Magazine Bons plans

Le jour où ce qui devait arriver arriva

Par Agathesp

Le jour où ce qui devait arriver arriva

Et voilà, c’est arrivé.

Il n’avait pas répondu à mon message de samedi et honnêtement je pensais que je n’aurais plus de ses nouvelles avant des mois, comme c’est arrivé déjà.

Et puis non, il m’a gentiment répondu. Il n’a pas saisi l’ironie de mon message… j’avais un peu peur de l’avoir vexé pourtant.

Il ne s’est pas cherché d’excuses et j’ai apprécié.

Il a dit avoir vraiment envie de me voir et je l’ai trouvé sincère.

Mais en ce dimanche soir, je ne voulais pas sortir. J’avais à faire à la maison et puis je ne voulais pas le laisser penser que j’étais à sa disposition.

« T’es sure? Je pars en week-end mercredi, j’aurais aimé te voir avant… » (Il a vraiment abusé des trois petits points dans cette conversation!)

Deux ou trois petites phrases coquines plus tard, je succombais. (oui, je suis une fille facile, je sais)

Le coeur battant la chamade (j’ai bien cru à une crise cardiaque) je l’ai rejoint.

Il m’attendait, il était toujours aussi beau et sexy… Je l’aurais croqué sur place!

Comme je n’ai aucun talent dans l’écriture de récits érotiques ni dans l’écriture de récits tout court, je ne vais pas te raconter les détails de la soirée même si à mon avis, il y aurait des choses à breveter.

Il a changé, il a muri, je ne préfère même pas imaginer avec combien de filles il a du s’entrainer pour en arriver à ce niveau parce que ça me fait un peu mal quand même.

Après que notre « relation suivie » se soit terminée et que nous avons remis le couvert, ce garçon avait sur moi l’effet d’un vendredi soir de cuite: Toute la semaine tu pense à ce super moment durant lequel tu vas te lâcher et te détendre, t’en profite bien, mais le lendemain matin, tu as tellement envie de mourir que tu te dis « plus jamais ».

Cette fois-ci, cela n’a rien à voir. Il a été beaucoup plus doux et attentionné, mentionnant même des choses qu’on avait vécu ensemble, des souvenirs communs… Je l’ai quitté sereine, je dirais même apaisée.

Tout ça me trouble. Beaucoup.

J’ai du mal à définir ce sentiment, mais depuis que je l’ai quitté, je n’ai qu’une seule envie: lui. J’en suis même réduite à regarder ses photos sur Facebook comme une midinette en m’extasiant sur son regard de braise et son torse d’Apollon.

M’est avis que je ne suis pas au bout de mes peines!

Je te laisse, je vais prendre une douche froide…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Agathesp 34 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte