Magazine Focus Emploi

Coach et mentor à La Voix

Publié le 19 mars 2013 par Raymond Viger

claude dubois chanteurClaude Dubois

Mon premier contact avec Claude Dubois a été en 1974. L’année où j’ai débuté comme journaliste. Je couvrais les sections Arts et spectacles ainsi que les sports collégiaux. Pendant que Claude Dubois grattait une guitare sèche au Café étudiant du Collège de l’Assomption, Gilles Valiquette occupait la salle de spectacle le Carillon. En écoutant ce jeune musicien qui avait déjà beaucoup de métier, je n’ai pu m’empêcher de penser qu’il irait loin!

En 1979, c’est en écoutant et sifflant les chansons de Claude Dubois que je voyageais Montréal-Toronto en Lada. J’avais des cours à l’Université de York à Toronto pendant que ma mère terminait son combat contre le cancer. Je passais autant de temps à voyager qu’à étudier!

En 1981, je suis pilote d’avion. Claude Dubois veut s’acheter un terrain. Pour faire ses recherches il veut louer un avion. Mon collègue de travail m’a supplié de lui laisser ce vol. Ce que j’ai fait. Après tout, j’avais déjà eu la chance de faire la rencontre de Claude Dubois.

Jean-Pierre Ferland

jean-pierre ferland la voix
Dès l’âge de 6 ans jusqu’à mes 17 ans, je me retrouve dans des camps de vacances. En 1963, pour mon premier camp d’été, c’est le Petit Roi de Jean-Pierre Ferland qui ne cesse de jouer à la radio.

En 1978, ma mère m’a demandé de l’accompagner pour une émission de télévision. Elle passait une entrevue avec Jean-Pierre Ferland pour expliquer le concept des visites des fermes du Québec. Nous avions une table juste devant la scène. Quand Jean-Pierre Ferland a chanté une chanson, j’ai eu l’impression qu’il l’a chantait spécialement pour ma mère. Une des dernières activités de ma mère avant son décès d’un cancer.

J’ai tenté de me remémorer quelle chanson Jean-Pierre Ferland avait chanté devant ma mère. Incapable d’y parvenir. J’ai l’impression que ce que nous vivions se situait au-delà des mots.

Finalement, fin 2006, pour notre chronique de livres, notre journaliste Guillaume Brodeur avait un rendez-vous avec Jean-Pierre Ferland. Le rendez-vous a été annulé à cause de l’AVC de Jean-Pierre Ferland. Nous avons ensuite abandonné la chronique de livre et il n’y a pas eu de suite.

Lors de l’émission La Voix, lorsque j’ai su que le mentor de Jean-Pierre Ferland était Claude Dubois, le duo m’a transporté dans un autre monde, dans une autre vie. Comme si ma vie défilait devant moi, valsant d’une émotion à l’autre.

Merci messieurs pour votre présence.

Les photos de Claude Dubois et de Jean-Pierre Ferland proviennent de leur page Facebook.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Raymond Viger 488 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte