Magazine Environnement

Turquie : les écologistes s’interrogent sur les risques sismiques

Publié le 06 mai 2013 par Lenergiedavancer @Fil_energie
istanbul_photo_GreenwichPhotography

Les partis écologiques français ont émis des réserves à propos du contrat nucléaire que viennent de signer Areva et son homologue japonais Mitsubishi avec le gouvernement de Turquie. Un contrat qui porte, pour rappel, sur la construction d’une nouvelle centrale nucléaire.

Denis Baupin, vice-président de l’Assemblée nationale, a rappelé à Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, que de « nombreux séismes (Izmit, Duzce, Cerkes, Bingol, Karakoçan) sont intervenus au cours de la dernière décennie sur la faille nord anatolienne à proximité de laquelle est prévue la construction des réacteurs« . Il a notamment attiré l’attention de la Ministre sur le séisme du 6 juin 2000, à Cerkes, « à moins de 250 km du site futur de Sinop« .

Le vice-président de l’Assemblée s’interroge également « dans quelles conditions l’État actionnaire a été associé » et « quel sera le rôle de régulateur que va exercer l’Autorité de Sûreté Nucléaire » dans ce projet d’Areva.

Le réseau Sortir du Nucléaire a quant à lui interpellé Areva à propos des 4 réacteurs de moyenne puissance qui équiperont la centrale nucléaire turque : « après avoir vendu le combustible Mox qui a fondu dans le réacteur n°3 de Fukushima et fortement contribué à la contamination au plutonium au Japon, l’entreprise française souhaite-t-elle être complice d’un nouveau désastre si un fort séisme survient en Turquie?« .

Ce contrat, estimé à plus de 15 milliards d’euros, représente la première vente de réacteurs depuis 2007 pour Areva et le premier contrat nucléaire décroché par un groupe japonais depuis l’accident de Fukushima, survenu au Japon en 2011.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lenergiedavancer 5099 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte