Magazine Humeur

Le Delanopolis fait sa primaire : l'interview de Jean-François Legaret !

Publié le 22 mai 2013 par Delanopolis
Afin d'informer ses lecteurs et d'inciter ceux qui hésitent encore à s'inscrire pour voter, le Delanopolis a adressé un questionnaire en sept questions aux candidats et publie in extenso leurs réponses. Voici celles de Jean-François Legaret. Le Delanopolis fait sa primaire : l'interview de Jean-François Legaret  ! 1 - Face à la crise budgétaire qui menace Paris et qu’Anne Hidalgo veut cacher, quelles économies envisagez-vous ?

J-F Legaret : Un constat en effet s’impose, le train de vie de la collectivité parisienne a explosé depuis 2001. Alors que les recettes des droits de mutation ont rapporté plus de 10 milliards à la municipalité et le produit des augmentations d’impôts locaux plus d’1,5 milliards, B. Delanoë et A. Hidalgo n’ont pas investi pour améliorer la qualité de vie des Parisiens, bien au contraire le fonctionnement des services a lourdement décuplé de plus de 2 milliards avec une masse salariale en conséquence et le recrutement de 10 000 agents supplémentaires… sans pour autant répondre concrètement aux priorités des Parisiens telles que le logement, la sécurité, les places en crèches ou dans les conservatoires et toujours la propreté. J’ajoute que le maire de Paris a multiplié par 3 l’endettement de la Ville.

Face à un tel gaspillage des deniers publics municipaux, je veux dans un premier temps faire revenir la mairie dans l’ère de l’évaluation. Il faut savoir qu’aucun audit budgétaire et financier n’a été réalisé depuis 2001. Dès mon élection à la mairie de Paris, j’en ferai réaliser un et cette opération indispensable sera mise en œuvre tous les 2 ans.
Les Parisiens sont en droit de connaître la réalité de la gestion de leur ville et de l’utilisation qui est faite de leurs contributions fiscales.

D’autre part, fort des résultats de cet audit, je prendrai des mesures concrètes afin de « revoir la voilure » en matière d’attribution de subventions (en augmentation de 100 millions d’euros…) ainsi qu’avec les services de communication de la mairie.





2 - Quelles mesures principales proposez vous pour décongestionner la circulation dans Paris et lutter contre les embouteillages et la pollution ?


Il y a des aménagements aberrants qu’il faudra revoir immédiatement, qui ont montré leur dangerosité et leur responsabilité dans ces embouteillages, tels que le boulevard de Magenta, Saint-Marcel et Montparnasse. Une autre mesure importante verra le jour immédiatement, c’est le rétablissement d’une régulation beaucoup plus souple des feux rouges qui casse la fluidité de la circulation et crée même des « embouteillages de nuit » ! Enfin, je mettrai en place un nouveau plan général de la circulation à Paris qui intégrera des investissements ciblés sur des créations de parcs de stationnement et de nouvelles lignes de bus et de métros.




3 - Êtes-vous favorable à l’organisation de référendums pour que les Parisiens puissent directement trancher les questions essentielles pour le futur de leur ville (péage urbain, hauteur des immeubles, rythmes scolaires, organisation des services de propreté, etc.) ?

Bien sûr, j’y suis très favorable et cela figure parmi les points forts de mon projet. J’ai pris l’engagement clair que je voulais être « le maire de la parole donnée », celle que les Parisiens retrouvent sur des sujets essentiels tels que ceux que vous citez.

Depuis 10 ans, B. Delanoë et A. Hidalgo ont mis les Parisiens devant le fait accompli pour tous les sujets qui les concernaient. Qu’il s’agisse dernièrement des rythmes scolaires ou du péage urbain, le maire de Paris et sa majorité refusent de pratiquer une vraie concertation. J’ai exactement l’idée inverse et je proposerai aux Parisiens très rapidement un referendum pour la création d’une police municipale à Paris, pour la mise en place à travers une expérimentation d’un péage urbain, et pour la mise à plat des services de la propreté. D’autres sujets très sensibles comme l’installation des salles de shoot feront également l’objet de consultations locales. Les Parisiens doivent pouvoir arbitrer les grands choix qui les concernent.



4 -Faut-il permettre à tous les locataires de HLM parisien d’acquérir leur logement à un coût n’excédant pas le montant du loyer sur 15 ans ?

Je suis favorable à une accélération et une facilitation de l’accession sociale à la propriété, la majorité municipale sortante y a renoncé pour des raisons clientélistes, c’est profondément regrettable.




5 - Faut-il revoir certains projets urbains et architecturaux mal conçus : Halles, Rolland-Garros, tour Triangle ?

i[Il y a fort à faire sur ces projets très coûteux comme celui des Halles qui illustre le plus grand ratage en terme de projet d’aménagement urbain du maire de Paris… aux frais des contribuables parisiens. Je me suis également prononcé à plusieurs reprises sur Roland-Garros et la convention très critiquable qui lie la Ville à ce projet notamment sur la durée et le montant de la convention sans oublier les opportunités qui offrent un projet alternatif.





6 - Faut-il modifier l’organisation des services de propreté et si oui comment ?

J’ai une conviction : il faut revoir de fond en comble la politique de la propreté à Paris. En effet, le constat général est simple : la ville est sale.

Oui et à plusieurs titres. Il faut retrouver une organisation bien plus structurée et autrement mieux adaptée aux besoins du terrain.

Aujourd’hui les personnels qui sont de qualité déplorent la désorganisation qu’ils subissent depuis 2001. Il s’agit de renouer avec une politique de formation exigeante et incitative, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, l’absentéisme est un véritable fléau qui touche cette direction. Il est également essentiel de revoir l’implication et le « partenariat » avec les mairies d’arrondissement qui est très inégal. Vous le voyez, la politique de la propreté exige un « management » d’un maire qui connaisse les exigences du travail de terrain et estime ces personnels, que je rencontre régulièrement, ils savent que l’on pourra travailler ensemble dans un climat apaisé et constructif.





7 - Quelles mesures d’urgence pour lutter contre la multiplication des cambriolages ? 



Ma première mesure en tant que Maire de Paris sera de proposer aux Parisiens un referendum sur la création d’une police municipale dont les missions seront d’assurer une surveillance accrue des biens des Parisiens. C’est une priorité qui comportera un nouveau plan de vidéo protection sur tout le territoire parisien avec la mise en place de 50 000 caméras supplémentaires pour faire de notre capitale une ville accueillante, sécurisée et agréable. Il s’agit là d’un élément essentiel et indispensable pour que Paris renoue avec l’excellence et l’attractivité économique. Je citerai pour conclure la remarquable tribune de Gilles Ricour de Bourgies, président de la FNAIM, parue dans le Figaro du lundi 20 mai dernier qui affirmait notamment « …quel travailleur étranger a envie de venir s’installer dans une ville où les touristes se font agresser au vue de tous en plein centre ».

POUR VOTER A LA PRIMAIRE CLIQUEZ LA !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delanopolis 85997 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines