Magazine Culture

Mon p’tit billet : tu seras un homme…

Publié le 12 mars 2013 par Fabricegil @thenewreporter

Mon p’tit billet : tu seras un homme…Qu’est ce qu’un homme ? Comment peut-il consciemment exprimer sa masculinité sans être qualifié de macho d’un côté… ou sensible, voire efféminé de l’autre ? Décryptage.
C’est en effet une réelle crise identitaire que traversent les hommes aujourd’hui. En 2013, leur travail est de moins en moins physique, ils deviennent "maman", n’arrive à faire de rencontres amoureuses que par le biais du web, rougissent de la démocratisation dessex toys, et sont désormais mis sur la touche quant à la survie financière de leur ménage. En bref, ils ne savent plus comment assumer leur masculinité en perte de vitesse, au point de frôler, dans leurs égarements,avec l’androgynie, comme le démontre le phénomène de métrosexualisation déjà bien implanté dans nos sociétés.Fort de ce constat, depuis une dizaine d’années maintenant, en réaction à ce "bilan" plus ou moins amer, deux courants opposés ce sont largement démocratisés. Deux attitudes imbéciles et extrêmes l’une que l’autre, teintées idiotement d’un pathétisme de second degré.
Le premier de ces courants est une doctrine machistetrès pragmatique, symbolisée par un engouement dédié aux véritables "sciences" du comportement féminin. L’objectif n’est plus de comprendre, mais de "pirater"le cerveau des femmes pour y trouver, à nouveau, une place. A l’ère de l’information, le macho est devenu un véritablechasseur. Son objectif ?Décrypter le comportement des femmes, y trouver unefaille, et l’exploiter pour en tirer profit. Place au Savoir en tant qu’arme : l’apparition et le développement du coaching en est une preuve manifeste. Pour la première fois de son histoire, l’énorme crise de confiance de l’homme est savamment gommée… simplement gommé.
Le second courant, est à l’opposé, celui que l’on qualifie de "loosers". Seuls, perdus, dépités, en manque de reconnaissance, ces hommes n’ont plus la force de lutter à armes égales avec une gente féminine trop intimidante. Exit le mâle confiant et conquérant ; n’étant plus le sexe fort, le "looser" s’approprie le rôle qu’occupait la femme il n’y a pas si longtemps, et trouve refuge dans l’attente d’une résolution sociale. Ayant perdu ses pulsions, il sort occasionnellement de son univers, mais son émasculation patente joue malheureusement en sa défaveur. Une attitude difficile à assumer, doublée d’un profond malaise.
Qu’est ce qu’un homme alors, un vrai ?Il semblerait qu’il faille suivre certaine règles, vieillottes soient-elles mais que l’histoire revendique comme étant les plus saines. Un homme :1- prend des décisions : il n’a pas besoin de l’approbation des autres pour avancer. Déterminé à suivre ses engagements, il se moque bien des préjudices que le monde peut lui infliger.2- met ses relations sur un second plan : il sait qu’il doit toujours engager sa vie vers le haut. Non disposé à être domestiqué, il accepte la responsabilité des défis de sa vie.3- est prêt à échouer : il grandit plus dans les échecs que dans le succès. 4- a confiance en lui : il refuse d’être écrasé par ses propres doutes.5- exprime son amour : il aime infatigablement. Il est le premier à engager une conversation, le premier à s’effacer devant ses proches dans le besoin, le premier à dire "je t’aime"…6- canalise sa sexualité : il n’a aucun mal à afficher sa sexualité, si gênante soit-elle pour certains. Il accepte les conséquences de son état sans tomber dans la vulgarité. 7- affronte ses peurs : il est un homme lorsqu’il affronte ses peurs, les regarde en face et avance vers elles.8- honore la masculinité de ses congénères : il honore les actions, les essais de ses semblables, tout en sachant que les obstacles aideront à découvrir ce qui est réellement constructif pour eux. 9- assume ses relations : il choisit ses amis, ses amours consciemment. Il recherche foncièrement la compagnie de personnes qui l’inspire et le font grandir. Il se déleste volontairement de ceux qui le tirent vers le bas.10- meurt bien : il vit une belle vie quand il accepte le fait de mourir, de développer ses forces face à une existence temporaire. Enfin, il doit apprendre à aimer le monde sans retenue. Une fois réalisé, il peut mourir tranquillement.
Alors, un homme… Le sujet reste délicat, épineux, voire tabou pour certains. Exister tel un homme peut paraître difficile aujourd’hui mais pas impossible. Question d’honneur, sans doute ?! Je m’interroge...Fabrice Gil

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fabricegil 617 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte