Magazine Santé

SÉCURITÉ des MÉDECINS: Moins agressés mais trop résignés – CNOM

Publié le 16 avril 2013 par Santelog @santelog

SÉCURITÉ des MÉDECINS: Moins agressés mais trop résignés – CNOMBasés sur le recensement de 798 fiches de déclaration d’incidents, ces résultats 2012 de l’Observatoire de la sécurité des médecins révèlent un léger recul du taux de victimisation avec, néanmoins un nombre de déclarations d’incidents bien supérieur à la moyenne nationale et, dans 3% des cas une arme à l’appui. Alors que le taux de dépôt de plaintes reste faible, seul un incident sur 3 donnant lieu à dépôt de plainte, l’Ordre appelle ses médecins, trop résignés, à déclarer systématiquement les violences dont ils sont victimes.

La mise en œuvre du protocole national de sécurité, signé en avril 2011 avec les ministères de l’Intérieur, de la Justice et de la Santé, qui devait garantir aux médecins un exercice sécurisé et lutter contre la désertification médicale semble avoir de premiers résultats sur le terrain, avec ce léger recul, en 2012, mais encore peu significatif (798 violences en 2012 vs 822 en 2011 et un taux

SÉCURITÉ des MÉDECINS: Moins agressés mais trop résignés – CNOM
de victimisation de 0,40% en 2012 vs 0,41% en 2011). Sa mise en œuvre reste très lente, néanmoins, avec, pour 2012, 68 départements ayant adopté le protocole (vs 62 en 2011) avec la prise de mesures concrètes dans seulement 43 d’entre eux.

Le nombre de déclarations d’incidents reste en effet bien supérieur à la moyenne nationale des 10 années écoulées et se caractérise par un taux de dépôt de plaintes trop faible. Ainsi, les généralistes restent les plus touchés par l’insécurité, représentant 56%  des médecins agressés ce qui est également plus élevé que leur proportion dans la population médicale, tout comme les ophtalmologistes, les psychiatres, les dermatologues, les médecins du travail et les gynécologues/obstétriciens.

Quelles raisons invoquées ? Le reproche d’une mauvaise prise en charge, le délai d’obtention d’un rendez-vous, un temps d’attente jugé excessif, mais aussi les tentatives de vols ou encore le refus de prescription sont les causes les plus citées par les médecins agressés. Et le patient reste l’agresseur dans un cas sur 2. Dans 3% des cas, l’agression est armée.

La Seine-Saint-Denis, le Nord et Paris restent les zones les plus menacées en nombre d’agressions, le Vaucluse, la Loire, le Cher et à nouveau la Seine-Saint-Denis en taux de victimisation, avec des taux > 1%. Alors que de nombreux médecins ne déclarent pas ces incidents, les taux sont probablement sous-estimées explique le CNOM.

Source : CNOM Résultats 2012 de l’Observatoire de la sécurité des médecins

Lire aussi :Sécurité des MÉDECINS: Est-ce plus dangereux d’être médecin en 2012?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine