Magazine Sport

La fin des Cata lents : A Barça, tout va bien

Publié le 07 mai 2013 par Levestiaire @levestiaire_net

La fin des Cata lents : A Barça, tout va bien

C’était le 17 décembre 2010, un Barcelone-Rubin Kazan qui n’avait l’air de rien, avec une victoire 2-0 qui n’avait l’air de rien. Et pourtant le Vestiaire avait écrit ça. Peut-être parce que le baby Barça, c’est-à-dire avec Piqué capitaine, Pinto, Bojan, Jeffren, Mascherano, Busquets, Maxwell, Adriano, Fontas, Alcantara, Vazquez, Bartra et Jonahtan, ça avait l’air de rien.

Wesley Sneijder pensait avoir tout fait, mais il a découvert que quatorze victoires et un nul lors des quinze matches d’automne était un passage essentiel dans la quête du Ballon d’or. Il avait éliminé le Barça en demi de C1 la saison dernière, mais le Barça s’est vengé en finale du Mondial. Il n’en fallait pas plus pour que Xavi devienne médiatique. Le docteur Fuentes n’avait pas prévu ça.

En revanche, il en fallait bien plus pour que Canal fasse une journée spéciale clasico. Jusque-là, le Barça était redevenu le club à Kluivert, où on envoie Lamouchi s’enflammer sur un but de Daniel Alves contre le Panathinaikos. Le duel Ronaldo-Messi, qui n’était évidemment pas un match international, a changé la donne et pour ce clasico, Denoueix et Josse ont dû choisir chacun leur club. Josse a perdu, pourtant c’était sûr qu’avec Ozil et Di Maria Mourinho allait refaire l’avion au Camp Nou.

Bartra, Bartra, Baaartra

La page complète d’interview de Xavi dans L’Equipe le matin du match n’était donc pas une menace. Canal a déplacé la grosse armada une semaine plus tard dans une annexe du Camp Nou, pour Barça B – Rubin Kazan. Et là tout est permis : quand un Russe contrôle le ballon avec quelques mètres de trop, Margotton vante le pressing catalan. Mais pas autant que la facilité déconcertante avec laquelle cette équipe enchaîne vingt passes à soixante mètres des buts adverses pour terminer par une frappe trop molle de Messi des trente mètres. Comme les grands.

Pourtant ces joueurs qui découvrent la Ligue des champions ont à peine la vingtaine. Iniesta n’avait joué que 37 matches de Liga l’année de ses vingt ans. Et quand Alcantara écrase sa frappe à vingt-cinq mètres, personne ne rappelle que c’est Gilles Sunu et Lacazette qui ont gagné la finale de l’Euro des 19 ans. D’ailleurs Guardiola les engueule dans le couloir. Et quand Messi rentre, il hésite à mettre le maillot argentin. Bien sûr, toutes les inventions de Doucet y passent, un footballogue aurait même été aperçu en train de rôder dans les couloirs nuit et jour des fois qu’on lui demanderait une analyse scientifique sur le Barça. Le footballogue sera-t-il lui aussi bientôt en voie de disparition ?

Pendant ce temps-là, le Vestiaire écrivait aussi en ce 17 décembre 2010 : « Marc Bartra réussit un débordement, donc la relève est prête ». Bien vu : deux ans plus tard, Vilanova le mettra défenseur central, pas parce qu’il est bon, juste parce que Piqué, Puyol et Mascherano ne le sont plus. Plus ou pas ?

é


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Levestiaire 1937 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine