les gens qu’on n’aime pas… Sinon la partie n’est pas agréable !

Par exemple  tous les grands joueurs de poker qu’on retrouve dans les compétitions sont des gens qui souvent s’apprécient dans la vie réelle.

Il faut donc un esprit de communauté, de partage… bref créer un esprit de groupe et une communauté.

Donc, ce n’est pas intéressant de jouer avec un mauvais joueur sauf si ca devient drôle et qu’on apprend les conséquences

8 – Si on veut en savoir plus sur Hellopolys et ton entreprise on va sur quel site ?

Pour je nouveau Serious Game d’Orange on va sur  Hellopolys  et pour les media sociaux c’est sur Be-angels.fr


 

Pour finir quelques présentations sur la Gamification :

Game On: Everything you need to know about how games are changing the world from Jeremy Johnson

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Frederic Canevet 36319 partages Voir son profil
Voir son blog