Magazine

Micro, l'ultime roman de Michael Crichton

Publié le 23 mai 2013 par Poisseman @Poisseman
Micro, l'ultime roman de Michael Crichton
On l'aura attendu celui-ci, histoire inachevée de l'auteur qui nous a quitté lors de son écriture. Mais un autre romancier - Richard Preston - a fait le pari fou de reprendre et terminer cette dernière oeuvre, et de nous en régaler. Alors, on s'en fout de savoir à quelle moment le stylo a changé de main, tant cette nouvelle histoire se charge de nous transporter dans une aventure passionnante et, disons-le, pleine de nostalgie. Il n'y en aura pas d'autre. C'est la vraie dernière. Ca me fait forcément quelque chose. Mais surtout, c'est d'un très bon niveau.
Micro, l'ultime roman de Michael Crichton
On ne va pas dire que l'originalité soit le maître mot qui caractérise Micro, car nous avons là affaire à une histoire d'hommes miniaturisés à l'extrême et faisant face à l'hostilité du monde des insectes, tels que le firent dans le passé Chérie j'ai rétrécie les gosses ou Arthur et les Minimoys. Par contre, avec Crichton, rien n'est rose en ces territoires inconnus et sa balade prend des airs de Jurassic Park quand les autres s'en amusaient. Le danger est grand, la mort peut frapper à chaque instant, mais pas seulement de la part des habitants du gazon.
On y rencontre donc un groupe de jeunes scientifiques sortants de l'école et approchés par une société travaillant sur des projets forcément top-secret. Débauchés pour leurs compétences, ils se retrouveront malheureusement témoins d'événements imprévus et réduits au silence en même temps que leurs tailles s'apparentaient à celle d'une fourmi. Survivre à ce monde ô combien terrifiant, retrouver leur apparence et dévoiler la vérité, voila ce qui attend nos héros miniatures dans ce palpitant bouquin.
Michael Crichton nous sert ici une aventure digne de ses dinosaures (action, réflexions scientifiques, danger permanent) dont certaines séquences font preuve d'une violence insoupçonnée. Le début de l'histoire touche plus à l'enquête policière, le basculement dans l'autre monde n'arrivant qu'au tiers du roman. Les personnages sont très attachants (quoiqu'assez nombreux), la tension se ressent vraiment, l'envie d'en découvrir plus toujours présente. Un grand cru en guise d'adieu.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Poisseman 322 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte