Magazine Côté Femmes

Combat de boue : Net ou boutique ?

Publié le 21 avril 2008 par Juval @valerieCG

Boutique Valérie connaît tous les bons sites de ventes en ligne, Juliette préfère aller en boutique. Et vous ?


Valérie.
Préambule. Je vis à Lyon et Juliette à Paris. C’est important pour la suite.
Elle est donc gentille Juliette mais elle a toutes les marques à portée de main. Moi euh… Vous avez déjà fait un tour au Printemps à Lyon ? Non ? Et ben épargnez-vous cette peine.
Fifi Chachnil ? Quelqu’un avait tenté d’ouvrir un magasin en proposant ; elle a mis la clé sous la porte.

Juliette.
(J’ai toujours trouvé ça bizarre comme expression “la clé sous la porte” non ? pourquoi “sous” la porte ?)
Y’a un truc que j’adore, c’est me balader. Ce que j’aime, c’est moins dans les boutiques qu’entre les boutiques. Toute seule ou avec des copines, on se promène, on va de l’une à l’autre en dilettante, on s’arrête à une terrasse de café quand on est fatiguée. Les boutiques, c’est quasi un prétexte.

Boutique

Valérie.
Et puis les ventes privées dont je vous parle à longueur de temps ? Vous comptez vraiment affronter 500 follasses qui vous arracheront les yeux ? Sur le net on évite ce risque. Si la personne à qui on vient de rafler le dernier Chloé sous le nez, vous insulte, vous n’en saurez rien.

Juliette.
Oui ou sinon il existe des boutiques qui sont un peu des ventes privées à l’année et qu’on appelle des stocks et des “dépôt-vente”. Sinon il y a les puces et les vides greniers

Valérie.
En plus, beaucoup de marques dont je vous parle ici n’ont même pas de magasin. Prenons Suicidal ; il lui aura fallu deux ans pour arriver à ouvrir une boutique.
Tout le monde sait que Juliette travaille dans une boîte qui la surpaie (ceci est une private joke) mais je doute qu’elle ait les moyens de se payer des AR réguliers à New-York ou Londres. D’où le concept de magasin en ligne pour Urban Outfitters ou TopShop.

Boutique

Juliette.
C’est pas moi qui vais acheter des menottes à Tokyo. Mon salaire est astronomique certes, mais je préfère quand même ne pas acheter à l’aveuglette, et ça passe par l’essayage. Je me suis déjà retrouvé avec des fringues immettables (trop heu… grandes, pour ma taille de guêpe anorexique). Et donc, des achats qui ne servent à rien. En ces temps de baisse du pouvoir d’achat, ça ne serait pas citoyen.

Valérie.
Ne pas pouvoir essayer ? Il y a un service, certes peu connu, qui s’appelle le SAV. Et oui si quelque chose ne vous va pas, vous pouvez le renvoyer. Cela vous évitera les affres de la crise de nerfs en plein magasin car un pantalon vous a transformé en éléphant.

Je ne vous parle pas d’ebay qui devrait me nommer membre VIP, où j’achète en permanence des objets utiles et de bon goût.

Juliette.
Le SAV ça me gonfle j’ai la flemme (la Corse, les gènes…) Quant à trouver des objets absolument nécessaires et de bon goût, tu fais quoi des puces et des vide greniers ? et hop retour à la case départ : shopper c’est surtout se balader. Et toc.

Promenade


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Juval 59548 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine