Magazine Côté Femmes

J’ai furieusement envie de lire ce livre (pas seulement à cause...

Publié le 25 avril 2013 par Mmepastel
J’ai furieusement envie de lire ce livre (pas seulement à cause de sa couverture, soyons clairs), et malgré mes recherches, je ne trouve AUCUNE traduction en français. 
La question est : serai-je capable de le lire en anglais ???
Test : je vous traduis ce que j’en ai lu sur un site marchand :
Les enfants de Dynmouth -un roman classique de chez Penguin lauréat d’un prix. La collection Decades Penguin vous révèle les romans qui ont contribué à donner forme à l’Angleterre moderne. Les années 70 furent une décennie de colère et de mécontentement. L’Angleterre a enduré des coups durs du pouvoir et des grèves. L’Amérique s’est retirée du Vietnam et a vu son Président quitter son bureau. Féminisme et chirurgie esthétique ont rivalisé dans le coeur des femmes (et leur esprit). Et pour beaucoup, le rock progressif, le punk et le disco, n’étaient pas juste des musiques mais des façons de vivre. Les enfants de Dynmouth de William Trevor (Lauréat du prix Whitbread et envisagé pour concourir pour le Booker Prize) fut publié pour la première fois en 1976 et est un classique relevé du diable se cachant dans les endroits les plus improbables. Dedans, nous suivons l’étrange, le solitaire, le curieux adolescent Timothy Edge tandis qu’il erre dans la fade ville de bord de mer qu’est Dynmouth. Timothy se prend d’un intérêt lubrique pour la vie des adultes, qui ne réalisent le but que lui-même poursuit que trop tard pour assurer sa connaissance.
“Un petit chef-d’oeuvre sous-estimé… un travail d’une rare compassion” (Joyce Carol Oates).
Bon, il y a quelques lourdeurs, mais je vais tenter le coup.
Voici la critique de Joyce Carol Oates dans le New-Yorker de 1977.

J’ai furieusement envie de lire ce livre (pas seulement à cause de sa couverture, soyons clairs), et malgré mes recherches, je ne trouve AUCUNE traduction en français.

La question est : serai-je capable de le lire en anglais ???

Test : je vous traduis ce que j’en ai lu sur un site marchand :

Les enfants de Dynmouth -un roman classique de chez Penguin lauréat d’un prix. La collection Decades Penguin vous révèle les romans qui ont contribué à donner forme à l’Angleterre moderne. Les années 70 furent une décennie de colère et de mécontentement. L’Angleterre a enduré des coups durs du pouvoir et des grèves. L’Amérique s’est retirée du Vietnam et a vu son Président quitter son bureau. Féminisme et chirurgie esthétique ont rivalisé dans le coeur des femmes (et leur esprit). Et pour beaucoup, le rock progressif, le punk et le disco, n’étaient pas juste des musiques mais des façons de vivre. Les enfants de Dynmouth de William Trevor (Lauréat du prix Whitbread et envisagé pour concourir pour le Booker Prize) fut publié pour la première fois en 1976 et est un classique relevé du diable se cachant dans les endroits les plus improbables. Dedans, nous suivons l’étrange, le solitaire, le curieux adolescent Timothy Edge tandis qu’il erre dans la fade ville de bord de mer qu’est Dynmouth. Timothy se prend d’un intérêt lubrique pour la vie des adultes, qui ne réalisent le but que lui-même poursuit que trop tard pour assurer sa connaissance.

“Un petit chef-d’oeuvre sous-estimé… un travail d’une rare compassion” (Joyce Carol Oates).

Bon, il y a quelques lourdeurs, mais je vais tenter le coup.

Voici la critique de Joyce Carol Oates dans le New-Yorker de 1977.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mmepastel 1077 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine