Magazine

Codes sociaux

Publié le 15 avril 2008 par Jfa

Les codes sociaux ne sont pas qu’un ensemble de simples signaux. Ils comportent une ambiguïté intrinsèque.

Ambiguïté car ces codes ne constituent pas un bréviaire figé. Ils varient selon les générations, les cultures, les couches sociales, les âges de la vie, l’histoire et l’état émotionnel du sujet, en tant qu’émetteur comme en reception. En outre, leur maîtrise par tous n’est pas garantie, il existe des handicapés du domaine. Ambiguïté encore car ces codes signifient aussi des hiérarchies, des relations de pouvoir ou de pair entre les locuteurs, relations qui existent ou non, qui sont souhaitées par l’un ou l’autre, ou non…

C’est à travers ces codes sociaux que se met en scène le spectacle fascinant et animé des relations inter-personnelles, au sein d’un couple, d’amis, d’un groupe, du travail…

On sait, depuis les travaux systémiques sur la communication, que les écarts entre ce qui est émis par l’un et perçu par l’autre peuvent mener à tout et son contraire. Dans certains cas, des rétroactions dites “positives” se mettent en branle et accroissent ces écarts, menant à des incompréhensions porteuses de ruptures voire de violences et pathologies, symboliques et même physiques.

Dans d’autres, la qualité de la relation est telle que ces écarts sont minimisés volontairement, d’une manière ou d’une autre par l’un ou l’autre des locuteurs, et, au sein d’une relation équilibrée, par les deux. La vie de couple est féconde de ces rattrapages permanents, au fur et à mesure que la relation évolue et que les projets individuels divergent du projet initial. Et ceci, sans aller jusqu’aux 6 à 200 mensonges quotidiens dont je parlais dans un précédent billet.

Dans tous les cas, me semble-t-il, la sécurité est dans l’élucidation au plus près et au plus vite, des trous, des incompréhensions, des ambiguïtés pour éviter les dérapages. Cela ne rendra pas pour autant la société ni les relations inter-personnelles totalement transparentes, mais peut sensiblement faciliter la vie de tpout un chacun. Il faudrait preque souhaiter que le Ministre Darcos réfléchisse à en faire une discipline scolaire à part entière au lieu de vouloir ramener les programmes et méthodes de l’école au début du XXème siècle.

Plus le langage et ses subtilités sont développés, et plus les locuteurs réussissent généralement à maîtriser les incessants écarts qui se produisent dans ces relations inter-personnelles. Moins le langage est maîtrisé, et plus les risques de dérapage sont élevés.

Il se passe peut-être cela entre notre Président, élu sur le pouvoir d’achat, la protection des risques et des faibles et, après-élection, révélant sa fascination de l’argent et sa politique au service des puissants. Un écart qui, dans ce cas là, n’a rien de fortuit et pour lequel la “com” ne pourra indéfiniment cacher un écart qui s’approfondit de jour en jour.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jfa 25 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte