Magazine Côté Femmes

Je viens de commencer ce livre. C’est difficile, je...

Publié le 15 avril 2013 par Mmepastel
Je viens de commencer ce livre.
C’est difficile, je m’acclimate. Le genre de la nouvelle est si elliptique. Toujours l’impression de rater quelque chose lors de la lecture. Mais voici ce qui m’a motivée :
“Des appartements à New York, des pavillons avec pelouse lisse dans le ­Vermont, à Tucson ou en Floride, des femmes, des maris, des amants, des ruptures et des chassés-croisés qui n’ont du vaudeville que les dehors dérisoires, voire ridicules, mais révélant plus profondément des individus avançant à tâtons, des trajectoires sentimentales aléatoires, des solitudes juxtaposées qui jamais ne se rejoignent, des émotions ordinaires qui ont valeur de séismes, partout un désarroi affectif, existentiel et spirituel qui cherche les moyens de se rassurer… voilà ce que dépeignent, réalistes, cinglantes de lucidité, de drôlerie subtile et amère, les seize nouvelles rassemblées dans le présent recueil. Choisies parmi les quelque quarante fictions courtes qu’Ann Beattie a publiées dans le New Yorker au long de quatre décennies, depuis le milieu des années 1970, elles mettent aussi en avant l’acuité avec laquelle Ann Beattie se maintient en prise directe avec l’air du temps, captant ses symptômes minuscules et faussement superficiels (tel vêtement, telle marque de voiture, telle destination de week-end ou telle attitude en vogue…), peignant à travers les moments domestiques anodins auxquels elle s’attache le tableau plus ample, collectif, d’une classe moyenne américaine dont les assises morales ­s’effritent, bougent, se modifient.”
C’est extrait de la critique de Télérama, qui se trouve toute entière ici.

Je viens de commencer ce livre.

C’est difficile, je m’acclimate. Le genre de la nouvelle est si elliptique. Toujours l’impression de rater quelque chose lors de la lecture. Mais voici ce qui m’a motivée :

Des appartements à New York, des pavillons avec pelouse lisse dans le ­Vermont, à Tucson ou en Floride, des femmes, des maris, des amants, des ruptures et des chassés-croisés qui n’ont du vaudeville que les dehors dérisoires, voire ridicules, mais révélant plus profondément des individus avançant à tâtons, des trajectoires sentimentales aléatoires, des solitudes juxtaposées qui jamais ne se rejoignent, des émotions ordinaires qui ont valeur de séismes, partout un désarroi affectif, existentiel et spirituel qui cherche les moyens de se rassurer… voilà ce que dépeignent, réalistes, cinglantes de lucidité, de drôlerie subtile et amère, les seize nouvelles rassemblées dans le présent recueil. Choisies parmi les quelque quarante fictions courtes qu’Ann Beattie a publiées dans le New Yorker au long de quatre décennies, depuis le milieu des années 1970, elles mettent aussi en avant l’acuité avec laquelle Ann Beattie se maintient en prise directe avec l’air du temps, captant ses symptômes minuscules et faussement superficiels (tel vêtement, telle marque de voiture, telle destination de week-end ou telle attitude en vogue…), peignant à travers les moments domestiques anodins auxquels elle s’attache le tableau plus ample, collectif, d’une classe moyenne américaine dont les assises morales ­s’effritent, bougent, se modifient.”

C’est extrait de la critique de Télérama, qui se trouve toute entière ici.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mmepastel 1077 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine