Magazine Autres sports

Joueurs autonomes: est-ce que ça vaut la peine?

Publié le 12 mars 2013 par Sixverges

Joueurs autonomes: est-ce que ça vaut la peine? À quelques heures de l’ouverture du marché des joueurs autonomes, J-R joue au directeur général et se demande si ça vaut la peine de participer à la pêche aux gros noms. 
Au cours des prochains jours, nous serons bombardés d’annonces spectaculaires et de sommes d’argent abyssales garanties aux meilleurs joueurs de football de la planète. Invariablement, certaines formations seront des plus actives, alors que d’autres regarderont passer la parade, au grand dam de leurs partisans le plus souvent. Quand tout ce cirque sera fini, nous établirons la liste des gagnants et des perdants de la cuvée des agents libres et nous rebrasserons les Power Rankings. Sauf que, comme le classement le rappelle chaque année, c’est en automne que les victoires comptent, pas au printemps! Lorsqu’une équipe va chercher un gros nom, elle le fait évidemment dans l’espoir que le joueur devienne un leader au sein de la formation et transforme ce qui est souvent une faiblesse en force. L’équipe espère un impact immédiat de son nouveau venu qui la fera bondir au classement. Finalement, l’objectif jamais avoué, mais néanmoins toujours présent de vendre des billets n’est jamais bien loin, même si dans la riche NFL, c’est moins vrai qu’au hockey (pensez au Minnesota l’été passé) ou au base-ball (les Blue Jays cet hiver). En mars dernier, deux gros noms retenaient l’attention, soit Peyton Manning et Mario Williams. Tous 2 ont paraphé de faramineux contrats de 96 millions, ou, si vous préférez, d’un paiement de pension alimentaire de Tiger Woods! A Denver, le risque était immense, car à cette date l’an dernier, l’état de santé de Peyton inspirait encore moins confiance qu’un « je ne le savais pas qu’il était dans la Mafia quand il a organisé mon dîner de financement » d’un politicien Montréalais! Finalement, le pari a fonctionné à merveille et a même permis à John Elway de se débarrasser de Tim Tebow, en qui il n’avait visiblement pas confiance, sans créer d’émeutes. Je ne suis pas certain que Manning dominera encore dans 4 ans à la fin de son contrat, mais sa tenue fait des Broncos des prétendants au Super Bowl pour quelques années encore. Ce fut tout le contraire à Buffalo où Williams n’a ni amassé des stats dignes de son statut, ni rendu les pochetons autour de lui meilleurs. Les Bills sont demeurés les Bills, et ils sont maintenant pris avec un giga-salaire qui accapare à lui seul près de 15 % du plafond salarial. Williams peut évidemment se racheter, mais pour l’instant, il est bien difficile de ne pas noter que les Bisons auraient pu obtenir 2 partants de qualité pour le même prix! Car c’est un peu ça le problème avec les agents libres. Il y a souvent surenchère et dans un contexte de plafond salarial, il ne s’agit pas tout simplement de dépenser de l’argent, mais bien de la distribuer avec équilibre et intelligence. Lorsqu’une équipe investi 15 ou 18 millions sur un joueur, elle perd inévitablement les moyens de se payer de la qualité ailleurs sur le terrain. Il faut donc que le rendement du gros salarié soit exceptionnel et que sa l’importance de sa position justifie l’investissement. Une position où la demande est devenue disproportionnée est celle des receveurs de passes. Si les salaires versés a des receveurs bons, mais pas extraordinaires l'an dernier sont une indication, il faut craindre les pires folies à l’endroit de la cuvée relevée de cette année. Sur le terrain, les résultats furent partagés. Vincent Jackson (55 millions sur 5 ans) a livré la marchandise à Tampa et est devenu la cible préférée de Josh Freeman. Lorsqu'en santé, Pierre Garçon (42.5 millions sur 5 ans) a aussi su s'imposer chez les Peaux Rouges. Par contre, Robert Meachem (25.9 millions sur 4 ans) ne s'est pas avéré un très bon investissement chez les Bleus Poudres. Par ailleurs, il faut noter que malgré l'imposant contrat consenti à V-Jax (ainisi qu’au OG Carl Nicks et au CB Eric Wright) les victoires ont continué de fuir le bateau de pirates. D'autres formations, dont les Browns, les Bengals et les Jaguars, qui avaient des besoins en ce sens et de l'espace sous le plafond, ont préféré suivre la voie du repêchage pour dénicher leurs receveurs de passes. Là aussi, le bilan est mitigé, alors que les Blackmon, Gordon, Sanu et White ont montré certaines promesses pour le futur, mais rien de bien concret en 2012. Par contre, à défaut de livrer de grands résultats, ces joueurs n'ont pas coûté trop cher. Souvent influencée par la taille et l'attrait qu'exerce leur marché, la philosophie des équipes diffère au sujet de l'embauche de joueurs autonomes. L'essentiel du noyau qui a permis aux Packers de soulever le trophée Vince Lombardi il y a 2 ans est le produit de bons repêchages. Vous entendrez rarement parler des têtes fromagées à l'ouverture du marché des agents libres. Des Bengals non plus d'ailleurs, mais dans leur cas c'est plus leur côté pingre qui explique leur inaction malgré des sommes disponibles considérables. Une telle attitude met beaucoup de pression sur le dépistage de talent et l'extrême incompétence de la formation à ce niveau a conduit aux 15 années de misère des tigrés des années 90-2000. Par contre, depuis qu'ils repêchent bien, cette philosophie leur a permis de se bâtir un bon jeune club comportant beaucoup plus de bons éléments que ce qu'ils auraient pu assembler via les agents libres. D'ailleurs, c'est rare qu'un championnat se remporte grâce aux ajouts de mars. Le "Dream Team" des Eagles a planté encore plus vite qu'une action de Nortel en bourse et les fans des Redskins gardent en mémoire tous les échecs retentisssants des grands coups de poker d'Ed Snyder (Albert Haynesworth anyone?). Par contre, il faut reconnaître que les Bears connaissent du succès avec une approche basée davantage sur l'embauche de vétérans (Peppers, Cutler, Marshall) et que, même si c'est moins vrai dernièrement, Bill Belichick a souvent eu la main heureuse avec ses acquisitions. Comme vous le voyez, je ne suis pas vendu à l'idée de réaliser des coups d'éclats à ce temps-ci de l'année. Un gros nom peut complémenter une bonne équipe une fois de temps en temps, mais souvent, celles-ci vont surpayer des joueurs qui ne valent pas le fric qui leur est dévolu. De votre côté, de quel bord penchez-vous? Si vous étiez installé dans un fauteuil de DG aujourd'hui, seriez-vous agressifs ou passifs?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sixverges 1945 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines