Magazine Politique

Une alternative aux cinq fonctions stratégiques ?

Publié le 16 avril 2013 par Egea
  • dissuasion
  • doctrine
  • Défense
  • Livre blanc
  • Stratégie

Les cinq fonctions stratégiques (Anticipation, dissuasion, prévention, intervention, protection) sont aujourd’hui acceptées avec une force coutumière qui leur donne toute l’apparence du dogme.

Peut-on, malgré tout, les discuter ?

Une alternative aux cinq fonctions stratégiques ?
source

Revenons pour cela à l'histoire des Livres Blancs (voir mon billet ici).

Au début il y avait celui de 1972. Comme je l'ai déjà expliqué, il intervenait au terme d'une décennie de débat stratégique. Il a affirmé la dissuasion. Celle-ci était globale, totale, tout azimut. Plus tard, au cours des années 1970, on a précisé : théorie des trois cercles, ultime avertissement (pas de nucléaire tactique, mais pré-stratégique), et dissuasion du FAMAS au SNLE. Bref, la dissuasion orientait et polarisait l'ensemble de l'outil de défense : Des troupes sur les marches de l'Est (ligne bleue des Vosges et Forces françaises en Allemagne) jusqu'à la conscription, manifestant l'engagement de la Nation. La dissuasion était une stratégie. Pas une "fonction stratégique".

Le LB de 1994 constate un bouleversement stratégique. Il instaure une première déviance, celle de quatre fonctions stratégiques (dissuasion, prévention, projection, protection). La deuxième déviance intervient juste après, lorsqu'on met bas à la conscription. L'outil de défense est désarticulé, puisque la dissuasion est dès lors cantonnée à l'outil nucléaire, et le reste de l'armée à tout un tas d'autres choses. On perd la cohérence, on invente des scénarios d'emplois, et donc des contrats opérationnels. L'armée de terre va même plus loin en inventant des états-majors sans unités subordonnées (les EMF) aux cris de la modularité, le mot à la mode à l'époque. Aujourd'hui, tout est devenu tellement modulaire qu'il n'y a plus d'unité, mais des assemblages de bric et de broc le temps de la mission, qu'il s'agisse d'un départ en manœuvre, d'une Opex ou d'un Vigipirate. Surtout et enfin, dernière déviance, en rangeant la dissuasion au rang de "fonction stratégique", on lui fait perdre tout son sens structurant. En fait, il n'y a plus de stratégie, et le livre blanc donne l'impression d'un couteau suisse.

Est-il besoin de préciser que le LB de 2008 n'arrange pas vraiment les choses. On ajoute la fonction "connaissance-anticipation", on invente la résilience et l'arc de crise (deux concepts importés de chez les Anglo-Saxons, et très à la mode), on noircit des pages. Et accessoirement, on ajoute une notion de sécurité à la notion de défense, se qui obscurcit les choses au lieu de les élargir (voir ici). Et puis on enlève plein de lames au couteau suisse, qui devient un vague couteau de sommelier : une petite lame, un tire-bouchon, un décapsuleur. Parler de stratégie ? Non, on est bien trop intelligent pour ça.

Bref, tout ceci n'est pas très cohérent, finalement. Et puisque la publication du Livre Blanc ne cesse d'être repoussée (le lecteur d'égéa sait qu'il y a au moins un choc géopolitique chaque semaine, ceci expliquant sans doute cela), on a peut-être encore le temps d'un vrai débat stratégique. Qui consisterait à remettre en cause ces cinq fonctions stratégiques, acceptées comme parole d'évangile. En l'espèce, un peu de doute cartésien est peut-être utile, quitte à apparaître comme agnostique ou pire, incroyant. J’implore par avance la clémence des grands prêtres pour avoir osé un tel sacrilège, et me rassure : qu'un misérable cafard comme moi annone des bêtises ne saurait atteindre la magnificence du grand œuvre intellectuel. C'est donc rassuré par mon insignifiance que je me lance et demande simultanément pardon. De toute façon, cela n'aura aucune portée.

Les cinq fonctions stratégiques (Anticipation, dissuasion, prévention, intervention, protection) donnent en effet l’impression de mélanger la carpe et le canard. La dissuasion sert en effet à protéger, en fin dernière. De même, on ne peut réduire la dissuasion au seul nucléaire, ce que sous-entend cette présentation. La dissuasion est globale, du Famas au SNLE. Les troupes « conventionnelles » servent donc aussi à la dissuasion. Elles servent par ailleurs principalement à l’intervention, mais elles contribuent aussi à la protection ou la prévention. Quant à la connaissance, elle est utile pour les quatre autres.

Autrement dit, il y a des recoupements qui ne sont pas satisfaisants.

Or, quelles sont les ambitions stratégiques de la France ? On peut les classer en trois fonctions principales, des "nécessités stratégiques" : la première a trait à la souveraineté, c’est-à-dire la survie de la Nation. La deuxième porte sur les intérêts de la France. La dernière insiste sur la coopération.

Les trois sont utiles.

  • On parle peu de la première, car on juge cette fonction dépassée, et moins essentielle dans le monde qui est le nôtre. C’est peut-être aller vite en besogne surtout en ces temps chaotiques.
  • La deuxième est quasiment un gros mot, pas très convenable. Pourtant, le réalisme nécessiterait d’identifier ces intérêts.
  • La coopération porte sur des matières moins directement sensibles, celles où l’imputation du coût, tant des problèmes que des solutions pour y remédier, est plus difficilement imputable.

Pour répondre à ces trois nécessités stratégiques, les moyens de la défense (et notamment les forces armées) peuvent être mobilisés différemment, selon des objectifs variables : il peut s’agit d’être capable de l’escalade de la violence jusqu’aux dernières extrémités ; il s’agit d’être en mesure de porter la force de manière contrôlée. Il s’agit de former ; il s’agit d’actions militaro-civiles, où les moyens militaires sont utilisés pour répondre à des besoins civils temporaires (catastrophes, accident, crise humanitaire).

La gamme des moyens doit alors être en mesure de répondre à sept fonctions stratégiques élémentaires :

  • Savoir : l’ancienne fonction connaissance anticipation
  • Commander : l’ensemble des systèmes d’information et de commandement, leur interopérabilité, leur protection (cyber)
  • Pouvoir : partie nucléaire de la dissuasion
  • Agir : l’action des forces conventionnelles ou de forces plus élaborées (missiles de croisière, défense anti-missile)
  • Soutenir : directement (soutien des forces) indirect (soutien armement) administratif (SGA)
  • Dire : promouvoir et expliquer, influencer
  • Aider : former, réagir aux urgences civiles, stabiliser, coopérer

Ceci n'est qu'une ébauche, visant à essayer de penser différemment. Bref, c'est largement critiquable : le débat permettra d'avancer.

O. Kempf


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Egea 3534 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines