Magazine Société

Boston, drame de la folie terroriste...

Publié le 16 avril 2013 par Philippejandrok


Ce qu'il y a de terrible avec le terrorisme, est qu'il frappe systématiquement des cibles civiles forcément innocentes de ce que les terroristes reprochent aux dirigeants politiques de celles-ci.

Inadmissible, intolérable, ici ou ailleurs, d'Irak en Afghanistan, des USA en France, cette boucherie terroristes est inacceptable et pourtant, les revendications sont claires, les actions de nos gouvernants contre les pays envahis sont si évidentes, si tristement logiques et appellent des réactions toutes aussi cruelles.

Pour comprendre l’inacceptable nous devons admettre que les USA depuis G.W Bush se sont conduits de façon fort discutable à l’égard de l’Irak, de l’Afghanistan et tous les pays en guerre où leur présence est ressentie comme une invasion et une privation des libertés des autochtones.

Les conséquences à Boston, en dehors du drame humain, seront inévitablement le contrôle renforcé de la population par les autorités, à nouveau le terrorisme permet à l'état de contrôler davantage les citoyens, c'est ici la contradiction du système, pour vivre libre, il faut vivre sous la contrainte d'un état policier, l'aberration du système démocratique et l'incompréhension des victimes qui sont deux fois victimes, la première du terrorisme aveugle et pourtant ciblé, la seconde de l'état et de sa dictature du contrôle, un contrôle automatiquement validé par les victimes, une logique mentale perverse.

Ce qui c’est passé à Boston est intolérable tout comme ce qui se passe en Irak ou dans tous les pays où la présence militaire US est vécue comme une invasion militaire et une déclaration de guerre contre les populations civiles, mais nous devons comprendre également la souffrance de ceux qui commettent ce type d’action contre un oppresseur qui se veut le garant de la sécurité mondiale et qui provoque le chaos avec les Russes, les chinois, les Français et je ne sais qui encore pour le contrôle des ressources énergétiques dans le monde.

Hier, des victimes innocentes ont payé le prix fort pour des actions menées ailleurs, hier, des innocents ont payé pour les actions de leurs gouvernants sans qu’ils aient leur mot à dire, qui est le vrai coupable ?

Celui qui pose la bombe ou celui qui la pose pour se venger d’être en permanence bâillonné par un oppresseur qui se veut libérateur et qui le pille ?

Libérateur de quoi ? D’un dictateur qui refuse de collaborer avec les USA qui veulent faire un forcing économique ?

Nous ne pouvons pas être un ennemi des USA si nous nous opposons moralement à ses méthodes expansionnistes ?

Et pourtant, il semble que cela soit le cas, nous devenons ennemis de la nation US à cause de nos idées, mais comment peut-on devenir un ennemi simplement en déclarant son opinion sur des faits ?

Lorsque dans les années 80 la France a été victime d’un terrorisme iranien, il faut se rappeler les faits :

-       - le Shah qui affamait son peuple, et qui avec sa police politique, torturait, assassinait des civils iraniens qui osaient élever la voix contre ce régime dictatorial qui affamait son peuple, alors que le dirigeant faisait venir ses repas de Paris en Concorde. Celui-ci s’était réfugié en France en ayant pillé son pays, la France devait alors à l’Iran des millions de dollars pour des livraisons de pétrole impayées, sous prétexte que la France devait cet argent au Shah et non pas aux Ayatollah, moralité, les iraniens se sont vengés et ce sont les civils français qui ont payé pour les malhonnêtetés de nos gouvernants et c’est me semble-t-il ce qui s’est passé à Boston hier :

-  les actions des USA à l’étranger on eu des conséquences dramatique pour la population de Boston.

Saurons-nous la vérité sur cette action terroriste ? Rien n’est moins sur.

Nous vivons une époque formidiable…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippejandrok 11422 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine