Magazine

De l’art de vivre en collectivité…

Publié le 19 avril 2008 par Suzy S

Dans ma très chère résidence Very Important Proutprout, un local est mit à disposition des résidents pour y stocker leurs encombrants. Le but n’est pas de faire une décharge privée que la concierge doit ensuite mettre dehors le jour J mais de permettre à mes si chers voisins d’attendre la sortie des encombrants sans tout garder dans leur appartement. C’est à eux, et à eux seuls, de sortir leurs encombrants, ce n’est pas à la concierge de le faire !

Seulement voilà, c’est comme ça que ça se passe. Vous connaissez la politique du “Pas vu pas pris” ? On descend les merdes pendant la nuit, personne ne nous voit, personne ne peut nous accuser, personne ne peut dire formellement “ce sont vos encombrants, sortez les vous même !”

Enfin si, en fait, on pourrait le faire, car ils sont tellement tataches qu’ils ne voient même pas qu’il y a leur nom sur le carton qu’ils ont abandonné dans le local avec la poubelle de salle de bain, le petit pot de peinture (strictement interdit aux encombrants d’ailleurs) et les cahiers de cours de l’an dernier sur lequel figure en grand le nom de leur progéniture. Pathétique hein ?

Le fait est que personne ne sort ses encombrants soi-même et c’est à la concierge de s’en occuper, avec ses potes et sa fille (moi). Le tout, pas payé mais surtout pas assuré ! Si je me coupe un doigt (vous l’ai dit, c’est une obsession) en sortant le canapé convertible, non seulement je prends le risque que ma mère m’appelle pour toujours Frodon neuf doigts mais en plus, c’est à moi de payer les soins, je ne suis pas couverte par l’assurance de la copropriété. Et ne comptez même pas sur ces voyeurs, qui nous regardent depuis leur fenêtre, pour me conduire aux urgences… Car oui, le jour J, tout le monde est là à regarder depuis sa fenêtre.

Bref… Vous avez un aperçu de ma love story résidentielle… Mais j’aimerais vous parler de ce matin. La sortie des encombrants avait lieu jeudi soir (il a fallu s’y mettre à 4) et samedi matin, il y en avait déjà de nouveau. Ils nous font le coup à chaque fois, ce n’est même plus une surprise, mais là quand même, c’est fort.

De l’art de vivre en collectivité…

En tout, ce qui a été mis dans le local cette nuit doit représenter… Oh allez, à peine un sac écolo de chez Carrefour. Un tiroir à couvert de 20cm de large sur 35cm de profondeur et un carton de bouteilles de vin rempli…

De l’art de vivre en collectivité…

De MEDICAMENTS ! Ah là, on est loin de la poubelle pleine de tampax, on est loin aussi des pots de peintures ou de la grosse peluche qui perd tout son polystyrène ! Bordel, des médicaments… Y’a des chiens et des enfants dans cet immeuble ! Y’a une pharmacienne qui nous propose de ramener les médicaments usagers quand elle part au boulot pour qu’on n’ai même pas à se déplacer ! Mais non… On abandonne ça à la portée des enfants.

Chose qu’on ne fait jamais ma mère et moi, nous avons fouillé le fameux carton car là, quand même, on ne peut pas laisser passer. Toute la panoplie de l’alcoolique : anti remontées gastriques, aigreurs d’estomac, hémorroïdes, alcootests… Alors évidemment nos soupçons se sont portés sur ce couple aromatisé Ricard… Jusqu’à cette petite boîte.

De l’art de vivre en collectivité…

Avec le nom de son propriétaire (que j’ai pudiquement couvert de petits cœurs). Le plus chiant, celui qui râle tout le temps que les entrées ne sont pas assez propres, que des chiens courent dans le jardin, que le jeune d’en face fume sa clope assis à l’entrée et j’en passe… Le locataire le plus imbuvable est celui qui abandonne ses médicaments dans la cave. C’est pas merveilleux ça ?

Montée de sang oblige, on a persévéré dans l’inédit en accrochant au mur cette fameuse boite à la vue de tout le monde. Et si à la fin du week-end il n’y a pas eu de réaction, je leur apporte leurs merdes en précisant qu’il y a une pharmacie à 50m…

Dernier point, ce qui est écrit en rouge sur le grand panneau blanc est un message du concierge remplaçant demandant aux résidents de ne pas prendre les gens pour des cons et rappelle les règles de ce local. Apparemment, il ne l’a pas écrit assez grand.

Articles relatifs


Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (1)

Par raf
posté le 13 août à 10:40
Signaler un abus

je viens de lire ton billet (tutoiement obligatoire, on est sur internet!), et c'est la même situation un peu partout... chez moi aussi.

il serait bien de faire un retour à votre syndic, pour la future ag...

tu donnerai pas une suite à ton histoire, avec "mr aigrimedoc" ?

A propos de l’auteur


Suzy S 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog