Magazine Société

Un rapace cinquantenaire

Publié le 16 avril 2013 par Toulouseweb
Un rapace cinquantenaireLe Falcon de Dassault aborde son second demi-sičcle.
Le birécteur d’affaires Falcon de Dassault Aviation, né Mystčre 20, fęte ses 50 ans. On a peine ŕ le croire, d’autant que cet appareil racé, trčs réussi, est apparu moins de 60 ans aprčs le premier vol des frčres Wright. Tout un symbole pour illustrer les progrčs extraordinairement rapides de l’aviation et la qualité des travaux de l’avionneur français.
Le Mystčre 20 avait d’ailleurs emprunté un certain nombre d’éléments au monoréacteur de combat Mystčre IV, notamment sa voilure et ses commandes de vol. Le type de moteur retenu, Pratt & Whitney JT12, fut remplacé plus tard par un propulseur plus performant, pour faciliter l’entrée dans l’čre post-choc pétrolier des années soixante-dix.
Le concept de biréacteur d’affaires était trčs audacieux pour l’époque. Et, curieusement, c’est une grande compagnie aérienne américaine, Pan American World Airways, qui en fut le client de lancement : 40 exemplaires et des options sur 120 appareils supplémentaires. Pan Am, alors au sommet de sa gloire et de sa suprématie, avait en effet décidé de créer une filiale aviation d’affaires et son éminent conseiller technique, Charles Lindbergh, avait été chargé de repérer l’avion idéal. Et ce fut l’avion français, qui n’avait pas encore effectué son premier vol. D‘oů l’étonnement de Marcel Dassault face ŕ tant d’audace de la part des Américains.
Bientôt rebaptisé Falcon, cet avion ŕ 8/10 places entama alors une carričre remarquable. Le bilan actuel fait état de plus de 2.250 exemplaires livrés, au fil des versions successives. Dans une large mesure, le Falcon a sauvé la maison Dassault, les exportations d’avions de combat s’étant taries (les chaînes de Bordeaux-Mérignac ne produisent actuellement que onze Rafale par an).
Les Etats-Unis, aprčs Pan Am, ont joué un grand rôle dans l’essor de la famille Falcon. C’est ŕ la męme époque, en effet, que le jeune Fred Smith a imaginé une messagerie aérienne rapide qui a abouti ŕ la création de Federal Express (aujourd’hui FedEx) basée sur une flotte de Falcon. Puis le monde des affaires a suivi.
Les Falcon assurent actuellement les deux tiers environ du chiffre d’affaires de Dassault Aviation (4,18 milliards d’euros en 2012) alors que les concurrents européens ont renoncé.
Cette saga a été illustrée par quelques faits d’armes remarquables. Ainsi, ŕ la mi-1965, la célčbre aviatrice Jacqueline Auriol a couvert 1.000 kilomčtres ŕ la vitesse moyenne de 859 km/h ŕ bord d’un Mystčre, rappelant ŕ cette occasion que cet avion était issu d’un bureau d’études ŕ vocation militaire, sans cesse ŕ la recherche de performances plus élevées.
Un groupe d’enthousiastes vient de rénover le prototype (notre illustration) qui sera exposé en juin prochain au salon de l’aéronautique et de l’espace du Bourget. Chacun pourra alors constater que le Mystčre 20 originel n’a pas pris une ride.
Pierre Sparaco - AeroMorning

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Toulouseweb 7297 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine