Magazine Cinéma

[Critique] Smashed

Par Wolvy128 @Wolvy128

4-étoiles

Affiche smashed
Smashed est un drame américain de James Ponsoldt avec Mary Elizabeth Winstead et Aaron Paul dans les rôles principaux. Ils interprètent Kate et Charlie, un jeune couple qui partage une passion commune pour la musique, les fous rires… et la beuverie. Mais Kate développe peu à peu un comportement alcoolique dangereusement asocial qui met en péril son emploi de maîtresse d’école. Les choses doivent changer, mais ce changement est loin d’être une partie de plaisir. En devenant sobre, Kate devra assumer les mensonges de sa vie, sa mère ainsi que les fondements mêmes de son couple.

Le film est sorti directement en DVD début du mois et le moins que l’on puisse dire est qu’il aurait largement mérité une sortie en salle au vu de sa qualité. En effet, si le thème exploité (l’alcoolisme) a déjà été maintes fois utilisé au cinéma – et pas plus tard qu’en janvier dernier dans Flight – le traitement est ici suffisamment original que pour valoir le détour.

Tout d’abord car par rapport à des films comme Flight justement, Smashed se veut beaucoup plus intimiste. Et ensuite car il aborde deux choses que l’on a pas forcément l’habitude de retrouver dans les réalisations traitant de ce sujet, à savoir l’alcoolisme vécu par une femme (je n’ai vu ça que dans Pour l’amour d’une femme avec Meg Ryan pour ma part) et les difficultés liées à l’après sevrage. Effectivement, le fait d’arrêter de boire apparaît bien souvent comme l’objectif ultime à atteindre, ce qui va permettre de régler tous ses soucis, alors que ce n’est finalement que le commencement pour pouvoir remettre de l’ordre dans sa vie. Et c’est ce que montre très bien Smashed au travers de l’expérience de Kate qui, une fois sobre, prend soudainement conscience des nombreux problèmes dont elle va devoir s’occuper. Et contrairement à Pour l’amour d’une femme, elle ne peut pas compter ici sur le soutien de son mari puisqu’il souffre lui-même de la même addiction. Et plus elle se rapproche de son but, plus elle s’éloigne de lui. Les enjeux sont donc plutôt inhabituelles étant donné que la sobriété représente paradoxalement pour Kate un changement davantage négatif (perte de travail, déchirure amoureuse…) que positif. C’est en cela que le film est intéressant et parvient à se distinguer des autres.

Photo smashed
Mais si le film fonctionne aussi bien, c’est en grande partie pour l’incroyable performance de Mary Elizabeth Winstead qui incarne avec beaucoup d’authenticité cette femme alcoolique complètement au fond du trou. Elle se montre tour à tour drôle, touchante et même charmante (malgré une certaine négligence vestimentaire) dans un rôle pourtant loin d’être évident car le personnage peut facilement perdre toute crédibilité en cas d’interprétation trop forcée. Bref, elle s’en sort admirablement bien et confirme la bonne impression que j’avais en la voyant dans Destination Finale 3, Boulevard de la Mort et plus récemment dans le prequel de The Thing. A ses côtés, Aaron Paul est tout aussi convaincant dans la peau du mari fêtard qui fuit toute responsabilité et qui refuse de voir la réalité en face. Certes son rôle est peut-être plus discret et moins intense que celui de sa partenaire mais il est très important dans l’histoire car il conditionne la réflexion autour du personnage de Kate. J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié la très belle scène finale entre les deux. Enfin, les seconds rôles ne déméritent pas non plus puisque Nick Offerman et Octavia Spencer sont comme à leur habitude très bons.

En définitive, Smashed se révèle donc être un drame à la fois émouvant et terriblement réaliste. Bien sûr la mise en scène est loin d’être éclatante mais les acteurs sont totalement investis et livrent une performance tout à fait remarquable, en particulier Mary Elizabeth Winstead qui signe sans doute avec ce film sa plus belle prestation. A voir impérativement !



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Wolvy128 10317 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines