Magazine Culture

Wonderfalls

Publié le 19 avril 2008 par Lulla

19 avril 2008

Wonderfalls

retrobanci6

B0006GAO18_01_LZZZZZZZ

dnesblog3starsmq2B

Avant de nous offrir le bijou que constitue Pushing Daisies, et juste après avoir lancé la très bonne Dead Like Me (et avant de se fourvoyer dans Heroes), Bryan Fuller avait créé une petite série bien sympathique, j'ai nommé Wonderfalls. Moins bonne que ses deux autres créations, elle n'en est pas moins intéressante. C'est l'histoire de Jaye, une fille un peu paumée qui s'ennuie terriblement dans la vie, jusqu'au jour où les objets inanimés de la boutique de souvenirs où elle travaille se mettent à lui parler ! Dès lors, Jaye, qui était très nombriliste et égoïste, va devoir s'occuper un peu des autres et ouvrir les yeux sur le monde qui l'entoure. Cela ne se fera pas sans heurts. Entre ces objets qui lui ordonnent de faire n'importe quoi, mais toujours dans un but précis, et les membres excentriques de sa famille qui ne lui laissent pas un moment de répit, la vie de Jaye va changer du tout et tout. Sa rencontre avec le bel Eric, adorable mais marié et déprimé, va encore plus compliquer les choses !

Ceux qui ont aimé Dead like Me aimeront sûrement Wonderfalls. En effet, Jaye et Georgia sont deux héroïnes très proches l'une de l'autre. Quand on regarde bien, il n'y a pas grand chose qui les différencient, si ce n'est qu'une d'elle est morte. Elles sont toutes les deux amères, acerbes, négatives, touchantes et drôles à la fois. Elles ne croient pas en l'amour et globalement, elles ne croient pas en grand chose. Elles sont attachantes en tous cas. Et pour recentrer les choses sur Jaye, on découvre en elle, petit à petit, un coeur qui ne demande en fait qu'à tomber amoureux ! Toute cette amertume c'est pour mieux cacher la guimauve qui coule dans ses veines. C'est un personnage très attachant, particulièrement dans sa folie. Ceux qui l'entourent ne sont pas en reste. A commencer par sa meilleure amie, Mahandra. Très discréte au début, elle a rapidement su s'imposer. Comme tous les personnages secondaires, elle apportait une bonne dose d'humour et de loufoquerie. Sharon, la soeur de Jaye, était sûrement mon personnage préféré ! Avocate et lesbienne honteuse, ses réflexions sont à mourir de rire. Des liens se tissent entre elle et sa soeur au fur et à mesure que celle-ci plonge dans la folie avec ces objets qui lui parlent constamment. Puis il y a le frère de Jaye, le genre de grand dadet un peu Tanguy qui fait fondre les filles. C'est Lee Pace qui l'interpéte ! Il deviendra par la suite le Ned de Pushing Daisies. Les parents de Jaye ne sont pas présents dans tous les épisodes, mais quand ils le sont, c'est fou rire assuré ! Ils sont totalement à coté de la plaque tout le temps et c'est très drôle. Reste Eric, le prétendant de Jaye, un peu trop lisse pour que l'on s'y intéresse vraiment. On ne sait pas ce qu'elle lui trouve mais dans les derniers épisodes, il est à l'origine d'excellentes scènes, plutôt tristes.

wonderfalls

L'action se déroule près des chutes du Niagara, ce qui confére à la série un atmosphère un peu différent de ce que l'on a l'habitude de voir. Ce n'est pas juste un décor, ça va plus loin que ça. Les mythes et les légendes qui entourent les chutes, ainsi que les coutûmes et traditions de la région, sont évoquées. Je pense à cet épisode qui met en scène une femme qui a traversé les chutes dans un tonneau quarante ans plus tôt ou encore la fameuse légende de la Maid of the Mist autour de laquelle s'articule le pilot. Les indiens ne sont pas loin, un épisode leur est consacré. Pas le meilleur d'ailleurs. La frontière avec le Canada est toute proche, Jaye va la franchir le temps d'un épisode. Le meilleur pour moi. Le fait que chaque épisode se concentre sur une personne que Jaye doit sauver a malheureusement ses limites. Toutes les histoires racontées ne sont pas bonnes. Le plus intéressant réside plutôt dans les intéractions entre les personnages et l'avancement de leurs intrigues respectives. Ce qui sauve véritablement la série, c'est l'humour ! Il est constant et il est original. Il passe surtout par les dialogues et les réflexions de chacun. Il passe aussi par les situations, notamment quand Jaye se retrouve à faire des choses contre sa volonté et que personne ne comprend quelle mouche a bien pû la piquer pour faire ce qu'elle fait !

Au final, je dirais que Wonderfalls est une série sympathique, pas prise de tête, plutôt marrante, originale et bien fichue. Elle n'a pas fonctionné sur la FOX, ça a même été un bide retentissant. Quelque part, c'est pas plus mal. Je ne voyais pas la série durer bien longtemps. Les 13 épisodes se suffisent à eux-même. J'ai quitté Jaye sans regrets. Si vous ne savez pas quoi regarder cet été, je vous conseille de vous lancer. Vous ne le regretterez pas. Mais ne vous attendez pas à quelque chose d'aussi réussi que Pushing Daisies. On est quand même un cran en dessous.

Posté par LullabyBoy à 22:50 - Focus Retro - Commentaires [0] - Rétroliens [0] - Permalien [#]

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lulla 626 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte