Magazine Côté Femmes

L'aube

Publié le 19 avril 2008 par Lyanne
Avez-vous déjà vu le soleil se lever sur la mer ? La mer que j'ai vue enfant ne m'avait permis que d'en rêver... Ce souhait m'est revenu en allant aux Baléares, mais tout de suite déçu, nous n'étions pas assez à l'est. Que cela ne tienne, j'ai supposé un lieu adéquat sur la carte, et je suis partie de nuit, à pieds, vers 4 heures...
Je marchais avec le walkman sur les oreilles, autoreverse et cassettes à l'époque ;) d'abord dans le noir, puis avec la lumière qui montait et me faisait craindre de ne pas arriver à temps.
Je ne savais pas que le rayonnement sur l'atmosphère provoquait un épisode de luminosité qui baissait ensuite, avant que le soleil ne se lève vraiment. Je calmais mes craintes en me disant que le lendemain, le soleil se lèverait aussi !

En haut de la colline, je suis arrivée surplombant la mer, je me suis assise en face d'elle, là où la brume était la plus colorée, le dos dans les touffes d'herbes, mais le soleil n'était pas là. Il faisait si clair que je le cherchais quand même ! Etait-il plus loin derrière la colline ? J'étais alors tendue vers le mot "enfin", et mes yeux n'osaient pas rater le premier instant ! Mais non, ce n'est pas la bonne attitude, j'allais l'apprendre. 

J'ai cru avoir rêvé cette lumière, il faisait sombre de nouveau, la nature m'enveloppait tendrement, et au lieu d'attendre, je me suis laissée aller, j'ai rêvassé, et je crois que je me suis même endormie avec la fin de la musique dans mes oreilles...

Rien ne sert d'attendre, d'espérer, de souffrir, de forcer, de vouloir trop fort, mais plutôt d'être connecté à son désir. Désirer, démarrer sa création, puis laisser faire. Créer, puis regarder grandir. Mon désir était parti dans la peur du noir, et aussi en mettant en route du doigt de la musique, cassette choisie pour la circonstance. C'est là que tout s'est mis en place, ensuite ce n'est que rythme à suivre et à écouter, plaisir de vivre chaque instant. 
Je ne savais pas, j'apprenais.
Mon souhait d'accélérer le rythme de mes pas avait alterné avec la confiance que tout était bien. Et comment mon souhait face à la mer pouvait-il faire lever le soleil !? La nature s'amuse à nous exciter de quelques prémices de rayons, puis à nous envelopper de douceur pour nous distraire.

La musique a repris, j'ai ouvert les yeux, la lumière n'avait pas changé, mais je profitais enfin du présent, et le haut du Soleil est apparu, orange dans la brume.

Cette face de la cassette était Alan Parson Project, eye in the sky, et les mots qui m'ont ouverts les yeux étaient "the sun goes up", le soleil se lève...

Tout n'est que gratitude quand sa propre création rencontre celle de l'univers.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :