Magazine Europe

Mon homme, l'expatrié

Par Zazainlondon
On parle beaucoup des épouses expatriées : celles qui ont sacrifié leur job pour suivre leur mari, celles qui voient leur indépendance financière réduite en peau de chagrin, celles qui passent d'un bureau de 40 personnes à un mini-foyer avec 2 marmots qui savent à peine parler, celles qui découvrent la solitude, celles qui doivent affronter les remarques acides et les regards étonnés.
Ce sont les mêmes qui saisissent l'occasion pour se reconvertir, passer plus de temps avec leurs enfants et mieux les comprendre, les épauler et les choyer au quotidien, celles qui partent en quête de nouvelles rencontres, celles qui arpentent les rues et les musées pour prendre possession de leur nouvelle ville, celles qui protègent ou reconstruisent leur écrin de bonheur.
D'une certaine manière, l'expatriation est une aventure mais pas avec le sac à dos et une machette entre les gencives :
Mon homme, l'expatrié
mais avec 234 cartons et une bonne bière à la fin de la journée :
Mon homme, l'expatriéDessin par LiliBé pour ma chronique d'Ici-Londres en septembre 2012
Bref, le sujet est sans fin mais bizarrement, on ne parle pas beaucoup de l'homme expatrié, celui sans qui cette aventure ne serait jamais arrivée, celui qui prend le risque de s'installer ailleurs sans filet de protection et d'embarquer femme et enfants.
Au début de notre expatriation, j'étais très jalouse de Mari. 
Pendant que je restais à la maison, lui avait un travail, une vie sociale, un but dans la journée. Et quand il partait en voyage, je fondais en larmes : "Vas-y, abandonne-nous! Pars! J'ai bien compris que tu préférais aller mater les culs des hôtesses de l'air en Business plutôt que de rester à la maison t'occuper de nous!! J'ai bien compris que tu adorais passer tes nuits dans des hôtels 5 étoiles avec petit-déjeuner buffet plutôt que d'honorer ta femme qui n'est pas foutue de te préparer ton café!! J'ai tout abandonné pour toi et voilà comment tu me remercies?! J'ai pas signé pour ça moi! J'ai signé pour du glam, de l'amour, des voyages et une nounou full-time! J'veux des pompes, un sac, du cul!!"
Mari partait donc le dos courbé sous le poids de la culpabilité qui, à mon sens, n'était rien en comparaison de mon désarroi.
Cependant, il m'a bien fallu admettre que Mari ne travaillait pas comme un âne pour le plaisir, que les voyages le fatiguaient, que la pression d'un nouveau job est d'autant plus forte quand on a 3 bouches à nourrir, que lui aussi avait laissé en France sa famille et ses amis, que la notion "se faire plaisir" disparaissait, faute de temps, au fur et à mesure que nous lui demandions plus d'attention, qu'il ne pensait qu'à notre avenir alors que je n'étais obsédée que par le lendemain ou les prochaines vacances scolaires.
Les filles, faut prendre soin de son poulain, sa bête de concours, son pigeon voyageur. Laver ses petites chemises, le nourrir correctement sans matières grasses, lui mettre un coup de pied au cul pour qu'il aille faire du sport, lui coller son téléphone entre les mains pour qu'il appelle ses potes et prendre un verre avec eux, lui envoyer de jolis SMS pendant qu'il est en voyage, le laisser faire sa sieste (mais pas plus de 2 heures hein, faut quand même pas déconner!!), lui donner quelques missions ponctuelles pour le valoriser ("Tu peux aller au Tesco acheter du PQ stp?"), prendre en main sa vie sociale et le plonger dans la foule car il y brille.
Dans les faits, on pourra dire que je remplis bien mes fonctions de Bobonne, mais en réalité, je me vois plus comme son coach et son poil à gratter.
Pourquoi faire tout cela? Et bien, plutôt de prendre le risque de le voir faire un claquage à 40 piges, je préfère anticiper afin de ne pas me retrouver toute seule, sans emploi avec 2 enfants et 15 kilos en trop (donc clairement pas baisable).
Plus les années passent et plus je me suis habituée à son absence. Maintenant, quand il se barre pendant 1 semaine comme il a fait la semaine dernière pour aller à New-York (bon là, j'ai été super jalouse, j'avoue), et bien je m'occupe de moi et là, rien ne va plus! Je ne bouffe que de la merde ou des pâtes, je regarde des films débiles pour ados qui me font pleurer tellement c'est beau l'amour, je m'organise des soirées avec mes potes parce que j'adore sortir en solo, mes babysitters se frottent les mains, les nains sont en mode free-style, les devoirs sont bâclés, j'ai le lit ET le canapé pour moi toute seule!!
Ainsi quand Mari rentre, ce n'est plus moi qui cours à la porte, soulagée de le voir revenir... c'est plutôt lui qui vient s'asseoir à côté de moi alors que je suis au milieu d'un épisode hyper important de "Made in Chelsea" et qui attend, anxieux, que j'appuie sur Pause pour écouter le récit, passionnant de son voyage.
Zaza : "C'était bien?"
Mari : "C'était bien mais fatiguant... Tiens, je t'ai ramené des clopes... Holala, vous m'avez manqué..."
Zaza : "Oui, oui, toi aussi tu nous as manqué!! et sinon.... Tu repars quand?????"

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Zazainlondon 3355 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte