Magazine Société

Nouvelle hausse des prélèvements obligatoires en 2014

Publié le 15 avril 2013 par Lecriducontribuable
impots

© alphaspirit - Fotolia.com

Alors que le Haut Conseil des finances publiques s’apprête à livrer son verdict  sur l’acuité des prévisions économiques du gouvernement, un nouvel alourdissement des prélèvements obligatoires se profile pour 2014.

Même si le gouvernement se défend de préparer une nouvelle hausse de la fiscalité directe en 2014, les prélèvements obligatoires augmenteront de 6 milliards d’euros l’année prochaine, vient d’admettre Bercy.

Après 11 mois de gouvernement Ayrault, le taux des prélèvements obligatoires atteindra 46,5% du PIB en 2014 contre 46,3% en 2013. Un nouveau record.

Interrogé sur le dérapage de ces prélèvements chiffré à  + 0,2%  par Les Echos, Pierre Moscovici s’est livré à un de ces jeux de contorsionniste dont il a le secret. Sans connaître la source des ces chiffres, il a finit par en admettre l’augure !

« Contrairement à ce que faisait la droite », les nouveaux prélèvements seront « ciblés vers les grandes entreprises et les plus aisés », s’est -il notamment justifié.

Alors que le gouvernement a décidé d’alléger les charges des entreprises de 20 milliards en 2015, la hausse des prélèvements pesant sur elles produira un effet inverse à celui de la mesure précédente.

S’il promet un choc de moralisation, le gouvernement devrait démarrer par un choc de cohérence !

Cette hausse renforcera aussi la compétitivité des entreprises allemandes par rapport aux sociétés françaises. Les prélèvements obligatoires acquittés par les chefs d’entreprise de l’hexagone représentent déjà environ 7% du PIB, soit 140 milliards, de plus que ceux supportées par les entreprises allemandes.

Des prévisions optimistes ? 

Pierre Moscovici a également annoncé que les ménages connaîtraient une période d’accalmie en 2014.

Les promesses n’engagent que ceux qui les croient. Car l’ancien supérieur de Jérôme Cahuzac oublie de préciser qu’avec la hausse de la TVA et baisse probable des prestations familiales, c’est le pouvoir d’achat de l’ensemble des ménages qui reculera à en 2014.

L’ardoise pourrait s’alourdir : Bercy a construit ses hypothèses budgétaires sur une hausse du PIB de 0,1 % en 2013 et de 1,2 % en 2014, en ligne avec celles établies par Bruxelles.

Mais les experts sont payés pour se tromper. Si cette hypothèse de croissance se révèle trop optimiste pour le Haut Conseil des finances publiques, il faudra trouver des ressources pour tenir un objectif de déficit public ramené à 3% en 2014, selon la dernière estimation du ministre des Finances.

En 2013, les contribuables ont servi de variable d’ajustement pour boucher une partie du déficit budgétaire, les entreprises faisant le reste alors que le train de vie de l’Etat n’a pas baissé de manière significative.

Tous les sondages le prouvent : les Français estiment que cette situation doit changer. Il est grand temps de sabrer dans la dépense publique !

FL

Articles similaires :


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lecriducontribuable 47178 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine