Magazine Rugby

Fédérale 1 : Rodez va se maintenir…

Publié le 26 mars 2013 par Guilloubo

Dans la poule 2 de Fédérale 1, l’équipe de rugby de Rodez semble pouvoir se maintenir. Dans la même position que Bagnères (Poule 4), la dernière et 17ème journée apportera son verdict, mais les Tarn-et-Garonnais sont en position favorable aux agathois.  La différence de points est en faveur de Rodez qui reçoit le leader Bourgoin lors de la dernière journée, et malgré une potentielle défaite, le maintien est assuré.
Résultats de la Poule 2 de Fédérale 1

Sources :

Fédérale 1 : Rodez va se maintenir…

Ce match perdu à Valence a laissé des traces ?

Oh oui ! Ce matin (hier, NDLR), je suis moulu et j’ai une grosse douleur à la cuisse car j’ai pris un coup. Il faut dire que le terrain était lourd, qu’il faisait chaud et que les Tarn-et-Garonnais ont une grosse densité physique. Devant, on leur rendait beaucoup de kilos. En deuxième mi-temps, ils nous ont hachés menu, un vrai rouleau compresseur qui nous a défoncés sur les ballons portés. Pour moi, c’est une équipe qui, question densité, n’a rien à envier à Bourgoin. Et notre manque de fraîcheur ne nous a pas permis de tenir 80 minutes. Je pense qu’on avait laissé trop de jus dans les matchs précédents.

Quels sont tes sentiments ?

Nous sommes frustrés d’un côté. Surtout au vu de la première mi-temps à l’issue de laquelle on pouvait espérer même si on loupe deux essais qui auraient mis le doute à Valence, les forçant à courir après le score. Hélas ! on a un début de deuxième période catastrophique et, en outre, on prend deux cartons, dont un un peu injuste… Donc, on est frustrés mais en même temps quel soulagement que ce maintien. Il n’y a pas si longtemps encore, beaucoup pensaient que nous étions fichus…

Qu’est-ce qui a permis à Rodez de revenir et d’accrocher ce maintien ?

Le match de Romans a été un mal pour un bien. Cette défaite a montré que nous nous étions désolidarisés. On s’est réuni à plusieurs reprises, on a mis cartes sur table et on s’est dit les choses. Moi-même j’ai douté à cette période-là alors que ce n’est pas mon naturel. Je crois que c’est alors que le groupe s’est vraiment formé, un groupe qui a eu à cœur de ne pas descendre. Ces liens, tissés au cours de cette saison dont on va se rappeler longtemps, sont et seront un atout. J’espère qu’on va pouvoir repartir avec ce noyau.

Tu as vécu une saison compliquée, avec pas mal de blessures…

En effet, et ces blessures ont provoqué des doutes alors que la concurrence était très forte en début de championnat car le groupe était plus étoffé. J’ai dû me remettre en question, j’ai su prendre du recul et j’ai eu la force de revenir. Bref, je me suis accroché. Le retour de Nico (Nicolas Castan, NDLR) a motivé. Cela a été une bonne pioche car Nico a fédéré : c’est un gars qui ne parle pas beaucoup mais qui agit. Moi, je marche beaucoup à l’amitié. Comme à Cahors ou à Aurillac. à Aurillac, où j’ai joué cinq ans en pro D2, nous n’étions peut-être pas des joueurs extraordinaires mais on avait des liens forts. à Rodez, je m’entends bien avec Franck Maréchal et Anthony Lacassagne.

Quel a été le tournant de la saison ?

Je crois que ce sont les matchs perdus contre Agde, de manière injuste là-bas, à Lavaur et chez nous contre Valence. Une saison tient vraiment à peu de choses.

C’est Bourgoin dans deux semaines au stade Paul-Lignon…

Je pense que l’objectif, c’est de se faire plaisir et de faire plaisir à notre public. Nous allons pouvoir jouer libérés, sans la boule au ventre qui était encore là pour ce match à Valence puisque le maintien n’était pas acquis. Attention, lâcher les chevaux ne veut pas dire faire n’importe quoi. Il nous faudra jouer collectivement.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Guilloubo 323 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines